Germaine de Staël et Benjamin Constant – L’esprit de liberté, à la Fondation Bodmer

Francis Richard
Resp. Ressources humaines
L'esprit de liberté BODMER

Hier, à 18 heures 30, avait lieu, à La Fondation Martin Bodmer, dirigée par Jacques Berchtold, le vernissage de l'exposition Germaine de Staël et Benjamin Constant - L'esprit de liberté.

 

Les deux commissaires de cette exposition sont Stéphanie Genand, présidente de la Société des études staëliennes ( Paris) et Léonard Burnand, directeur de L'Institut Benjamin Constant (Lausanne).

 

Cette exposition commémore le 200e anniversaire de la mort de Germaine de Staël et le 250e anniversaire de la naissance de Benjamin Constant.

 

Portrait de Benjamin Constant (vers 1815) par un anonyme et de Germaine de Staël en Corinne au Cap Misène (1808) par Elisabeth Vigée-Lebrun

Portrait de Benjamin Constant (vers 1815) par un anonyme et de Germaine de Staël en Corinne au Cap Misène (1808) par Elisabeth Vigée-Lebrun

Germaine de Staël et sa fille Albertine, par Elisabeth Vigée-Lebrun

Germaine de Staël et sa fille Albertine, par Elisabeth Vigée-Lebrun

 

Germaine de Staël et Benjamin Constant sont deux enfants des Lumières. Ils forment un couple en révolution, qui regrette la bonne, celle de 1789 et de la première Déclaration des droits de l'homme, et rejette la mauvaise, celle de 1793 et de la Terreur. Ils sont tous deux écrivains et ont laissé des écrits intimes.

 

Engagement réciproque

Engagement réciproque

 

L'exposition expose justement de tels documents, et notamment l'engagement réciproque entre ces deux figures majeures de l'histoire littéraire et politique (avril 1796):

 

Nous promettons de consacrer réciproquement notre vie, nous déclarons que nous nous regardons comme indissolublement liés, que notre destinée, sous tous les rapports, est pour jamais en commun, que nous ne consacrerons jamais aucun autre lien, et que nous resserreront ceux qui nous unissent, aussitôt que nous croirons le pouvoir.

 

Je déclare que c'est bien du fond de mon coeur que je contracte cet engagement, que je ne connais rien sur la terre d'aussi aimable et d'aussi bon que Mad. de Staël, que j'ai été le plus heureux des hommes pendant les quatre mois que j'ai passés avec elle, et que je regarde comme le plus grand bonheur de pouvoir rendre la sienne heureuse, vieillir doucement avec elle, et arriver au terme avec l'ame qui me comprend et sans laquelle il n'y aurait plus pour moi aucun interet aucune emotion [sur] cette terre.

 

Benjamin Constant

 

Germaine de Staël et Benjamin Constant - L'esprit de liberté, à la Fondation Bodmer

 

Benjamin tient son journal intime dans le plus grand secret et pour être sûr qu'il soit bien gardé, il le rédige en caractères grecs...

 

Germaine de Staël et Benjamin Constant - L'esprit de liberté, à la Fondation Bodmer

 

De nombreuses éditions rares et précieuses des écrits de l'une ou de l'autre sont exposées: ci-dessus deux exemplaires de l'édition de Londres, de De l'Allemagne, livre écrit par Germaine, les exemplaires de l'édition de Paris ayant été détruits sur ordre de l'empereur Napoléon 1er ...

 

Pour les participants au Colloque sur l'actualité de Benjamin Constant, dont j'ai rendu compte sur mon blog les 7 mai 2017 et 9 mai 2017, une vitrine est consacrée à La liberté en tout, ce qui rappelle le fameux texte de Benjamin Constant dans Mélanges de littérature et de politique.

 

Germaine de Staël et Benjamin Constant - L'esprit de liberté, à la Fondation Bodmer

 

Dans ce texte, Benjamin Constant disait:

 

J’ai défendu quarante ans le même principe, liberté en tout, en religion, en philosophie, en littérature, en industrie, en politique : et par liberté, j’entends le triomphe de l’individualité, tant sur l’autorité qui voudrait gouverner par le despotisme, que sur les masses qui réclament le droit d’asservir la minorité à la majorité. 

 

Un regret: dans cette vitrine sur La liberté en tout, il est question d'ouvrages sur la liberté de la presse, sur l'abolition de l'esclavage, sur la liberté politique etc. ce qui est très bien, mais la liberté économique, défendue également par Benjamin Constant, est pudiquement ignorée, sans doute parce que ce n'est pas très culturel, ni tendance...

 

Francis Richard

 

Publication commune lesobservateurs.ch et Le blog de Francis Richard

 

Germaine de Staël et Benjamin Constant - L'esprit de liberté:

Dates:

Du 20 mai au 1er octobre 2017

Horaires:

Du mardi au dimanche, de 14h à 18h

Fermé le lundi

Nocturnes culturelles jusqu'à 21h chaque premier mercredi du mois

Lieu:

Fondation Martin Bodmer

Route Martin-Bodmer 19

1223 Cologny (Genève)

Tél.: +41 (0) 22 707 44 33

Germaine de Staël et Benjamin Constant - L'esprit de liberté, à la Fondation Bodmer

2 commentaires

  1. Posté par Yoann Givry le

    Merci pour votre compte-rendu !
    Un petit message pour répondre à votre interrogation à propos de l’absence de livres économiques dans la vitrine consacrée au libéralisme : c’est qu’en 2015 nous avions déjà consacré une exposition entière à la question, et qui ne manquait pas d’accueillir Constant. Cette exposition par ailleurs, présentait ce courant sous un très beau jour, en oubliant parfois les réponses idéologiques pouvant être formulées. De quoi faire mentir votre dernière phrase donc :-) (Le catalogue ainsi que le livre des conférences sont toujours disponibles à l’accueil ou sur notre boutique en ligne, si le sujet vous intéresse !)
    Belle continuation,
    Yoann Givry

  2. Posté par Yolande C.H. le

    Le mot liberté doit être utilisé avec précaution: la liberté peut être comparée au caméléon: sa qualité dépend de l’environnement dans lequel elle s’exerce: elle est favorable dans une société civilisée, par contre elle est destructrice quand elle est confisquée par des crapules ou des prédicateurs bornés.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.