Royaume-Uni : des étudiants de l’université de Sheffield seront payés pour défier les « micro-agressions » racistes dans les conversations

Une université va embaucher 20 de ses propres étudiants pour défier tout langage sur le campus pouvant être considéré comme raciste.

L’Université de Sheffield va payer des étudiants pour s’attaquer à ce qu’on appelle les « micro-agressions » – qu’elle décrit comme des « commentaires subtils mais offensants ».

Ils seront formés pour « mener des conversations saines » sur la prévention du racisme sur le campus et dans les logements des étudiants.

Le vice-chancelier Koen Lamberts a déclaré que cette initiative visait à « changer la façon dont les gens pensent au racisme ».

Les étudiants seront payés 9,34 £ de l’heure en tant que « champions de l’égalité raciale », travaillant entre deux et neuf heures par semaine pour s’attaquer aux « micro-agressions » dans l’université.

Il s’agit de commentaires ou d’actions qui pourraient être involontaires, mais qui peuvent offenser un groupe minoritaire.

Il donne des exemples de ce qu’il entend par microagression, pour donner une idée :

-« Arrête de faire des histoires de race avec tout »
-« Pourquoi est-ce que tu cherches quelque chose pour être offensé.e ? »
-« D’où viens-tu réellement ? »
-« Je ne veux pas entendre parler de vos vacances en Afrique du Sud. Ce n’est pas du tout de là que je viens. »
-« Etre comparé.e à des célébrités noires auxquelles je ne ressemble pas »

Plutôt que de contrôler la parole des gens, l’université parle d’ « ouvrir une discussion ».

Elle dit que les rôles d’égalité sont créés en réponse à la demande des étudiants, en leur apprenant comment « aider leurs pairs à comprendre le racisme et ses répercussions ».

« Nous pensons qu’il est important d’être ouvert et honnête au sujet du racisme », a déclaré le professeur Lamberts.
[…]

BBC

Via Fdesouche

5 commentaires

  1. Posté par Horizon le

    Ils ont vraiment de l’argent à foutre en l’air, ces cons !

  2. Posté par Sergio le

    Est-ce convenable de demander à ces étudiants s’ils sont encore conscients d’être là pour étudier ?

  3. Posté par antoine le

    La Gestapo va faire des ravages permis NOS libertés !

  4. Posté par Vautrin le

    Souvenons-nous de Soljenitsyne expliquant comment dans le bagne du Goulag les prisonniers punissaient de mort les mouchards. Sans aller si loin, des étudiants sans conscience se laissant aller à cette recherche ignoble sont connus tôt ou tard : une bonne correction avec petit séjour à l’hôpital suffirait peut-être à les remettre sur le chemin de la décence.

  5. Posté par Virgil le

    C’est comme ça que la tyrannie s’installe : quand des abrutis ne réalisent même pas que cela se retourna contre eux. De plus qui sont-ils pour dire autres ce qu’ils ont le droit de dire et d’entendre ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.