Le coup de gueule de Lucien Puthod, paysan à Nangy (Haute-Savoie) [vidéo]

Coup de gueule de Lucien Puthod, paysan à Nangy (Faucigny-Haute Savoie-France) sur l'évolution de l'agriculture et de la société française. Un témoignage frappé au coin du bon sens à écouter et à partager sans modération.

Source : page fb de "La place du village"

"La Place du Village", l'émission de télévision qui défend les valeurs des terroirs et de la ruralité !

12 commentaires

  1. Posté par verrier le

    Du bon sens sans la course permanente aux profits: mais qui osera ?

  2. Posté par verrier le

    Du bon sens sans la course permanente au profits: mais qui osera ?

  3. Posté par Pechaubes Bernard le

    Bravo Monsieur LUCIEN malheureusement trop vrai tout cela et quel élu aura le courage de le reconnaître? J’ai retrouvé mon enfance, le respect, la politesse, l’ecole intelligente. Merci pour ce bonheur perdu.

  4. Posté par Maurice le

    Bonjour la Suisse . Je suis le voisin de Lucien, on se connaît depuis 60 ans, et évidemment paysan aussi . Nous sommes amis. Ce qu’il raconte sur le goût du fromage (je m’adresse ici aux agriculteurs qui savent de quoi ils parlent, pas aux autres, qui de toute manière ne me croiront pas , puisqu’il savent mieux que moi et ont un avis pertinent sur le métier des autres) : Il y a 50 ans, nous n’achetions pas de reblochon, car c’était le fromage du pauvre . aucune régularité et , malheureusement, souvent immangeable . la standardisation a au moins eu le mérite de donner une texture, un arôme (et non pas une odeur) , et créer un vrai marché qui a tiré les prix du lait vers le haut . Et sur la Haute Savoie, les structures restent à taille humaine. Nous ne sommes ni en Bretagne, ni en Hollande, ni en Nouvelle-Zélande . Evidemment, ça a évolué, mais ceux qui veulent un retour au passé n’ont sans doute pas connu ce passé.

  5. Posté par BERGER von GÖTZ von Berlischingen le

    Bonjour

    Guten Abend

    La Terre ne ment pas; elle dit vrai, pas comme les pouliticards de la pourristrature.

    Bonne fête de la Nativité de notre Seigneur

  6. Posté par sapo and sons le

    Bravo pour cette analyse pertinente ! tout est dit et c’est du bons sens ! et tout çà en une seule prise vraiment, bravo Lucien !

  7. Posté par Renaud le

    Deux gros plantages de mon PC en regardant cette vidéo puis en essayant de reprendre l’écoute.

  8. Posté par bdr le

    Au Jura, on trouve les plus petits champs du monde mais aussi les plus gros tracteurs du monde et certain jeunes paysans qui dépensent pour des machines en une année ce que je vais gagner en une vie, t’explique que la paysannerie c’est pas intéressant parce qu’il n’ont pas les moyens de partir en vacance en été et en hiver.

    Même le gruyère bio de la coop à le gout de la lessive.

  9. Posté par Aude le

    Le bon sens rien que le bon sens.
    Observez ce qui se passe en politique, ils marchent tous sur la tête, les pieds en l’air comme certains rappeurs et vous débitent à longueur d’année une litanie de conneries.

  10. Posté par Antoine le

    Il y a 40 ans en arrière, 3-4 familles vivaient de l’agriculture sur un domaine. Aujourd’hui, sur le MÊME domaine, cela ne représente  »que » le 60% du revenu d’un (1) paysan; les 40% complémentaires, il doit faire un autre boulot (Mécanicien, peintre, maçon, etc …).
    Et de plus, il doit envoyer sa femme travailler …
    Si on ne veut pas la mort de l’agriculture suisse, il faudra qu’on m’explique !
    C’est vrais qu’il y a eu des périodes fastes (bonnes années) avec des revenus corrects. Mais en 2017, bientôt 2018 ce n’est PAS (plus) un métier d’avenir.
    Pourtant un pays sans paysan et un pays mort !

  11. Posté par Dupond le

    Il n’y a pas de pays sans paysans !!! qu’il soit riche ou pauvre ,la terre est son dieu ,c’est sa source de revenus et il est fier de ce qu’elle lui rend par l’effort qu’il a fournit pour la mettre en valeur . N’est pas paysan qui veut ….on nait paysan ,c’est dans les genes et il se développe en lui des connaissances sur la nature qu’aucun « chercheur » ne pourra jamais deceler car chacun des terroirs a sa spécificité et de pere en fils ,de voisins a voisins on se transmet ces particularités locales qui peuvent varier parfois d’un hameau a l’autre suivant l’exposition ou la nature du sol . Il faut aimer l’éloignement et la nature pour etre paysan ! Le paysan quand il prend trois jours de vacances il a le soucis de sa terre ( un bureaucrate n’a pas le soucis de son bureau meme au bout d’un mois ) CQFD

  12. Posté par Vasionchi Michel le

    Que dire de plus..? que la pensée unique socialiste intrusive …a fabriquée des fonctionnaires idéologues
    ..pour remplacer les paysans…?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.