Italie : un employé marocain devient fou « Je vais vous couper la tête, je vais tous vous tuer. »

Il était 16h30 lorsque le M.N., un travailleur d'origine marocaine âgé de 30 ans, engagé deux jours plus tôt par une agence d'intérim, s'est disputé avec un collègue de travail pour des raisons futiles.

Dès le début du conflit, des collègues, avec l'aide des deux propriétaires, Mirco et Giovanni Mantese et d'un représentant, qui se trouvait là, sont intervenus pour séparer les deux protagonistes et stopper la rixe.

Alors que la situation semblait maîtrisée et les esprits apaisés, le Marocain a recommencé à déraper. Après s'être emparé d'une grande mèche aiguisée de 80 centimètres de long et pesant plusieurs kilos, il a frappé la tête de Giovanni Mantese qui était intervenu pour tenter de stopper le conflit. Puis dans une rage incontrôlable, il s'est jeté sur les voitures garées près des bureaux de l'entreprise. Il a fracassé une camionnette Mercedes-Benz appartenant à la société, puis une Volkswagen Golf appartenant à un représentant en peinture.

Fuite générale

Non content, le Marocain hors de lui s'est emparé d'une petite tronçonneuse, et tandis qu'il tentait de la mettre en marche, il a pourchassé ses collègues de travail et ses patrons, menaçant de leur couper la tête.

C'est la panique générale. Certains se sont enfuis le long de la route provinciale, très fréquentée à ce moment-là, toujours poursuivis par le Nord-Africain qui ne cessait de crier : "Je vais vous couper la tête, je vais tous vous tuer". La scène, tirée de films d'horreur, a également été suivie en direct par quelques automobilistes de passage qui, incrédules et effrayés, ont préféré s'éloigner le plus rapidement possible.

Pendant ce temps, l'un des propriétaires a appelé le 112, expliquant le drame qui se déroulait au sein de l'entreprise. Les hommes du centre d'opérations ont immédiatement compris le danger de la situation et ont envoyé les secours appropriés. [...] Tandis que le personnel médical apportait les premiers soins aux blessés, les Carabiniers tentaient de ramener l'agresseur à la raison. Giovanni Mantese, le propriétaire qui avait subi une lacération à la tête et l'un de ses ouvriers dont le poignet de la main droite avait été fracturé et qui avait subi plusieurs écorchures sur différentes parties du corps ont été les premiers à être admis aux urgences de l'hôpital Santa Maria dei Battuti de Conegliano.

[...]

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Ilgazzettino.it

Nos remerciements à Victoria Valentini

3 commentaires

  1. Posté par aldo le

    @maury le 11 février 2020 à 17h47 Le dieu lunaire de ces imposteurs d’une religion bolchévico-nazie ne mérite qu’une minuscule.

  2. Posté par Sertorius le

    ‘Après s’être emparé d’une grande mèche aiguisée de 80 centimètres de long et pesant plusieurs kilos, il a frappé la tête de Giovanni Mantese…’

    Dommage que personne avait une arme pur lui tirer dessus. Il utilisait une arme léthale et justifiait la force léthale pour l’arrêter.

  3. Posté par maury le

    Partout, là où sont les disciples du Dieu lunaire surviennent des drames : »L idéologie qui rend fou ».De l’Est à l’Ouest ,du Sud au Nord ,même constat ,que ne font pas ceux qui nient l’évidence par intérêt et ils sont nombreux.!!!!!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.