Quand l’exemple vient de gauche, l’asile au Danemark

Céline Amaudruz
Conseillère nationale UDC
Quand l'exemple vient de gauche, l'asile au Danemark
Le gouvernement danois vient de démontrer qu'on peut être de gauche sans être naïf. C'est très rare, ça mérite d'être étudié voire imité. Le 03 juin dernier, le parlement a soutenu un texte prévoyant que les procédures d'asile soient menées dans un état tiers hors Union européenne. Au terme du processus, seuls les requérants admis pourront gagner le Danemark pour être pris en charge. Il faut maintenant trouver l'état tiers susceptible d'héberger les centres d'accueil. Les avantages sont indéniables. Le coût des procédures sera réduit et le problème du retour des requérants déboutés ne se posera pas. Ce procédé aura sans aucun doute un effet bénéfique au niveau de la délinquance importée puisqu'elle n'atteindra plus le territoire danois mais sera au contraire traitée selon les normes du pays tiers, généralement moins agréables que celles qui prévalent au Danemark.
L'UDC estime que l'exemple danois doit être suivi. Notre pays aurait tout à gagner à procéder de la sorte. Certes, la perspective d'accueillir des centres de ce genre n'est pas de nature à enthousiasmer les états tiers potentiels mais ils pourraient aisément y trouver leur compte dès lors qu'ils bénéficieraient des économies que nous pourrions réaliser. Rien que ce que nous coûtent les renvois constituerait déjà une somme pour le moins attractive sans compter les frais liés à la délinquance vagabonde. La loi sur l'asile actuelle est clairement en faillite. La perte en ligne constatée dans les centres de renvois est effarante. Le Conseil fédéral tente de rassurer le bon peuple en comptabilisant les disparus comme ayant quitté la Suisse par leurs propres moyens. C'est sûr qu'une personne dont on organise le retour gratuitement aura à cœur de rentrer chez elle à ses propres frais. Le prétendre, c'est déjà audacieux mais imaginer que les gueux vont gober ça, c'est carrément une insulte à l'intelligence. Le temps des expériences hasardeuses est terminé, la naïveté a montré ses limites. Sans doute l'ouverture d'un centre dans un état tiers n'est-elle pas encore pour demain. En attendant, l'UDC va exiger l'expulsion immédiate des requérants délinquants et la suppression de l'avocat gratuit, comprenez à la charge du contribuable, dont le rôle est de prolonger le séjour de celles et ceux qui doivent s'en aller.
Après l'empirisme organisateur, place à la rigueur.
Céline Amaudruz
Conseillère nationale
Présidente UDC Genève

4 commentaires

  1. Posté par Poilagratter le

    Pour ça il faut des frontières , Pas des passoires…

  2. Posté par antoine le

    Si un proposition similaire est présentée, TOUS les partis sauf l’UDC la refuserait !
    C’est effectivement une bonne proposition qui s’apparente de loin à une demande de visa !
    Il faudrait peut-être un jour y revenir à cette bonne  »vieille » méthode du visa … !!

  3. Posté par Chris le

    Ils ont mal lu: même en cas d’acceptation de la demande d’asile cette dernière sera traitée hors du Danemark. Plus question du Danemark pour parasiter à vie.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.