Orbán : Bruxelles doit être arrêtée et la Hongrie doit se lever contre le capital international

post_thumb_default

 

Article publié originellement sur Daily News Hungary.
Traduit de l’anglais par le Visegrád Post.

Hongrie – Le Premier ministre Viktor Orbán a estimé lors de la commémoration de la révolution de 1848-1849 et de la lutte pour la liberté, que le 15 mars est une «preuve incontestable» que la nation hongroise a été, est et sera.

S’exprimant devant le Musée national, le Premier ministre a déclaré que les nations européennes sont dans un «état de révolte», et que les «vents de 1848 soufflent à nouveau sur le continent». Au cours des dernières années, les nations européennes se sont une nouvelle fois révoltées contre «l’alliance hypocrite des bureaucrates bruxellois, des médias libéraux internationaux et du capital mondial insatiable», a déclaré M. Orbán.

D’abord les Britanniques, puis les Américains se sont rebellés, pour être suivis par d’autres cette année, a-t-il ajouté. Orbán a souligné la nécessité pour Bruxelles de retirer les «masques de l’hypocrisie», et d’opter pour la parole droite et une discussion ouverte de l’avenir.

Orbán a souligné que la répartition des migrants clandestins doit être empêchée, les réseaux financés par des fonds étrangers rendus transparents, et le droit de réglementer les impôts, les salaires et les prix des services publics maintenus en tant que compétence nationale.

Orbán a appelé le 15 mars une «preuve incontestable» du passé, du présent et de l’avenir de la nation hongroise. «Nous, vivant dans le bassin des Carpates, dans la zone tampon des cultures, des empires et des civilisations, pouvons être fiers du plus grand triomphe de tous, gagner toutes les guerres pour la survie de notre patrie, notre nation», a-t-il déclaré.

Le premier ministre conservateur a déclaré que 1848 était devenu une «boussole morale» pour la nation, qui montre qui est «loyal, patriotique, dévoué et courageux» d’une part, et expose «la mesquinerie, la perfidie et les efforts pour tuer les rêves et détruire la nation» d’autre part. Le premier ministre a insisté pour que l’unité nationale soit maintenue et cimentée jour après jour.

«Mais que devons-nous faire avec ceux qui veulent l’agitation et la division plutôt que la paix et l’unité ? Dont le seul plaisir est de gâcher les fêtes nationales des autres », a-t-il demandé, se référant à un groupe sifflant pendant son discours. «Il serait facile de se moquer d’eux, mais nous ne devrions pas le faire», a-t-il ajouté avant de dire que les Hongrois devraient «tenir bon sur l’objectif de la construction de la nation plutôt que dans les escarmouches des partis.»

«Pour horizon de la nation hongroise, nous pouvons choisir le chemin qui nous conduit à la porte de la grandeur nationale, ou bien celui qui mène au marais de la haine», a-t-il dit.

Comme l’an dernier, de nombreux sympathisants polonais étaient présents pour soutenir le Premier ministre hongrois et illustrer l’amitié polono-hongroise.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.