Nicolas Anelka, Demba Ba : des footballeurs aux côtés de Kémi Séba pour lutter contre le franc CFA

post_thumb_default

 

De passage au Bénin le 26 octobre, le militant panafricaniste Kémi Séba a levé le voile sur une partie des sources de financement de son organisation Urgences panafricanistes, avec laquelle il entend poursuivre sa lutte contre le franc CFA, qu'il accuse d'être une «monnaie coloniale».

«Nos soutiens sont Nicolas Anelka, Demba Ba et bon nombre de footballeurs africains qui sont des amis. Certains sont encore en activité», a-t-il assuré lors d'une conférence de presse à Cotonou, dans des propos rapportés par le journal Le Monde. Il n'a cependant pas souhaité révéler le nom des joueurs en activité (hormis Demba Ba), afin que leurs opinions politiques ne les mènent pas à être «mis sur le banc de touche comme Nicolas Anelka».

Ancien joueur du PSG, d'Arsenal ou encore de Chelsea, Nicolas Anelka avait été condamné à cinq matchs de suspension par la ligue anglaise en février 2014 pour avoir fait une quenelle (signe de ralliement à l'humoriste Dieudonné) après avoir marqué un but avec son club de l'époque, West Bromwich Albion. Accusé d'antisémitisme, il avait expliqué son geste comme étant une simple dédicace à son ami controversé, mais avait été contraint de quitter son club face à la polémique.

En dehors des footballeurs, Kémi Séba a expliqué que certains artistes participaient également au financement d'Urgences panafricanistes. Il a notamment cité le rappeur Sénégalais Thiat, présent à ses côtés en août dernier à Dakar lorsqu'il avait brûlé publiquement un billet de 5 000 francs CFA (7,6 euros) pour protester contre la «Françafrique». Une action pour laquelle il avait été interpellé avant d'être expulsé du territoire pour «menace grave à l'ordre public».

Quelques jours après ce coup d'éclat, Kémi Séba avait d'ailleurs glissé quelques mots au micro de RT France quant aux sources financement de ce qu'il pense être «un printemps arabe naissant» sur le continent africain. «La différence, c'est que notre printemps à nous, ou notre automne vu la saison, ne sera pas sponsorisé par des ONG exogènes comme celles de [George] Soros et autres. Ça sera une révolution autodéterminée et une révolution pacifique», avait-il assuré.

Le franc CFA est une monnaie garantie par le Trésor français et rattachée à l'euro par une parité fixe. Kémi Séba, et plus généralement les opposants au franc CFA, estiment que ce moyen de paiement avantage la France, ancienne puissance coloniale, et nuit aux intérêts des 14 pays africains dans lesquels il est utilisé.

Lire aussi : Kémi Séba dénonce le rôle de la Banque de France au Sénégal et brûle un billet de 5000 Francs CFA

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Sergio le

    Je suis impressionné par la clairvoyance de ce converti à l’islam qu’est ce Kemi Seba. Ses discours en disent long sur ses connaissances en économie politique. Un futur Nobel sans doute. On hésite à lui attribuer sa juste place entre l’asile psychiatrique et la prison.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.