[Scandale Soros] Pour Nicolas Bay, “la CEDH est l’incarnation du gouvernement supranational des juges contre la volonté des peuples”

Par Bastien Lejeune

Dans son dernier numéro, Valeurs actuelles révèle l'ampleur de l'influence de Georges Soros, le milliardaire hongrois à la tête du réseau d'ONG Open Society Foundations, sur la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Nicolas Bay, élu RN au Parlement européen, juge ces révélations « proprement terrifiantes ».

Valeurs actuelles. Qu’avez-vous pensé de l’enquête publiée par Valeurs actuelles cette semaine, qui dévoile les relations entretenues par les juges de la Cour européenne des droits de l’homme avec les ONG de l’Open Society Foundations ?

Nicolas Bay. Cette enquête est plus qu’édifiante : elle est proprement terrifiante. La stratégie de long terme développée par George Soros à travers son Open Society lui a assuré une influence que peuvent envier de nombreux chefs d’États, tout en se faisant passer pour un « philanthrope ». C’est un peu vite oublier qu’il a fait sa fortune en spéculant et en ruinant la vie de nombreuses personnes, qu’il est cité dans les Paradise Papers ou encore qu’il a été condamné pour délit d’initié.

Quel est cet homme qui est en position d’imposer ainsi son idéologie globaliste aux peuples européens via un organe initialement conçu pour les protéger ? À quel point nos dirigeants sont-ils coupables de passivité, voire de complicité ?

Plus généralement, cette enquête permet de s’interroger sur l’instrumentalisation du concept
« d’état de droit ». Ce dernier tourne souvent au procès politique, dans le but de détruire les fondamentaux de nos nations en contestant par la voie judiciaire ce qui a pourtant été voulu et décidé par les urnes. Le projet revendiqué par George Soros est celui d’un libéralisme mondialisé chimiquement pur, la société globale régie par les juges, qui ne reconnaît que des individus déracinés et interchangeables ; le libre échange commercial et la libre circulation des personnes devenant les valeurs cardinales de la société.

Je le vois chaque jour au Parlement européen, étant rapporteur au nom de notre groupe parlementaire sur deux des dossiers les plus importants de ces dernières années : les attaques de Bruxelles contre la Pologne et la Hongrie. Officieusement ciblés car ils refusent d’accepter la répartition automatique des migrants, ces deux pays sont officiellement accusés d’atteintes à l’état de droit. La CEDH fait de son mieux pour soutenir ces assauts, comme l’illustre votre dossier.

Connaissant la situation de conflit d’intérêts dans laquelle se trouvent de nombreux juges de la CEDH, la France devrait-elle prendre des mesures pour se protéger de l’influence de l’OSF ? Lesquelles ?

Plusieurs mesures peuvent être prises. Par exemple, la Hongrie de Viktor Orbán a décidé d’obliger les ONG à déclarer leurs financements reçus de l’étranger afin d’exposer toute forme d’ingérence provenant de pays tiers. De plus, les fonds perçus sont taxés afin de soutenir des programmes pour contrer la propagande de ces ONG. Ces dispositions ont naturellement déclenché l’ire de la Commission européenne ! Il faut dire que George Soros et Jean-Claude Juncker, grands amis, s’affichaient souvent ensemble…

Mais la décision la plus simple et la plus efficace serait, comme le propose le Rassemblement National, de quitter la CEDH. […]

Ceux qui évoquent l’influence de l’Open Society Foundations au sein des institutions européennes sont systématiquement taxés de complotisme. Son influence est-elle selon vous exagérée ?

[…] Le rapport de Grégor Puppinck comme l’enquête de Valeurs actuelles montrent bien que la plupart des éléments concernant l’infiltration de la CEDH sont publics et que cette stratégie est efficace. Il est par ailleurs habituel d’avoir au Parlement européen des conférences organisées par divers groupes politiques allant de l’extrême gauche aux macronistes avec le soutien affiché ou la participation de l’Open Society. L’influence de George Soros est réelle, elle est même considérable et doit être combattue.

Article complet: Valeurs Actuelles

***

Rappels :

Comment George Soros a infiltré la Cour européenne des droits de l’homme

[Le scandale Soros] “Le principe de l’équilibre des pouvoirs est rompu” : François-Xavier Bellamy dénonce l’emprise de la CEDH sur les choix des États

[Vidéo] Le scandale Soros

Le scandale Soros, partie 4 : Opacité des protocoles, “oublis” et collusions… Comment les ONG couvrent leurs traces

Mainmise du milliardaire Soros sur l’UE

Enquête Soros : les révélations de Valeurs Actuelles provoquent des réactions à l'étranger

2 commentaires

  1. Posté par poulbot le

    Sertorius le 24 février : pas seulement rendre ses activités illégales mais également saisir tout ses bien , comptes bancaire compris , tout les comptes même les siens perso ; le mettre sur la paille lui et sa famille .

  2. Posté par Sertorius le

    ‘L’influence de George Soros est réelle, elle est même considérable et doit être combattue.’

    Pour arrêter Soros il faut rendre ses activités illégales. On pourrait se demander s’il y a une différence entre sa propre personne et ses sociétés. Il devrait être proscrit et les biens de ses associations en Europe saisis.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.