Suisse : la jeunesse suisse de souche glisse vers la droite conservatrice

noimage

Les jeunes Suisses de souche votent de plus en plus à droite et sont davantage politisés. L’étude met en relief une différence d’opinion politique entre les naturalisés (les « Secondos ») et les enfants de Suisses de souche.

Publiée vendredi, une étude menée dans le cadre du projet Young Adult Survey Switzerland (YASS) du Département de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) dresse le portrait-robot des jeunes adultes. Ainsi, le sondage effectué auprès de Suisses âgés de 19 à 20 ans montre que 36% d’entre eux se déclarent politiquement à droite, 36% au centre et 28% à gauche. Cette tendance se dessine depuis plusieurs années. En 2006, lors d’une précédente étude, la part des jeunes de gauche s’élevait encore à 41%.

L’immigration en général, l’asile en particulier, représentent la principale préoccupation des Suisses de 16 à 25 ans, selon le sondage réalisé par l’Institut gfs.bern. Alors que près d’un jeune sur cinq s’en souciait en 2010, ils sont presque un sur deux aujourd’hui. Les thèmes des étrangers et des réfugiés étaient déjà en tête de la liste des principaux problèmes des jeunes en Suisse l’an dernier. RTS

 

On observe chez ces jeunes un fort attachement à des valeurs anciennes, comme l’ordre, les traditions et la religion.» Il ne s’agit donc pas d’un virage vers la droite libérale, mais bien vers la droite conservatrice.

24 heures via Fdesouche.com

8 commentaires

  1. Posté par maury le

    Je suis juif, patriote et je voterai Marine Le Pen : messieurs du camp du « bien » je vous emmerde

    02 Nov 2016MauryCitoyens et défenseurs de la patrie, Non aux européistes Hollande-Juppé
    Je suis juif, patriote et je voterai Marine Le Pen : messieurs du camp du « bien » je vous emmerde

    Le coup de gueule d’Uncle contre les bienpensants.
    Depuis quelques semaines, la meute médiatico-politique est lâchée. Leur agressivité est à la hauteur de la cote de popularité de Marine Le Pen. Agissant sur ordre du pouvoir ou parce qu’ils sentent que leur ère s’achève, par instinct de conservation, telles des bêtes aux abois, ils mordent et griffent pour tuer.

    Voter FN, je l’entends à longueur de journées depuis, c’est faire partie du camp du mal, d’une race à part, celle des primaires, imbéciles, racistes, antisémites, fascistes, nazis, xénophobes, bas du front, moisis, c’est avoir peur de l’autre, c’est sortir tout droit du ventre fécond de la bête immonde que l’on croyait morte, gisant dans les cendres du troisième Reich, c’est forcer le camp du bien à revivre le cauchemar des heures les plus sombres de notre Histoire.

    Ces heures les plus sombres, je les connais messieurs les ricaneurs. Oui, il se trouve que je suis juif et que ma famille, comme tant d’autres, a fait la douloureuse expérience de la guerre et des camps de la mort.

    Mon engagement politique a toujours été marqué par le rejet de tout ce qui de près ou de loin relevait du totalitarisme : Nazisme, fascisme, communisme et, aujourd’hui, islamisme.

    Mes parents m’ont élevé dans des valeurs simples, mais essentielles à leurs yeux, de patriotisme, de respect et d’amour de la France, d’admiration de sa grandeur, son Histoire, sa littérature, son art, ses vins, ses paysages et terroirs, ses traditions, ses clochers, son élégance, sa diversité culinaire, ses fromages et tout un ensemble de choses jugées probablement désuètes et ringardes aujourd’hui.

    Dans la voiture, lorsque nous partions en vacances, ce ne sont pas des comptines que notre père, ancien résistant, nous faisait chanter, mais des chants patriotiques et révolutionnaires. Ils étaient de gauche, d’une gauche qui défendait les travailleurs, protégeait les plus faibles et les nécessiteux, une gauche pour qui progrès social rimait avec amour sacré de la patrie. Mais il est loin le temps où la gauche levait le glaive en s’exclamant « quoi ces cohortes étrangères feraient la loi dans nos foyers »… Il y a longtemps qu’elle a rallié les « Tyrans et les perfides ».

    A moins de sombrer dans la plus profonde schizophrénie, lorsqu’on réalise que l’on est globalement d’accord avec ce que dit Marine Le Pen et en complet désaccord avec ce que disent ses adversaires de gauche ou de droite, lorsque l’on constate que les idéaux défendus par son parti sont dans la droite ligne de ce qui a forgé votre identité politique, vos valeurs et vos engagements, eh bien, on se doit d’ouvrir les yeux, de passer outre des années de conditionnement et de lavage de cerveau anti-FN, et de soutenir le parti qui incarne vos idées.

    Oui, ils me font doucement rire ceux qui brandissent le drapeau du « Front républicain » et du « Cordon sanitaire » pour « faire barrage » au Front National. On ne les entend pas réclamer un Front Républicain contre les communistes, trotskystes, maoïstes, léninistes, polpotistes, castristes, chavezistes et autres marxistes en tout genre et aux mains pourtant tachées du sang des dizaines et dizaines de millions de morts, victimes de leur insupportable et infâme barbarie, fruit d’une idéologie totalitaire abjecte faisant encore régner la terreur sur une partie du monde, ce qui ne semble pas déranger les Drucker, Ruquier et toute cette clique puante de Canal+ qui reçoit à qui mieux mieux toute cette gauche criminelle.

    Pas de cordon sanitaire pour nous protéger des socialistes, de cette gauche et de tout ce qu’ils ont compté de collabos pendant la seconde guerre mondiale, les Marcel Déat, Laval, Doriot, François Mitterrand, décoré de la Francisque des mains de Pétain pendant que d’autres, comme le Colonel De La Rocque, Croix de Feu, pourrissaient dans un camp de concentration en Allemagne pour avoir dit non à cette abjection ! Ah les pourris ! Ah qu’ils ont l’indignation sélective et l’âme tranquille tous ces donneurs de leçons ! Tous ces « résistants » ! Vous en voulez des « heures les plus sombres » ? Vous en avez été les acteurs privilégiés ! Et je ne parle même pas des communistes qui, jusqu’en août 1941 étaient les alliés d’Hitler !

    Ce n’est pas Jean-Marie ou Marine Le Pen qui se sont jetés dans les bras du Maréchal ou du Führer ! Et c’est cette gauche qui me traite aujourd’hui de facho ? Laissez moi rire !

    Et vous tous, les usurpateurs qui prétendez parler « au nom des juifs », vous les gens du Crif qui ne représentez que vous-mêmes, de la Licra qui faites régner la terreur antiraciste et mémorielle en pourchassant des gens comme Eric Zemmour, oui, vous tous membres des associations communautaires qui vous permettez de passer outre vos fonctions en imposant votre propre idéologie qui n’est pas celle de tous les Français Juifs, vous de radio J qui avez infligé à Marine Le Pen cet affront de l’inviter puis de la jeter comme une malpropre, je vous le dis tout net : c’est terminé ! Game Over ! Votre chantage ne marche plus !

    Vous prétendez aimer Israël mais vous appelez à voter pour des partis de gauche ou de droite pour qui Israël n’est qu’une parenthèse bien encombrante, pour l’UMP ou le PS, tous complices d’Eurabia pour quelques gouttes de pétrole, des contrats juteux et qui mènent une politique qui fera disparaître Israël ! Pour des gens qui aiment les juifs, morts, mais haïssent ceux qui, en Israël, bien vivants, se battent pour que leur pays et leur peuple survivent.

    Et vous nous dénieriez à nous, Français, le droit de vouloir que la France survive en tant que nation et en tant que peuple ? Je vous invite à la cohérence ! Ce n’est pas Marine Le Pen qui est tombée dans les bras du criminel Mahmoud Abbas qui fait offrir des gâteaux à son peuple pour fêter le massacre de la famille Fogel ! C’est Prasquier, président du Crif, Nicolas Sarkozy, président en exercice, et toute cette gauche palestinophrène ! Croyez vous que le FN fera pire ? Mais vous plaisantez ! Croyez vous que les Juifs rasent les murs dans certains quartiers en n’osant même pas porter une Kippa parce qu’ils craignent les militants du FN ? Allons donc !

    J’aime la France, ma patrie, et je ne veux pas qu’elle meure ; là est ma priorité. Je suis français, patriote, juif, je voterai Marine Le Pen et, pardonnez moi cette grossièreté, messieurs du camp du bien, je vous emmerde. Message de Uncle publié sur LIBERTY VOX

  2. Posté par Marcassin le

    Tout à fait d’accord avec Hervé.
    Chez les secondos il y a de tout. Il y a ceux qui vomissent sur leur pays d’adoption (Ada, C.e.s.l.a., Rebecca etc) mai il y a des hongrois de 2e et 3e génération que j’ai connu qui sont fiers de leur nouvelle patrie et qui le montrent.

  3. Posté par aldo le

    Si ce sont des convictions étayées par des faits, alors je dit bravo ! Parce que les faits ne sont plus depuis longtemps l’apanage de la presse majoritaire et monocolore, mais de sites comme les observateurs.ch. Ce mouvement se généralise dans les monde entier. Le vrai problème c’est que la presse aux ordres est encore et toujours majoritaire, parce que subventionnée par le pouvoir politique à la botte des sirène de l’Europe totalitaire qui elle-même en remet encore des couche de fric. Et cet argent est directement tirées de nos poches par les taxes du style Billag et les impôts qui couvrent les annonces officielles inutiles, sauf pour engraisser et subventionner la presse.

  4. Posté par Le Taz le

    Il y en a marre d’entendre parler de xénophobie aussi tôt que quelqu’un est patriote ! Aimer son pays, être fier de sa culture, vouloir rester décisionnaire chez soi, ça n’a rien à voir avec de la xénophobie ou du racisme, cela s’appelle l’attachement au terroir et c’est simplement du bon sens !

    La réaction de nos jeunes est parfaitement naturelle, n’oublions pas qu’ils sont les premiers à être confrontés aux effets pervers de cette immigration de masse, ils les subissent durant leur scolarité et sont beaucoup plus lucides quant aux dangers que la politique de gauche menée par Berne fait courir à notre pays. Il voient bien que le niveau général est tiré vers le bas. Ils ont bien raison de s’inquiéter et de se politiser. Ils sont également mieux informés, ils se renseignent sur internet, ils sont donc moins perméables à la désinformation de la SSR !

    Il y en a marre du politiquement correct, de cette politique mondialiste imposée par les élites financières et supportées par les USA. N’oublions pas que ce pays, qui n’a de cesse de vouloir donner des leçons au monde entier, a été créé sur l’extermination des indiens d’Amérique, que ce pays dit de la liberté a mis 1% de sa population en prison, ce qui est le record mondial en la matière ! Il est grand temps de s’émanciper des systèmes politiques et financiers des USA pour créer une nouvelle Europe, une Europe des peuples souverains en lieu et place de l’UESSR de Bruxelles !

    BRAVO LES JEUNES !

  5. Posté par P. le

    J’ai appris hier soir que mon fils (15 ans) avait testé Smartvote à l’école et que son résultat le faisait pencher vers l’UDC. Imaginez donc quelle était ma joie de savoir que mon fils empruntait le bon chemin avant d’entamer ses années gymnasiales ;-)

  6. Posté par Arthur le

    Enfin le bon sens qui vient des jeunes générations! C’est surtout un sursaut vital de conservation et de survie!

  7. Posté par Bussy le

    L’article insinue qu’il y a d’un côté des ploucs qui sont pour les valeurs anciennes et d’un autre côté ceux de formation supérieure… qui votent à gauche, donc pour des valeurs de progrès…. mais lesquels vont nous amener des valeurs complètement rétrogrades, arriérées, du moyen-âge telles que la charia, la soumission de la femme à l’homme, la burka, etc. ?

  8. Posté par Hervé le

    Pas convaincu par les conclusions sur les secondos. Les naturalisés bobos-académiques sont plus prompts à participer à ce genre d’études d’où leur sur-représentation. Mais si vous vous imaginez que les étrangers sont si à gauche vous vous versez d’illusions. Les secondos sont les enfants des immigrés qui, eux, doivent supporter la sous-enchère constante des nouveaux européens et des frontaliers qui pensent pouvoir venir prendre nos emplois sans consommer 1 centime en Suisse. Ces étrangers sont tout aussi « xénophobes » (pour faire plaisir aux médias bobos) que les Suisses envers ces nouveaux étrangers, et leurs enfants ne le sont pas moins. De plus, que je sache, ce n’est pas au chercheur de déterminer ce qui est de la xénophobie ou pas. Ce qui est de la xénophobie pour un humaniste faux-cul, n’est que de la protection de l’intérêt des siens pour d’autres.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.