Communiqué de presse 8.09.2021. « Mariage pour tous » : une plainte pénale est déposée

Mariage pour tous : une plainte pénale est déposée

Eric Bertinat, député UDC, Genève - J’ai déposé ce jour une plainte pénale auprès du Procureur Général du canton de Genève pour les actes de vandalisme commis sur les affiches de Perspective Catholique.

Ainsi donc, dans un débat capital sur l’avenir de notre société (liquidation du père, marchandisation des enfants, rejet des lois naturelles), faute de pouvoir répondre à la simple affirmation «J’ai un papa et une maman», les partisans du mariage homosexuel passent leur rage sur nos affiches. Ce rappel de la réalité leur est insupportable.

La grande question qui s’était posée aux opposants était de savoir si véritablement il y avait matière à débat ? A savoir, est-ce que le mariage pouvait être autre que celui d’un homme et d’une femme ? Notre réponse est et restera qu’il est pure folie de vouloir une définition du mariage, de l’homme ou de la femme, en dehors de la réalité biologique, selon les pressions et les modes du moment. La question ne se pose pas, du moins pour des esprits en bonne santé.

Mais pourtant elle nous est posée, contre tout bon sens. Il faut y répondre. Voilà pourquoi nous participons à cette campagne et défendons aujourd'hui nos droits bafoués par quelques excités auprès du Procureur général.

Nous avons fourni à la Société Général d’Affichage (SGA) suffisamment d’affiches pour remplacer rapidement celles vandalisées.

Nous espérons que la population suisse réfléchisse à ce projet sans rapport avec le réel et la refuse. Et nous continuerons d’inviter les Suisses, quelque soit le sondage, à se rendre massivement aux urnes et refuser cet objet soumis à votation le 26 septembre.

Un commentaire

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.