Un Coup d’État réussi

Stéphane Montabert
Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens

Aujourd'hui, Joe Biden vient de prêter serment au Capitole, démontrant qu'en 2021, aux États-Unis, il est possible de voler une élection présidentielle grâce à la fraude électorale, et de devenir Président dans la foulée.

L9LBnji.jpg
Il fallait au moins tout cela pour tenir tête à Trump, sinon le combat n'était pas équitable.

Ultimes nouvelles de la fraude électorale

Dire que j'ai abondamment évoqué la fraude électorale lors du scrutin présidentiel américain du 3 novembre serait très en-dessous de la vérité, mais on trouve encore des éléments intéressants qui méritent de revenir, encore une fois, sur le sujet.

Pour les négationnistes de la fraude électorale, une compilation épique des vidéos de fraude.

Ensuite, un tableau de Peter Navarro, chercheur économiste de Harvard et membre de l'Administration Trump sortante, qui rassemble les fraudes répertoriées par état fédéré et par catégorie. En bon scientifique, Peter Navarro documente la façon dont tous ces chiffres s'articulent dans des rapports détaillés disponibles sur son site.


Le tableau de synthèse de Peter Navarro (cliquez pour agrandir)

L'intérêt de ce tableau est triple:

  • Il montre que, de façon surprenante, certaines "erreurs" sont étrangement limitées à certains états. On peut en mettre certaines sur le compte de différences locales dans les lois électorales, mais aussi supposer que les responsables démocrates locaux ont eu une certaine latitude pour choisir les méthodes qu'ils allaient employer pour tricher.
  • Il permet de comparer les quantités de bulletins litigieux par rapport à l'avance de Joe Biden dans les résultats "finaux" de chaque état (sur les deux dernières lignes). On voit aisément que l'avance du candidat démocrate est si fragile qu'il suffirait souvent qu'une seule contestation soit enfin reçue par la justice pour faire basculer le vote dudit état.
  • Il ne mentionne même pas l'énorme fraude permise par le logiciel Dominion, qui mériterait un billet à lui seul, et qui implique des ordres de grandeur encore plus élevés en matière de vote frauduleux.

Il est évidemment tard pour espérer qu'un juge ait suffisamment d'intégrité pour se pencher enfin factuellement sur les fraudes électorales du 3 novembre, mais aussi bizarre que cela puisse paraître aujourd'hui, dans les méandres de la lente justice américaine, ce n'est même pas impossible. Évidemment, maintenant que Joe Biden est installé dans la Maison Blanche, les conséquences sont limitées, mais pas nulles.

Quant au logiciel Dominion précédemment évoqué, nous avons une nouvelle intéressante qui nous provient d'Italie: un témoignage sous serment d'un individu qui aurait participé, sur le plan informatique, à la manipulation des bulletins de vote par le logiciel lors de la nuit du 3 novembre. Le gouvernement italien se retrouve mêlé aux manipulations des élections américaines. Et c'est loin d'être le seul pays impliqué dans l'affaire.


Le Boulot Italien [Italian Job], cliquez pour agrandir

Bien entendu, c'est une fausse nouvelle selon Reuters par exemple, bien que l'agence admette qu'elle n'ait pas pu vérifier l'authenticité du document en question. Faux sans avoir été examiné, c'est beau, c'est le Debunking 2.0.

L'improbable victoire de Biden

Il faut être mentalement capable de prouesses pour accepter l'idée que Joe Biden ait été élu président sans tricher:

  • Un homme de 78 ans, visiblement sénile
  • faisant campagne depuis le fond de sa cave
  • choisissant comme colistière une des pires candidates démocrates lors des primaires
  • recevant plus de votes qu'aucun autre Président de l'histoire des États-Unis au milieu de la nuit du 3 au 4 novembre
  • confirmé au milieu de la nuit
  • inauguré dans un Capitole cerclé de murs et bouclé par l'armée
  • et sans que personne n'ait le droit de poser des questions sur tout cela sans être réduit au silence.

Je pense que nulle personne saine d'esprit et honnête n'en est capable.

Certes, des deux côtés de l'Atlantique, et même du Pacifique, les gauchistes jubilent aujourd'hui, et ils peuvent. Ils appartiennent à deux catégories: ceux qui haïssent l'Amérique et qui n'y vivent pas, et ceux qui haïssent l'Amérique et qui y vivent. Ceux-là sont les plus intéressants puisqu'ils vont avoir l'occasion de goûter de première main aux conséquences de leur choix. Les quatre ans de Trump ont amené records boursiers, relocalisation d'entreprises et emplois, hausses des petits salaires, baisse des impôts, retrait des guerres éternelles de l'Amérique et aucune nouvelle guerre, fin du matraquage climatique, indépendance énergétique et j'en passe... Tout cela doit être effacé. Comme une éclaircie entre deux nuages de tempête, nous reprenons là où nous en étions dans la continuité des huit ans d'Obama.

Je pense que je ne parviendrai jamais à qualifier Joe Biden de "Président", parce qu'il n'a pas été élu. Une vidéo remarquable - hors de portée des algorithmes de YouTube, qui n'ont pas la subtilité nécessaire - permet de le comprendre. Elle a été tournée le 6 novembre 2020, lorsque Joe Biden a annoncé rien de moins que sa victoire électorale. Elle dure vingt minutes mais donne pour toujours une compréhension différente du "succès" de Biden et sa colistière.

Là où Trump réunissait des dizaines de milliers de personnes, Biden ne réunissait personne. Le jour de son inauguration, le public n'est pas le bienvenu. C'est pratique, cela permet surtout de cacher qu'il ne se serait pas déplacé. Les dernières vidéos de Biden ont réuni 2500 spectateurs en tout et pour tout sur YouTube ; les derniers messages du Président, plus de 800'000, en direct.

La popularité de Biden est en papier. Les bulletins photocopiés ne sont pas des gens manifestant un choix politique. Leur seule réalité correspond à la machine qui les a imprimés par milliers.

Joe Biden sait tout cela, ainsi que Kamala Harris, le clan Clinton, les médias, les Républicains, les Démocrates et leurs chiens. Tout le monde le sait, même les citoyens américains, et Dieu sait qu'on essaye de le leur cacher. C'est pour cela que les Démocrates ont été effrayés par Trump jusque dans les dernières heures de son mandat. Ils savent qu'ils ne sont rien. Ils ont beau contrôler les médias, la justice, les université, les réseaux sociaux, ils n'ont pas avec eux la majorité de la population, loin de là, et probablement pas l'armée non plus (mais des purges viendront y remédier dans les deux cas).

Si les pro-Trump ont vécu les 79 jours qui viennent de s'écouler dans l'attente d'une décision de justice intègre, ou l'espoir que les politiciens de droite fassent enfin preuve de courage, les pro-Biden ont vécu dans la terreur que Trump utilise les moyens à sa disposition - l'armée et le pays réel. Ils auraient alors peut-être perdu. Voilà pourquoi ils ont tenté un nouvel Impeachment, aussi grotesque fut-il, dans les dernières heures de sa présidence.

Trump avait probablement prévu de le faire. Un chemin le long de l'Insurrection Act, suffisamment raisonné pour qu'une photo d'un visiteur de la Maison Blanche laisse malencontreusement apparaître le texte de déclaration que le Président Trump aurait lu en prenant la parole pour déclarer l'état d'urgence. Nous avons vécu des temps historiques, avec des moments historiques.

Pourquoi, au pied du mur, Trump a-t-il finalement renoncé à se battre? Il y a des centaines de raisons qui vont de l'abattement à de mauvais conseils, ou la volonté de ne pas jeter de l'huile sur le feu. Les non-choix aussi ont des conséquences historiques. L'instant critique a eu lieu et le moment est passé.

Le présent

Mark Zuckerberg, patron de Facebook, postait en 2016 depuis l'île pédophile de Jeffrey Epstein. Les pédophiles sont entrés en force au Capitole.

En attendant sa disparition physique, le Président Trump disparaît de toute sphère publique, une purge commencée alors qu'il était encore Président en exercice. Beaucoup de gens sont choqués de cette façon de faire. Les gauchistes benêts se réjouissent. D'autres gauchistes moins benêts s'inquiètent, tout de même, que cette façon de faire signifie que Big Tech peut s'en prendre ainsi à n'importe qui, même à eux.

Pas besoin d'être Trump pour se voir barrer l'accès aux réseaux sociaux. Toutes les personnes identifiées parmi les manifestants du Capitole le 6 janvier se voient ainsi écartées. Non seulement le compte de campagne de Donald Trump, mais les comptes personnels de tous les membres de la campagne de Donald Trump, sont fermés. Il en est de même pour tous les avocats, juristes et autres analystes discutant des diverses procédures judiciaires face aux monstrueuses fraudes électorales de l'élection. Pareil pour le livestream de Steve Bannon discutant de l'actualité sur YouTube.

Pareil pour Walkaway, un mouvement sans le moindre rapport avec Trump ou les événements au Capitole le 6 janvier. Vous n'en n'aviez jamais entendu parler? Ce mouvement réunit les témoignages de Démocrates quittant avec dégoût leur parti traditionnel, et met en avant l'intérêt de penser pour soi-même au lieu de suivre le troupeau. C'est donc un motif suffisant pour le faire taire.

Il en est le même pour Parler, le réseau social concurrent de Twitter et respectant, lui, la liberté d'expression. Au Matin, on jubile: Parler serait "utilisée par l'extrême droite..." Donc suivant le même raisonnement, des gens d'extrême droite lisant le Matin, ce journal doit être interdit. Mais ce qui tient lieu de journaliste en Romandie n'est même pas capable de penser aussi loin.

Le futur

Les gens qui pensent que Biden peut être battu sont des imbéciles. Cela concerne beaucoup de gens qui votent à droite, et même aux États-Unis. Un seul graphique permet de comprendre pourquoi:


Votes de l'élection complémentaire au Sénat du 5 janvier en Georgie (cliquez pour agrandir)

Eh oui. Comme pour l'élection présidentielle un mois avant, en Georgie, les dépouillements ont encore eu lieu avec les machines Dominion par qui le scandale arrive. Et comme par hasard un bond de voix surgit au milieu de la nuit, et fait passer en tête les Démocrates.

Cette petite manipulation leur a permis d'enlever le Sénat. Pensez-vous qu'ils le perdront? Si vous pensez que oui, contactez-moi, j'ai un pont à vous vendre.

Au Venezuela, le parti d'Hugo Chavez, grand fan de Dominion, n'a plus perdu aucune élection depuis 2006. Dans ce pays détruit où les gens meurent littéralement de faim, cela permet aux journalistes de proclamer que le Chavisme reste malgré tout populaire, puisque son parti continue de remporter élection sur élection... Implacable logique circulaire politico-médiatique.

La gauche gardera probablement pour plusieurs décennies la mainmise sur l'État fédéral américain. Pas tous les états fédérés, puisque certains comme le Texas n'ont pas installé le logiciel, mais assez pour que les Républicains ne retrouvent jamais les leviers du pouvoir. Ces états réfractaires seront écrasés par les lois venues de Washington, jusqu'à ce qu'ils se rebellent ou s'effondrent. Ceci dit, si quand on parle d'opposition républicaine on parle de John McCain (candidat "de droite" contre Obama en 2008) ou Mitt Romney (candidat "de droite" contre Obama en 2012) on comprend qu'on n'est pas sorti de l'auberge...

L'Amérique va changer, profondément et pour toujours, et pas en bien. Cela aura un impact direct sur la marche du monde. Le Grand Reset, le modèle chinois, les masses "heureuses" et surtout soumises face à une élite triomphante... Le modèle occidental basé sur la citoyenneté et la classe moyenne s'efface à nouveau progressivement de l'histoire pour céder au système impérial avec ses castes et ses sujets.

Si un pays comme les États-Unis, où la population est théoriquement protégée de l'État par le Premier et le Second Amendement, peut se faire manipuler en toute impunité par les élites pour empêcher la réélection d'un Président, qu'est-ce que cela signifie pour l'avenir de la démocratie dans le reste du monde? Ne vous leurrez pas, beaucoup de politiciens en Europe et ailleurs regardent avec appétit ce qui vient de se passer au pays de l'Oncle Sam. Ils meurent d'envie de faire de même chez eux. S'affranchir enfin de la pénible incertitude de l'élection, voilà le rêve de la plupart des politiciens professionnels.

Regard en arrière

Je n'ai pas honte de relire mes textes. Je prévoyais que Trump finirait par l'emporter, je me suis trompé, mais être moqué pour mes prévisions erronées est bien le dernier de mes soucis.

Je sais par expérience que toute institution humaine créée dans un but finit assez vite par dégénérer. Elle oublie sa mission d'origine pour se concentrer sur sa propre survie et son développement, gardant parfois un vague lien avec sa mission d'origine, parfois l'oubliant complètement. Les bureaucraties naissent ainsi et se développent, éternellement. Seules une invasion étrangère, une révolution ou un écroulement généralisé de la société peuvent y mettre fin.

Depuis le 4 novembre au matin, j'avais espéré que les États-Unis, bâtis sur la fantastique vision de leurs Pères Fondateurs, auraient pu garder à travers les siècles des institutions capables de remplir leur mission. Et il suffit de relire cette phrase pour comprendre à quel point c'était naïf.

D'innombrables processus étaient en place pour empêcher le succès d'une fraude comme celle qui installe Joe Biden à la Maison Blanche. Des systèmes de vote, des vérification de bulletins par correspondance, des assesseurs, des observateurs, des contrôles et des audits, des certifications, des validations de commissions électorales, des appels du système législatif et de la justice... Rien n'a fonctionné. Lors de chaque étape, l'inertie, la volonté de ne pas faire de vagues ou le simple manque de courage ont fait en sorte que les fraudes franchissent l'obstacle, chacun espérant peut-être que quelqu'un d'autre en aval se chargerait du sale boulot. Le résultat est fêté par les médias aujourd'hui.

Certains en voudront peut-être à Trump de ne pas avoir "franchi le Rubicon". C'est fort compréhensible, au vu de ce qui va déferler sur l'Amérique ces prochaines années. Mais même si Donald Trump - qui n'est rien de plus qu'un être humain - a finalement renoncé devant l'obstacle, il aura eu le mérite de tirer le voile sur l'ampleur de la corruption des institutions aux États-Unis. Toute la charpente était moisie en profondeur depuis des décennies, mais maintenant au moins, tous les Américains le savent.

N'allez pas croire que la plupart des pays soient en meilleur état...

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 20 janvier 2021

15 commentaires

  1. Posté par antoine le

    Time magazine avoue la conspiration contre Trump :
    https://www.dreuz.info/2021/02/09/victoire-de-biden-time-magazine-avoue-la-conspiration-contre-trump/
    Dans ce très long article, il n’y a pas un mot concernant :
    – Les machines à voter Dominion et les rapports les concernant (machines certifiées avec 1 erreur tous les 250’000 votes; lors des tests l’erreur était de 68% !!)
    – Les fraudes multiples constatées
    – Les multiples plaintes jugées irrecevables
    – La plainte du Texas associé avec 20 autres États
    – Les expulsion des observateurs républicains
    – Les bulletin mal scannés ou scannés plusieurs fois
    – Les morts qui ont voté
    – Les mineurs qui ont voté
    – Les faux bulletins de vote par correspondance
    – etc … etc …

  2. Posté par aldo le

    @Xavier Bestenheider le 25 janvier 2021 à 07h33 intéressant pour poursuivre l’étude, mais inutile faute de preuves suffisantes et d’une qualité vidéo de première main.

  3. Posté par Xavier Bestenheider le

    Vous ne vous êtes pas trompé!!!

    Bonjour les amis, connaissez-vous la dernière:

    Biden serait en fait prisonnier et president d’une société qui contrôlait les USA dans l’état de DC, district de Colombia, en fait USA.Corporation appartenant aux Rothschild au Vatican et à la couronne d’Angleterre! Trump a abrogé un acte de 1871 qui leur a donné la suprématie et le pouvoir sur tout le pays et le controle de la dette durant toutes ces années…

    Nous serons fixés normalement, le 4 mars, la constitution a été signée le 17 septembre 1787 et rendue effective le 4 mars 1789!

    Hello my friends, do you know the last one?

    Biden would in fact be the prisoner and president of a company that controlled the USA in the state of DC, District of Columbia, in fact USA. Corporation, owned by the Rothschild family, the Vatican and the Crown of England! Trump repealed an act of 1871 that gave them supremacy and power over the whole country and control of the debt for all those years …

    https://youtu.be/ttVeI6Iva8E

    https://youtu.be/AmxpppGrYeU

    We will be fixed normally, November 4, has the constitution was signed the 17 September 1787 and effective the 4 of November 1789!

  4. Posté par aldo le

    Ci-dessous une nouvelle crotte de Christian dit « la picole » aux alias multiples , avec ses news spécialisées toujours aussi polluantes parce que si bien documentées. Vivement qu’il reprenne l’antbuse, parce que sa crampe du clavier se pérénise après chaque litron descendu.

  5. Posté par Trump le

    Il ne manque que la théorie de la terre plate dans les commentaires. Allez vous documenter de façon sérieuse avant de déblatérer des inepties

  6. Posté par Jacques Hallali le

    TOUS les principaux ministres de Biden sont « bouddhistes ». Cela va avec sa politique ouvertement anti-go.. -blancs. Le mâle blanc est voué à l’extermination, la femelle blanche au métissage.

  7. Posté par aldo le

    Ci-dessous encore le syndrome Christian et ses alias mutliples toujours le soir pour imposer sa crotte en tête des commentaires. Il est pourtant très simple à détecter à cause de son évidente mauvaise foi. On peut lui rétorquer qu’il lui manque un suivi régulier des nouvelles publiées sur lesobservateurs.ch pour se rendre comptes que toutes ses balivernes stériles et non-avenues.

  8. Posté par antoine le

    URL du rapport de Mme Powell concernant les fraudes :
    https://mirastnews.net/2021/01/17/sidney-powell-publie-270-pages-de-documents-prouvant-le-trucage-etranger-de-lelection-presidentielle-de-2020/
    Rapport de 270 pages en anglais
    https://zengermedia.s3.us-east-2.amazonaws.com/wp-content/uploads/2020/12/29130729/2020-12-23-Sidney-Powell-Team-Binder-ZENGER-NEWS-Cover.pdf
    Lire page 18/270 : Les machines Dominion sont certifiées une erreur pour 250’000 bulletins de votes. Lors des tests, erreur de 68% !!
    Comme on dit dans ce cas cas-lé : cherchez l’erreur …

  9. Posté par Hervé le

    Fermons les yeux et imaginons une élection dans un pays où la moitié des gens votent sans pièce d’identité, la moitié des gens votent par correspondance (c’est interdit en France), dans les bureaux de votes décisifs on fait sortir les observateurs et on continue de compter de nuit sans contrôle, un des deux candidats gagne le jour et pendant la nuit mystérieusement les résultats sont inversés et au matin il a perdu , pour ces élections on utilise des machines à voter (!!!???) fabriquées au Venezuela.
    Ça se passe en Côte d’Ivoire ? Non, en Algérie ? Non an Afghanistan alors ? Non.
    Ça se passe aux États-Unis d’Amérique, la plus grande démocratie du monde !
    Moi je dis que c’est un tournant dans l’histoire du monde et un tournant historique…

  10. Posté par Jean Portier le

    Merci monsieur Montabert pour votre super analyse de fraudes électorales, mais vos chiffres ne parlent que de quelques milliers de bulletins éventuellements frauduleux, hors la différence de votes en faveur de Joe Biden s’élève à plus de 10 millions. Il serait temps d’accepter enfin la victoire de la démocratie, même si cela ne vous plaît pas et de regarder l’avenir, un avenir sans paranoïa….merci

  11. Posté par aldo le

    Coup d’Etat réussi à l’aide de la presse mondiale totalement inféodée par suite de corruptions financières qui entretiennent des journalistes bidon-biden cultivés par la France comme ici: https://www.sciencespo.fr/journalisme/ Vous pouvez constater qu’il n’y a pas de chômage pour des journalistes-putes puisqu’ils ont déjà des propositions avant d’avoir fini l’école… Vous pouvez aussi voir les actions d’une journaliste Valentine Pasquesoone sortie de cette école au sein de francetvinfo.fr Elle exploite des pauvres type qui renient leur adhésion à Trump uniquement parce qu’ils n’ont pas les moyens intellectuels et/ou physique de pouvoir analyser exactement ce qui s’est produit au Capitole. C’est aussi la conséquences des boycotts des médias alternatifs et des censures des GAFAM. Le médias à la botte des corrupteurs bénéficiant de la seule parole autorisée, comme dans toutes les bonnes dictatures communiste et particulièrement chinoises.

    https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/j-ai-fait-le-mauvais-choix-apres-la-defaite-et-l-intrusion-au-capitole-ces-electeurs-republicains-tournent-le-dos-a-donald-trump_4262993.html

  12. Posté par kandel le

    Concerne : Les fraudes et les machines Dominion.

    En tant qu’informaticien, nous avons dû (fin des années 1990 ou début des années 2000… désolé, les années passant si vite nous sommes maintenant incapable d’être plus précis) faire une application informatique complète pour traiter les votations.
    Ces programmes étaient destinés à être incorporés dans un ensemble de programmes permettant toute la gestion informatique de Communes de Suisse.

    Remarque générale et fondamentale
    Ce genre de programmes pour traiter des votations sont simples, toute proportion gardée.
    En effet, il s’agit en premier lieu de s’assurer que le votant en question est bien inscrit sur le registre des votants, qu’il a le droit de vote et qu’il n’a pas déjà voté pour l’objet en cours d’examen.

    Ensuite, qu’il s’agisse d’élections ou de votations sur des objets particuliers, chaque vote est comptabilisé là où il doit l’être.

    De plus, comme pour tout programme informatique, un traitement particulier doit être prévu en cas d’anomalie. Généralement, le vote en cours de traitement est refusé et donne lieu à l’édition d’un erreur sur l’état ad hoc ; à charge ensuite aux scrutateurs de voir ce qu’il en est lorsqu’ils analyseront la liste des erreurs et de faire le nécessaire (rejet complet ou partiel du bulletin de vote en question).

    Le soft des machines Dominion est bien plus complexe car il doit permettre d’obtenir le résultat des votations que les fraudeurs (des dirigeants politiques malhonnêtes) veulent obtenir TOUT EN GARDANT UN AIR DE VRAISEMBLANCE.

    Et cela n’est pas si simple. En effet, suivant les circonstances, il est préférable de pouvoir choisir telles ou telles types de stratégies de fraudes et, comme pour tout mensonge, les possibilités sont légion.

    Ce choix, ou ces choix, de stratégies de fraudes pour une votation particulière sont donnés au programme via des paramètres transmis par une clé USB ou par Internet si la machines Dominion est connectée à internet.

  13. Posté par Peter Bishop le

    Plus le temps passe et plus j’ai l’impression de vivre dans un monde parallèle. Les gens autour de moi, informés par les médias, croient que la Covid est dangereuse, l’état d’urgence et les « mesures » justifiées, prient le dieu vaccin, adorent Obama, détestent Trump, ne voit aucune fraude, acceptent les masques comme normal, etc… Et de mon côté, tout mes sens, toutes les informations, toutes les preuves me montrent une réalité complètement différente… Des mondes parallèles !

  14. Posté par antoine le

    Je prévoyais aussi que M. Trump soit largement réélu à la régulière !
     »Je n’ai pas honte de relire mes textes. Je prévoyais que Trump finirait par l’emporter, je me suis trompé, mais être moqué pour mes prévisions erronées est bien le dernier de mes soucis. »
    La fraude industrielle ciblée à quelques États américains démontre que les démocrates ont appliqué une stratégie diabolique !
    Je ne pensais pas, de mon vivant, voir naître la République Bananière des Etats-Désunis !
    Honte aux juges pourris et corrompus !
    Cela va laisser de méchantes traces dans l’Histoire !
    Merci M. Montabert pour le condensé d’informations et l’analyse.
    Le mal est fait, mais comme on dit :
    Bien mal acquis ne profite jamais !
    http://www.linternaute.fr/proverbe/455/bien-mal-acquis-ne-profite-jamais/

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.