L’Écosse autorisera des enfants de 4 ans à changer de sexe sans le consentement des parents

L'Écosse autorisera les élèves à changer de sexe dès l'âge de 4 ans sans le consentement des parents - et dit aux enseignants de ne pas remettre en question la demande d'un enfant de choisir un nouveau nom ou d'utiliser des toilettes différentes.

Tout élève qui décide de changer de genre doit être soutenu et écouté à l'école, selon un nouveau guide publié par le gouvernement écossais.

Le guide concerne les écoles primaires, où les enfants les plus jeunes n'ont que quatre ou cinq ans, car "la reconnaissance et le développement de l'identité de genre peuvent se produire à un jeune âge".

Le document dit également que l’enseignant ne doit pas mettre en question la demande d’un enfant qui dit vouloir changer de sexe - et doit plutôt lui demander son nouveau nom et son nouveau pronom.

Les écoles ne sont pas tenues d'informer les parents dans un tel cas, tout au plus l’enseignant est-il invité à demander à l’enfant si sa famille sait qu'il réfléchit à son identité de genre.

Les écoles primaires et secondaires ont également été invitées à mettre à leur programme des livres présentant des personnes transgenres, à permettre aux élèves de choisir le vestiaire ou les toilettes qu'ils souhaitent utiliser et à envisager l'introduction d'un uniforme neutre.

Cette directive a été qualifiée de "choquante" et a suscité des inquiétudes quant au fait que les enfants sont autorisés à prendre des décisions qui changent leur vie à un trop jeune âge.

Le document dit : "Certains jeunes explorent leur identité de genre dans le cadre de l'école primaire. Les écoles primaires doivent être en mesure de répondre aux besoins de ces jeunes afin de leur garantir un environnement sûr, inclusif et respectueux dans lequel ils peuvent apprendre".

Une section sur le "changement de nom et l'enregistrement du genre" indique que les enfants doivent simplement informer les autres de manière informelle qu'ils veulent utiliser un autre nom, et qu'ils n'ont pas besoin de l'enregistrer officiellement dans leur dossier scolaire.

Le texte ajoute qu'aucune loi écossaise n'oblige les gens à utiliser les toilettes qui correspondent au genre qui leur a été assigné à la naissance.

Marion Calder, directrice du groupe de campagne For Women Scotland, a déclaré : "Pour être transgenre, il faut avoir reçu un diagnostic de dysphorie de genre. À quoi pensent-ils ? Les parents seront très inquiets à la lecture de ce document".

La secrétaire écossaise à l'éducation, Shirley-Anne Somerville, a dit : "Ce guide décrit comment les écoles peuvent soutenir les jeunes transgenres tout en veillant à ce que les droits de tous les élèves soient pleinement respectés. Il fournit aux écoles des suggestions pratiques. Ce document n'est pas normatif et n'encourage pas la transition.

Patrick Christys (vidéo) : "Je n’aurais pas de problème si mon enfant devenait homo ou transgenre. Je veux juste qu’il soit heureux, libre, bien dans sa peau. Mais le monde est déjà assez compliqué pour un enfant de 4 ans sans qu’on lui remplisse la tête avec ces questions d’identité de genre."

Source : Mail Online

Résumé Albert Coroz pour LesObservateurs.ch

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.