Une Hongrie furieuse menace de mettre son veto au « New Deal » écologique de l’Europe

Avant hier, l’UE a dévoilé en grande pompe un ensemble absurde d’objectifs en matière de changement climatique et d’émissions pour 2030, qui transformeront tous les aspects de son économie. Dans le cadre de ce plan, tous les secteurs d’activité seront contraints d’accélérer l’abandon des combustibles fossiles afin de réduire la pollution d’au moins 55 % par rapport aux niveaux de 1990 d’ici à 2030. Pour y parvenir, l’Union européenne va intégrer de nouveaux secteurs, comme le transport maritime, dans ce qui est déjà le plus grand marché du carbone au monde, interdire toutes les nouvelles voitures à moteur à combustion d’ici à 2035, imposer de nouveaux coûts pour le chauffage domestique polluant et obliger le secteur de l’aviation à émettre moins et à payer plus.

Au moins, l’UE a été honnête : « Rien de ce que nous avons présenté aujourd’hui ne sera facile. Ce sera sacrément difficile », a déclaré Frans Timmermans, responsable du climat à la Commission européenne.

Bien entendu, la « nouvelle donne écologique » de l’Europe ne sera pas bon marché.

Selon l’Institut économique polonais, le programme d’échange de droits d’émission prévu pour les carburants de chauffage et de transport routier pourrait coûter aux ménages européens jusqu’à 1 100 milliards d’euros d’ici à 2040. Si l’on ajoute à cela toutes les autres dépenses obligatoires, la facture s’élève rapidement à plusieurs milliers de milliards d’euros, dont une grande partie proviendra probablement de nouvelles taxes, sans parler du démantèlement des infrastructures existantes. Anticipant la réaction d’une population qui est loin d’être aussi riche (ou de prétendre à la vertu) que ses dirigeants non élus, M. Timmermans a admis que « nous allons demander beaucoup à nos citoyens », ajoutant que « nous allons également demander beaucoup à nos industries, mais nous le faisons pour une bonne cause. Nous le faisons pour donner à l’humanité une chance de se battre. »

Bien sûr.

Mais dans une tournure inattendue, les plans de l’UE pour restructurer l’économie européenne – qui est déjà la plus verte du monde tout en ignorant complètement l’éléphant couvert de charbon qu’est la Chine – pourraient être morts à l’arrivée, parce que l’un de ses États membres a déjà menacé d’opposer son veto à cette refonte sans précédent lorsque le gouvernement du Premier ministre hongrois Viktor Orban – déjà empêtré dans une impasse avec Bruxelles sur une répression LGBTQ – a dynamité le plan, en disant qu’il menaçait de défaire ses réductions de prix des services publics de signature.

« Le choix des outils de la Commission européenne est intenable et inacceptable, car il conduirait à des taxes sur l’immobilier et les voitures au lieu de faire payer les pollueurs », a déclaré le ministre hongrois du Cabinet, Gergely Gulyas, à la presse jeudi à Budapest.

« Cela détruirait également les résultats de la réduction des prix des services publics (en Hongrie). C’est pourquoi cette proposition est inacceptable pour la Hongrie dans sa forme actuelle et, étant donné que l’unanimité est requise, l’UE ne peut pas la mettre en œuvre », a-t-il déclaré après que le gouvernement a examiné le paquet « Fit for 55 » de la Commission.

La Hongrie n’est pas le seul pays qui aura du mal à s’en sortir. Dans le cadre du nouveau plan, l’UE souhaite introduire une taxe sur certaines importations en provenance de pays dont les règles climatiques sont moins strictes, comme la Chine. De nombreux experts considèrent qu’il s’agit d’une tentative de l’UE de forcer les autres à changer.

« La mise en œuvre pourrait s’avérer un cauchemar logistique », a déclaré James Whiteside, responsable mondial de la recherche sur les produits de base multiples chez Wood Mackenzie.

Le prix du carbone, c’est-à-dire le prix de la pollution, a d’abord grimpé mercredi lors de la mise en œuvre des mesures, de nouvelles industries devant rejoindre le système d’échange de quotas d’émission. Le prix du carbone a atteint des records cette année, les investisseurs financiers s’y étant engouffrés, ce qui a suscité des inquiétudes quant au fait que les consommateurs devront en supporter le coût. L’augmentation rapide des prix dans le système actuel d’échange de quotas d’émission a déjà suscité des plaintes, principalement de la part des pays d’Europe de l’Est, qui craignent que la flambée des coûts ne les empêche d’investir dans les technologies propres.

« La proposition d’aujourd’hui n’est que le premier chapitre de l’histoire », a déclaré Mme Tagliapietra.

« Nous allons assister à de nombreuses frictions et tensions au cours des deux ou trois prochaines années. L’Europe est appelée à devenir un laboratoire mondial de décarbonisation profonde et le monde aura l’occasion d’apprendre comment atteindre les objectifs climatiques. »

Eh bien, s’il y a une chose que l’Europe a démontré qu’elle pouvait facilement surmonter, ce sont les « tensions » entre ses membres les plus pauvres. Parce que, eh bien, « tout ce qu’il faut » pour rendre les riches encore plus riches, ce qui, au fond, est la raison d’être de cette noble révolution verte. »

sources: https://www.nationandstate.com/2021/07/16/a-furious-hungary-threatens-to-veto-europes-green-new-deal/

https://www.aubedigitale.com/une-hongrie-furieuse-menace-de-mettre-son-veto-au-new-deal-ecologique-de-leurope/

5 commentaires

  1. Posté par miranda le

    CE CO2 CHEVAL DE TROIE a toujours le vent en poupe. Cette élite européenne lassée de diriger par ce qui reste de dialogue social, se cherche avant tout un avenir CONFORTABLE en se servant du changement climatique pour abaisser le niveau social et intellectuel des différentes classes sociales. Nous évoluerions ainsi vers une société « TECHNO-FEODALE.

    Le CO2, gaz maudit ou source de vie – Académie des …https://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr › PU…
    PDF
    10 avr. 2017 — Sur notre terre, après sa création il y a 4,5 milliards d’années, la quantité de gaz carbonique était des milliers de fois plus élevée qu’ aujourd’hui …
    https://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/academie_edition/fichiers_conf/PUECH-CUQ-2017.pdf

  2. Posté par Jean-Francois Morf le

    l’EU fonce tout droit dans le mur. Le Texas nous a pourtant montré à quoi ça mène, les écolos.
    Le 13 juin, les écolos voulaient que les Suisses votent oui oui oui non non, mais les suisses ont voté non non non oui oui! C’était la 2ème fois que le peuple suisse rejetait les accords de Paris: pas fous, les suisses.

  3. Posté par Jean-Francois Morf le

    Les écolos délirent, le Texas et la Californie délirent, l’Europe délire: sans courant nucléaire, et sans carbone, il n’y a plus d’électricité quand il n’y a ni soleil ni vent. Le Texas a eu la panne totale à cause des écolos, la Californie brûle parce qu’il faut un permis pour élaguer, donc on élague pas jusqu’à ce que tout crame. Difficile de creuser les fleuves en V à cause des écolos, donc ils débordent au lieu de s’auto-creuser comme le Colorado…

  4. Posté par antoine le

    Les cerveaux des dirigeants de l’UE font peine à voir !
    Après le  »big reset » économique et le remplacement de la population blanche par des Africains, le monde se rendra compte mais un peu tard que ces décisions n’étaient PAS justifiées. L’hystérie climatique empêche une saine approche et une réflexion de base.
    Le CO2 n’est pas coupable !!

  5. Posté par tourbillon le

    D’abord, liquider les automobiles européennes au prétexte qu’elles polluent pour ensuite, faute de concurrence, tous rouler en made-in-china.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.