Bâle: Le père, Turc naturalisé, battait ses filles et les forçait au mariage. Tous les coupables turcs habitent à présent en Suisse!

Christian Hofer: Voici donc la fameuse naturalisation tant vantée par la gauche qui serait un "mécanisme d'intégration" selon leurs mensonges. Bien évidemment, ce sophisme leur sert spécifiquement à nous culpabiliser et à nous forcer à donner notre passeport à des individus qui n'ont rien de commun avec nous. A contrario, nous porterions la conséquence de tous leurs actes déviants. Ne rigolez pas, ils y croient.

Ainsi donc, un individu vivant depuis 30 ans chez nous impose ses coutumes ici et serait notre "compatriote".

On relèvera que ce père voulait un mari turc: il est donc opposé à ce que cela soit un... Suisse alors que lui-même bénéficie de notre nationalité. Nos hommes ne sont donc pas assez bien pour ce Turc alors que ce dernier profite de notre pays!

Que disent les socialistes à ce sujet?

**********

Trois hommes, dont un père de famille, ont été condamnés par la justice dans le cadre de mariages forcés, mercredi.

Un procès pour mariage forcé a abouti à la condamnation d'un père de famille de 48 ans et de deux jeunes hommes de 24 ans, à Bâle. Le quadragénaire avait fait usage de violence sur ses deux filles pour qu'elles se marient. Il écope de 3,5 ans de prison.

Le jugement prononcé par la Cour pénale de Bâle-Ville constitue apparemment une première en Suisse.

(...)

Turc naturalisé par mariage

Helvète d'origine turque, le père de famille dispose du passeport rouge à croix blanche depuis son mariage avec une Suissesse. Il vit en Suisse depuis 30 ans. Les faits qui lui étaient reprochés se sont déroulés dès 2012 avec le mariage involontaire de la fille aînée.

(...)

Mariage forcé: bénéfice du doute

Dans le cas de la fille aînée, le père de famille avait choisi pour elle un mari turc contre la volonté de cette dernière. Une fois le mariage contracté en 2012, le mari bat son épouse. Cette dernière veut divorcer. Le patriarche refuse tout divorce, met sa fille sous forte pression et fait usage de violence.

Le cas de la cadette est différent. La jeune femme avait rencontré un jeune homme turc en Italie, à travers le réseau Facebook. Le père de famille rejette alors cette prise d'initiative de sa fille et la bat. Le jeune homme, lui, veut épouser la jeune femme, mais cette dernière refuse après que le prétendant l'a harcelée et même a tenté de la violer.

Sursis pour les deux jeunes

(...)

Le mari de la fille aînée, qui vit en Suisse depuis 2013, est lui sanctionné de 16 mois de prison avec sursis et d'une amende de 1000 francs pour les violences conjugales qu'il a fait subir à son épouse. Le tribunal retient contre lui les chefs d'accusation de mise en danger de la vie d'autrui et de voies de fait.

La sanction est plus lourde pour l'ex-compagnon de la cadette, arrivé en Suisse en 2014: la Cour lui inflige une peine de 2 ans de prison avec sursis pour tentative de viol, tentative de mariage forcé et menaces. Le jugement n'est pas encore entré en force.

Source

Nos remerciements à 

8 commentaires

  1. Posté par Cécile le

    Moi BMW toi ma fille!

  2. Posté par Cécile le

    On apprend de plus de cas de mariage forcé ou arrangé. Le père est depuis 25 ans en Suisse et il va chercher dans son pay [Balcan]les époux. Ou le naturalisé qui fait venir de son pay son épouse et se marié et apres un certaine temps ils se séparent et surtout ils ne se divorcent pas pour que l’épouse peut rester en Suisse.
    Á ce demander s’ils négocient et troquent le mariage et le permis B contre une certaine somme d’argent.

  3. Posté par Alain le

    Encore une preuve de cette religion d’amour et de paix, surtout envers les femmes bien sûr …

  4. Posté par Olivia le

    Les autorités devraient pouvoir retirer la nationalité suisse et expulser ces déchets de l’humanité vers leur pays d’origine! C’est aussi simple que cela…

  5. Posté par mac'oest le

    Faites un excès de vitesse sur un bout droit, sans danger. Il suffit de peu pour être condamné bien plus lourdement….. Une femme, un chameau, bah! c’est du kif kif! Ces condamnations le confirme

  6. Posté par Marcassin le

    30 ans d’intégration, et voilà le résultat.
    Effectivement en Suisse cela ne vaut pas grand chose la vie d’une femme.
    Mais patience, la charia progresse.

  7. Posté par philippe le

    c’est la nouvelle justice si tu es suisse que tu commets un accident avec un légère alcoolémie tu en as pour des millier de francs, mais étranger avec des affaire de mœurs tu es traité avec douceur !

  8. Posté par SD-Vintage le

    « violences conjugales, mise en danger de la vie d’autrui et voies de fait,
    tentative de viol, tentative de mariage forcé et menaces »
    Que du sursis : cela ne vaut pas grand chose la vie d’une femme en Suisse.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.