Suède: La police a caché des agressions sexuelles faites par des demandeurs d’asile

D'après un journal, une centaine d'hommes auraient été arrêtés après une quinzaine d'agressions sexuelles lors d'un festival de musique, à Stockholm.

Selon un journal, la police suédoise a reconnu lundi avoir gardé pour elle les informations sur une quinzaine d'agressions sexuelles à un festival de musique qui avaient conduit à l'arrestation de près de 100 hommes, principalement des étrangers. Ces révélations ont été faites après le tollé soulevé par la lenteur avec laquelle la police de Cologne (ouest de l'Allemagne) a rendu publique l'ampleur des violences commises dans la nuit du nouvel an. Dans le cas suédois, les agressions ont été commises pendant les éditions 2014 et 2015 de We Are Sthlm, festival qui se déroule à Stockholm en août et se présente comme le plus grand d'Europe pour les adolescents.

Des demandeurs d'asile mineurs

« Nous aurions certainement dû révéler cette information, ça ne fait pas de doute. Pourquoi ça ne s'est pas fait ? Nous ne le savons tout simplement pas. Nous savons que près de cent hommes ont été à l'époque placés en garde à vue pour avoir agressé une quinzaine de jeunes filles », a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police, Varg Gyllander. Après chacune de ces deux éditions du festival, la police avait affirmé qu'il y avait eu « relativement peu de délits et de personnes interpellées comparé au nombre des participants », a rappelé Varg Gyllander.

Aucune condamnation n'a été prononcée depuis, selon la police. Le quotidienDagens Nyheter, qui a le premier informé du scandale, a affirmé que les agresseurs présumés étaient en majorité des demandeurs d'asile mineurs non accompagnés. « Je ressens une très forte colère en voyant que des jeunes femmes ne peuvent pas aller à un festival de musique sans se faire importuner, harceler sexuellement et attaquer », a réagi le Premier ministre Stefan Löfven devant la presse à Stockholm. Le fait que la police n'ait pas informé le grand public est, selon lui, « un problème de démocratie pour notre pays ».

Source

6 commentaires

  1. Posté par Augustin le

    « On voudrait nous pousser dans une guerre civile… »
    C’est exactement cela, donc ce qu’on voit aujourd’hui ne sont que les symptômes d’un plan macabre de destruction de la civilisation Européenne, avec la complicité de tout, mais absolument tout nos politiques, tout partis confondus, tous les médias officiels, et toutes les élites, ils nous ont tous trahi, j’espère qu’ils seront tous jugés.
    Mais si jamais on serait dans l’obligation de prendre les armes, ça serait contre ces derniers, et certainement pas pour nous enntretuer.

  2. Posté par Pehem Veyh le

    On voudrait nous pousser dans une guerre civile qu’on ne s’y prendrait pas autrement. On sent la patte rance de ce cochon de Soros…

  3. Posté par Pierre Adler le

    C’est à hurler de rage!

  4. Posté par Anne le

    Des « demandeurs d’asile mineurs non accompagnés »…. qui ont moins de 40 ans….

  5. Posté par C. Donal le

    « Le quotidien Dagens Nyheter, qui a le premier informé du scandale, a affirmé que les agresseurs présumés étaient en majorité des demandeurs d’asile mineurs non accompagnés »
    Plus précisément, ce grand journal a été informé des faits et n’a pas publié.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.