Rompre avec l’UE et l’immigration : énorme enjeu de la votation suisse du 17 mai

17 Jan 2020

Si les Suisses disent oui à la votation populaire qui aura lieu le 17 mai, à la demande de l’UDC, ce sera un séisme bien pire que le vote anti-minarets de 2009 ! Il s’agit de résilier, rien que ça,  l’Accord sur la libre circulation des personnes avec l’Union européenne !

.

Comme partout en Europe, et bien que les Suisses ne fassent pas partie de l’UE (ils avaient dit non en 1992), les dirigeants signent des accords particuliers, bidouillent, traînent des pieds pour appliquer le vote des citoyens qui les dérange. Et tout ça pour qu’il y ait toujours plus d’immigrés et d’islam en Suisse et que les Suisses soient de plus en plus engagés, tenus, ligotés… par des accords internationaux et notamment européens.

.

C’est ainsi que, bien que, en 2014, les Suisses aient dit majoritairement oui à la question : faut-il des quotas annuels de migrants, la Fédération avait mis des années à mettre en application la loi et avait réussi à l’édulcorer pour la rendre quasiment nulle et non avenue. Les dirigeants suisses et l’UE faisant feu des 4 fers pour que les votations disparaissent…

C’est ce que Jean-Luc Addor député de l’UDC et avocat était venu expliquer à nos Assises en 2015

[…]

Nous aussi, nous avons nos lois qui, sous couvert de lutte contre la discrimination, sont utilisées pour empêcher les patriotes de dire la vérité à leurs concitoyens, en particulier sur les réalités et les conséquences de l’immigration, une immigration planétaire de masse dont nous savons qu’elle déstructure nos identités et nos traditions à nous, pays, peuples d’Europe, une immigration de masse dont nous savons aussi qu’elle est le vecteur essentiel, presque unique de l’islamisation de nos pays. Par un retournement hélas prévisible, ces lois sont aujourd’hui utilisées contre nous, patriotes d’Europe, par ceux qui défendent les lapideurs, les égorgeurs. Même en Suisse, en Suisse comme ailleurs, il est devenu dangereux de ne pas dire à quel point l’islam est une religion d’amour et de paix.

[…]

Mais voici que cet outil de la démocratie directe est menacé.

Il l’est d’abord de l’intérieur. Car le système n’aime pas ce qui dérange son fonctionnement, pour ne pas dire son ronronnement ; le système, en réalité, n’aime pas vraiment le peuple, car le peuple dérange ; paradoxalement, dans notre démocratie, le peuple, c’est parfois l’intrus. D’aucuns s’emploient donc à faire taire le peuple en rendant plus difficile l’usage de la démocratie directe, les uns en réclamant l’augmentation du nombre de signatures nécessaires, les autres en demandant un contrôle préalable de la constitutionnalité des initiatives (il y aurait alors celles qu’on aurait le droit de déposer et les autres…).

[…]

L‘autre menace qui pèse sur notre démocratie directe, c’est l’Union européenne. C’est l’UE qui nous dit que nous n’avons pas le droit de nous défendre contre l’immigration de masse, que nous n’avons pas le droit d’expulser les étrangers criminels (comme le peuple l’a aussi voulu). Depuis la votation contre l’immigration de masse, l’UE exerce des pressions terribles sur la Suisse pour que celle-ci édulcore ou même pour qu’elle n’applique pas ce que le peuple a voulu. C’est que les bureaucrates de Bruxelles n’ont pas l’habitude de compter avec le peuple. Leur habitude, c’est d’imposer leur loi dans tout l’Empire, tout seuls, sans nous citoyens. En parallèle, les dirigeants suisses semblent prêts à conclure avec l’UE des accords sur des questions institutionnelles, en clair à accepter d’abandonner des pans entiers de notre démocratie directe, donc de notre souveraineté et de notre liberté d’expression politique.

Puisque les initiatives, même acceptées par le peuple, se heurtent systématiquement à de prétendus obstacles tirés du droit international et notamment européen, le dernier rempart qui pourrait permettre aux Suisses d’espérer échapper à la tutelle de l’UE est en train d’être dressé, une fois de plus, par l’UDC : nous venons en effet de lancer une nouvelle initiative qui, cette fois-ci, demande (sous réserve du droit international impératif) que l’on réaffirme la primauté du droit suisse, de notre droit, sur le droit international. Voilà une belle bataille en perspective, une de plus.

Une leçon qu’il faut tirer de tout cela, une leçon qui concerne tous les peuples d’Europe, c’est que notre combat pour conserver ou restaurer nos identités passe nécessairement par le démantèlement non pas bien sûr de l’Europe, mais de l’Union européenne (pour autant que celle-ci n’implose pas toute seule…) ; pour ceux qui n’y sont pas comme nous Suisses, ce combat passe par le courage de ne jamais accepter de nous noyer dans ces chimères mondialistes. L’Europe des peuples doit remplacer la bureaucratie de Bruxelles.

.

Ce que Jean-Luc Addor annonçait il y a 5 ans arrive donc.

Le 17 mai prochain, les Suisses vont voter pour  exiger de leur gouvernement qu’il négocie la fin de « l’Accord sur la libre circulation des personnes » conclu avec Bruxelles en 1999 et même pour que la Suisse dénonce unilatéralement cet accord en cas d’échec des négociations.

.

Panique à bord au gouvernement suisse (et à Bruxelles ) qui a commencé une campagne encore plus intense qu’en 2009, et comme en 2009 tous les medias suivent… invitant tous les immigrationnistes, tous les europhiles, tous les islamophiles… à venir expliquer au bon peuple de Suisse que, s’ils votaient oui, ce serait la fin de la dictature de l’UE de la Suisse. C’est que, si la Suisse dénonce unilatéralement le fameux traité, ce sera aussi la fin des autres accords bi-latéraux conclus avec l’UE, comme Schengen et Dublin.

.

Je fais confiance à nos amis de l’UDC pour démontrer allègrement – avec les exemples français et allemands notamment- que et Schengen et Dublin sont des horreurs, un piège à con innommable et que la Suisse gagnerait énormément à être débarrassée de ce poids. Mais qui dit information dit militants nombreux, dit moyens financiers énormes pour faire de la pub quand on est diabolisé. Et l’UDC est autant diabolisé que le RN !

Bon courage, amis suisses, on vous encourage et on vous regarde. Chaque peuple qui se libère de ses mauvais dirigeants et/ou des mauvais traités signés par ces derniers c’est un espoir pour les autres de pouvoir, un jour, faire pareil.

source: https://resistancerepublicaine.com/2020/01/17/rompre-avec-lue-et-limmigration-enorme-enjeu-de-la-votation-suisse-du-17-mai/

13 commentaires

  1. Posté par balaize le

    Wow ramassis de cons et de raciste..je demande que tous les milliardaires retirent leur sous des banques suisses et que l’europe retire à la suisse toutes les licences bancaires et mette un max de tax sur les exportations suisse…

  2. Posté par Marc le

    @miranda tous les lecteurs présent sur ce site partage vos conseils, le problème ce sont les 90% qui lisent pas lesobservateurs.ch et autre médias parallèle. Eux sont totalement obnubilé comme des Zombies devant leurs poste de TV à regarder et écouter ce potiche de Darius et sa clique ce parano traître et pd.

  3. Posté par Guilmaille le

    Quelle chance ont les suisses!

  4. Posté par miranda le

    ON SOUHAITE A LA SUISSE de savoir saisir cette occasion d’aller vers SA LIBERTE.
    De toute façon l’Europe va s’éteindre. Les Européens n’en peuvent plus de sa dictature et de sa volonté d’ensevelir les européens d’origine sous l’immigration. Nous devrons hélas attendre encore quelques années, nous les Français. Le temps que nos compatriotes soient déconditionnés, décontaminés.
    Mais vous SUISSES SAISISSEZ VOTRE CHANCE!!!!
    Comme l’Europe risque de vous empêcher de commercer avec elle pendant quelques temps (avant sa chute) eh bien, redevenez un paradis fiscal. Le temps de vous « refaire une santé économique ». C’est pas politiquement correct de penser à ce type de solution, mais si l’ Europe vous barre la route des échanges, c’est une solution de survie provisoire comme une autre.
    En attendant de redevenir un pays correct.

  5. Posté par Socrate@LasVegas le

    C’est bien sûr un grand OUI qu’il faudra mettre dans l’urne il en va simplement de la survie de notre société occidentale.
    Oui, d’autres citoyens nous envient la possibilité de nous prononcer. Nous nous DEVONS, pour eux aussi, d’honorer notre histoire commune, notre Patrie et sa Constitution ensuite!

    Merci à l’UDC pour cette chance supplémentaire offerte au bon moment, à un moment où chacun se sent concerné par cette menace: dans son travail, dans sa qualité de vie et ou dans son espoir…

    NON à l’ue et à tout accord cadre anticonstitutionnel
    NON à schengen, un véritable déni de démocratie obtenu par tromperie effrontée dans les chiffres présentés avant la votation!!!
    NON à l’islamisation incidieuse, criminelle et dramatique de toute notre société occidentale par nos élites clairement corrompues et OUI la création d’une LOI ANTI-CHARIA à défaut de quoi c’est ça qui nous attend nous aussi:
    https://francais.rt.com/france/70500-150-quartiers-seraient-sous-emprise-selon-dgsi

    Tous ensemble pour une société de progrès, d’immigration CONTROLEE par le PEUPLE SOUVERAIN UNIQUEMENT!

    OUI le 17 mai!
    OUI à une mmigration sans libre circulation des personnes
    OUI à l’initiative de limitation!

  6. Posté par gindrat le

    Ouvrez-les yeux. Une Suisse vivant en autartie est déjà une Suisse morte.

  7. Posté par farjon thierry le

    Sortons vite de ce bordel, sortons de Schengen et foutons dehors tous ces profiteurs, terroristes, Turcs, musulmans…. Toute cette merde DEHORS. Limiter très fortement le travail détache et frontalier, Vous ne voulez pas que la Suisse disparaisse, VOTEZ OUI VOTEZ OUI VOTEZ OUI VOTEZ OUI VOTEZ OUI VOTEZ OUI VOTEZ OUI VOTEZ OUI Ceux qui voteront NON seront des traitres a la patrie!

  8. Posté par Jean-Francois Morf le

    La libre circulation des malfrats et des envahisseurs mahométans, on en a marre: la circulation soir et matin sur nos autoroutes, construits avec nos sous, et dantesque! Votons pour que notre Suisse de l’occident ne finisse pas comme la « Suisse de l’orient », incendiée par les mahométans!
    https://www.youtube.com/watch?v=sUs8tunZ6MI

  9. Posté par Jean-Francois Morf le

    C’est à la dictature indirecte Europe de copier la démocratie directe Suisse, et non à la Suisse de se soumettre à la dictature islamique Europe.
    On a toujours eu une circulation entre la Suisse et l’Europe, mais une circulation incontrôlée, c’est inadmissible.

  10. Posté par antoine le

     »Donc, encore une fois, on a perdu notre souveraineté juridique. Une fois qu’on a perdu le contrôle sur notre droit, on a perdu le contrôle sur tout le reste. On a perdu notre souveraineté partout, on n’est plus souverains en rien. »
    https://resistancerepublicaine.com/2020/01/13/charles-gave-le-vrai-probleme-de-macron-est-quil-est-idiot-et-cest-lui-qui-a-coule-ghosn/
    Les enjeux sont énormes et les conséquences catastrophiques pour NOUS !
    Incitons notre famille, nos amis a aller VOTER !!

  11. Posté par indifférent le

    Oui , indépendamment du résultat de la votation, l’immigration va continuer son chemin puisque un seul individu bien établi est capable d’attirer après lui tout un réseau , qui parfois en quelques années peut arriver à des dizaines d’individus. Au bout de 1-2 décennies ce chiffre va se multiplier d’une manière exponentielle. Les outils prépondérants : la clandestinité et le travail au noir!! Oui c’est une réalité en Suisse, elle très répandue et presque personne ne souffle un mot. En n’ayant pas éradiqué ce fléau toute autre tentative d’assainir la composition démographique n’est que pure propagande électorale et finalement demagogie populiste. Disons que les multinationales et les boites d’état apriori sont soumises à un certain control, quoi que… . Mais la marge restante est assez large. En commençant par les intermédiaires qui eux ils ont obtenu des contracts dans la limite de la légalité, mais la main d’oeuvre réelle ne présent que peu de légitimité . Sinon comment se fait que M. X employé dans une boîte d’état a en parallèle sa propre boîte de nettoyage où il paye ses collaborateurs selon ses caprices. Il arrive que ces malheureux en quête du  » bonheur suisse » ayant chercher leur rétribution ( de fois inférieure à 10chf\heure) reçoivent une punition corporelle. Mais la persévérance porte ses fruits et au bout d’un certain temps les plus tenaces auront gagner la confiance duM. X qui va les récompensés en les incluant dans son réseau. Comme M. X est très bien vu localement , il peut obtenir même des logements pour ses fidèles. Et le réseau a l’occasion de prospérer en s’interessant à des activités qui n’ont rien en commun avec légalité. Nul besoin des documents parce tout est effectué dans la plus grande confidentialité. Combien de Messieurs X roulent en Suisse. La police doit avoir une évidence, si jamais. Et il semble que cette économie invisible prenne assez souvent le dessus parce-que ses dépenses sont moindres et de ce fait une concurrence déloyale s’installe très vite. N’est pas étonnant alors que ces messieurs X votent contre ces accords bilatéraux, pour ne pas nuire à ses propres intérêts. L’immigration massive d’une manière » légale » porte ses préjudices et l’autre alternative est tout autant nuisible. [d’après un cas réel ]

  12. Posté par antoine le

    NON à l’UE !
    Nous voulons un pays libre, sans contrainte de l’UE
    A bas la DICTATURE de l’administraaaaation de Bruxelles !
    Peuple suisse réveille-toi !
    Est-ce que monter ton passeport te dérange lorsque tu montes dans un avion ?
    C’est pareil à la frontière !
    Agissons avant que cela ne soit trop tard !
    Et surtout allons voter !

  13. Posté par Pierre le

    Pensez juste à les laisser sortir, les aider à aller voir leur famille en France avant d’appliquer le résultat du vote…ça serait bête.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.