Erasmus. « Le Conseil fédéral abuse des étudiants pour cacher… »

L’UDC communique…

"Rendus publics hier et aujourd'hui, les dessous de l'affaire de la participation suisse au programme de formation UE "Erasmus" sont proprement scandaleux. Le gouvernement a en effet dissimulé jusqu'ici le fait que les négociations sur ce programme allaient à l'échec bien avant la votation du 9 février. Ces informations jettent également une lumière nouvelle sur la réaction de Bruxelles de stopper ce programme pour la Suisse après le vote populaire: il s'avère aujourd'hui que cette réaction n'est qu'une perfide tricherie des autorités UE. De son côté, le Conseil fédéral, en cachant la réalité des faits, a lui aussi trompé le peuple en admettant que des milliers d'étudiants descendent dans la rue pour protester contre le résultat du scrutin alors que celui-ci n'avait aucun rapport avec "Erasmus". Cette attitude est profondément condamnable.

 

Le Conseil fédéral a aussi refusé jusqu'ici de faire toute la lumière sur les programmes "Horizon 2020" et "MEDIA". Le fait est que les négociations sur ces projets n'ont pas pu être achevées avec succès avant le 9 février alors qu'elles courent depuis le début de l'année. Donc là encore, il y a eu sans doute une entente sournoise entre le Conseil fédéral et l'UE sur la réaction de cette dernière, alors qu'il n'y a pas de rapport ou qu'il y a seulement un rapport indirect entre ces projets et la votation.

 

Les comptes rendus parus dans la presse indiquent aussi que seule une petite partie des 300 millions de francs approuvés par le Parlement pour le programme Erasme profite réellement à l'échange d'étudiants. Rappelons que le programme qui a précédé Erasmus était une sorte de libre-service finançant tout et n'importe quoi, du Forum Pinocchio au Yoga, en passant par des cours de cirque. Cela confirme l'absurdité de ces programmes monstrueux et anonymes et cela indique aussi à quel point la bureaucratie dépensière de l'UE s'est déjà installée en Suisse. Un encouragement ciblé de certaines activités, comme précisément l'échange d'étudiants, serait infiniment plus utile. Il est grand temps que le Conseil fédéral et le Parlement revoient leur copie.

 

L'UDC exige que le Conseil fédéral fasse désormais toute la lumière sur les négociations et l'état actuel du programme de formation UE "Erasmus pour tous" ainsi que des programmes "Horizon 2020" et "MEDIA". Ces deux derniers projets ont été approuvés par le Conseil fédéral l'an passé, soit le même jour que le programme "Erasmus". Il est hors de question que le Conseil fédéral cède aux exigences financières excessives de l'UE. Le gouvernement doit au contraire appliquer rigoureusement les décisions du Parlement."

 

Source et auteur : Communiqué UDC, Berne, le 6 mars 2014

 

 

3 commentaires

  1. Posté par DUPONTEL le

    Andréa, vous voulez porter plainte pour divulgation de fausses infos de la part de lesobservateurs ?

  2. Posté par Derek Doppler le

    Ne pas sentir la puanteur qui émane de Berne est un signe de contamination.

  3. Posté par Andrea le

    Art 266 bis du Code Pénal Suisse
    Celui qui, à l’effet de provoquer ou de soutenir des entreprises ou menées de l’étranger contre la sécurité de la Suisse, sera entré en rapport avec un Etat étranger, ou avec des partis étrangers, ou avec d’autres organisations à l’étranger, ou avec leurs agents, ou aura lancé ou propagé des informations inexactes ou tendancieuses, sera puni de l’emprisonnement pour cinq ans au plus.

    1. Par omission, la propagation d’information inexacte ou tendencieuses s’est bien avérée.
    2. Avoir soutenu des actions d’une organisation étrangère, aussi.
    3. Il y aurait lieu de définir ce que l’on entend par sécurité de la Suisse.
    Il y aurait-il un juriste qui puisse se prononcer sur le point 3?
    Si la mise en danger de la ségurité est recevable, la plainte pourra être déposée.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.