Génération Greta : comment la peur de l’effondrement mobilise toute une société et ses médias

Une adolescente se rend à l'autre bout du monde pour sauver le monde. Et les médias s'y rendent avec elle. Mais des doutes s'insinuent : quelle est au juste la mission de Greta Thunberg ?

Norbert Bolz, 29 août 2019, nzz.ch

Si vous voulez sauver le monde, vous devez sortir du rang. L'hypersensibilité d'une adolescente et patiente d'Asperger semble être devenue la mesure de toute chose. Le socialiste utopiste Fourier a dit un jour : "L'univers et l'homme forment un seul corps avec une seule peau, de sorte que chacun ressent chaque douleur". Cela décrit très bien l'hypersensibilité de la génération Greta. Elle a déclenché un battage médiatique qui étouffe dans l'œuf toute tentative d'argumentation politique objective.

Greta offre tout ce dont les médias ont besoin : la personnalisation et l'émotionnalisation de la politique, l'attente religieuse du malheur dans la "catastrophe climatique" et le programme ascétique pour sauver le monde. Elle est la sainte d'une religion verte de substitution, l'héroïne de notre temps, qui prouve l'authenticité de sa cause par son impolitesse et son infantilisme.

Au lieu d'aller à l'école, elle va à des conférences de presse, des interviews et des séances de photos. Elle parle devant l'ONU et les puissants de Davos, reçoit un baiser sur la main de Juncker et une audience avec le Pape. La jeune femme de 16 ans est couverte de prix et a déjà été nominée pour le prix Nobel de la paix. Mais au plus tard lors du voyage aux USA en voilier "climatiquement neutre", certains se sont posé la question : mission ou marketing ?

Concernés sans frontières

Il va donc falloir ici creuser un peu plus profond. Les problèmes écologiques sont évidemment le sujet idéal et inégalable pour les médias de masse car le monde entier est au centre de l'attention : tout le monde est concerné. Le changement climatique et la pollution de l'environnement ne connaissent pas de frontières.

Nietzsche se doutait déjà que nous vivions dans une société de drogués de l'urgence - rien ne nous est plus nécessaire que des difficultés, des malheurs visibles. Et c'est précisément la joyeuse insouciance face à la souffrance qui appelle une attitude complémentaire d'"être concerné". On "consomme" les sensations de désastre et les scènes de protestation. Et partout où la protestation remplace la réflexion, les médias sont présents. Ils font de nous les spectateurs de militants en prime-time qui incarnent notre avenir comme une menace.

L'ère des médias de masse est donc l'ère du pessimisme indigné et de la rhétorique de la peur. Ceux qui expriment leurs doutes ou mettent en scène leur préoccupation – et ce sont eux qui donnent le ton ici – sont des entrepreneurs moraux. Ils gagnent de l'argent sur le marché des sentiments avec la peur des autres. Dans le monde des metteurs en garde et des donneurs de réprimandes, l'apocalypse devient une marchandise.

La peur se révèle être le mode de communication le plus efficace, car la rhétorique de la peur est impossible à réfuter. "J'ai peur" - on ne peut pas faire plus authentique. Ainsi, l'humanisme des mass media invente l'humanité en tant que communauté des apeurés. Cela crée un œcuménisme de la menace apocalyptique.

Greta Thunberg n'a que 16 ans, mais la Suédoise est déjà connue d'Amsterdam à Sydney. La jeune fille atteinte du syndrome d'Asperger est à la tête du mouvement de grève scolaire pour le climat et a reçu récemment le prix Nobel alternatif.

Tout comme la conscience de classe révolutionnaire a été produite dans les années 1960 et 1970, la conscience environnementale apocalyptique est produite aujourd'hui - l'industrie de la conscience est passée du rouge au vert. Et tout comme les Rouges à l'époque, les Verts exploitent aujourd'hui la culpabilité de la culture occidentale. La théologie de la fin du monde a été remplacée par l'écologie de la fin du monde.

Au lieu de "Qu'est-ce que je peux espérer ?", la religiosité d'aujourd'hui demande "Qu'est-ce que je dois craindre ?". Ainsi, un œcuménisme de la peur s'est formé dans le monde occidental, avec le soutien de scientifiques engagés. C'est comme ça que ça marche : au début, il y a la crise ; la crise justifie la nécessité de la recherche ; l'importance de cette recherche légitime son financement par l'État ; la recherche dans "l'intérêt public" a besoin d'une organisation politique - et il arrive parfois ce que les théoriciens de la science appellent le "biais scientifique". En clair: on trouve ce qu'on s'attend à trouver. Et il est toujours minuit moins cinq.

Le scénario du pire

La catastrophe est évidemment fascinante en tant qu'exact contraire du système de fonctionnement de la société moderne. Aucune statistique, aucune mathématique et aucune expérience ne peut nous préparer à une catastrophe. La catastrophe est justement le cas pour lequel les techniques modernes du calcul des risques et de l'avis d'expert ne sont pas acceptées. La rationalité n'a aucune chance de s'imposer ici.

Depuis la chute du mur de Berlin, les scientifiques des médias ont observé une inflation de la rhétorique des catastrophes. Apparemment, la fin de la guerre froide a créé un vide de peur, vide qui est maintenant comblé de manière professionnelle. On pourrait presque parler d'une industrie de la peur. Les politiciens, les avocats et les médias vivent très bien de la peur. Mais les scientifiques qui avertissent et réprimandent mettent leur réputation en jeu. Les prophètes de la fin ont toujours été les ennemis les plus acharnés du Siècle des Lumières - et c'est particulièrement vrai aussi des éco-prophètes de l'apocalypse climatique.

Cependant, le monde peut encore être sauvé si nous prenons tous part au culte de la précaution et de la sécurité. Aujourd'hui déjà, la religion du soin et de la protection est la véritable religion civile du monde occidental. Dans la lutte contre le changement climatique provoqué par l'homme, nous éprouvons une intensité de sentiments que l'on ne peut que qualifier d'infantile - ou d'extase religieuse.

L'éco-religion a aussi ses prêtres, ses pèlerinages et son Saint Graal. Greta et les écoliers des Fridays for Future sont les Croisés du monde du bien. Tout comme leurs parents bien intentionnés, ils prennent au sérieux l'idée du surhomme de Nietzsche : prendre la responsabilité du monde entier. Mais ce qui est encore plus consternant que les enfants qui manquent l'école pour sauver le monde, ce sont les adultes qui les félicitent pour cela. Comme si la sagesse des enfants pouvait servir de guide dans un monde trop complexe.

Les médias, bien sûr, jouent un rôle clé à cet égard. On peut aussi dire que les concours de talents sont efficaces. Maintenant, les enfants ne veulent plus seulement apparaître comme mannequins et pop stars, mais aussi comme politiciens. Et en effet, les talk-shows présentent les écoliers comme des témoins de la vérité. D'accord, il est parfaitement normal et presque naturel que les enfants produisent un idéalisme fumeux, mais il est alarmant que les médias et la politique transfigurent cela en sagesse qui sauve le monde.

Les ONG organisent cette nouvelle religiosité, baptisée "conscience environnementale". Environnement, ainsi s'appelle le Dieu humilié dont il faut prendre soin et attendre le salut. Ce système de croyance vert est bien sûr beaucoup plus stable que le rouge qu'il remplace. La nature remplace le prolétariat - opprimé, insulté, exploité.

L’environnement mobilise

La déception laissée par la promesse de salut de la gauche a provoqué des visions apocalyptiques, à savoir celles de la destruction de l'environnement. L'espoir du salut ayant été déçu, les gens se sont à nouveau intéressés à la Création - sous le nom d'environnement. Et ce faisant, on n'a même pas besoin de renoncer à l'ivresse de la révolution. L'éco-religion est la nouvelle foi pour la classe moyenne éduquée, dans laquelle on peut loger de l'anti-technologie, de l'anti-capitalisme et de l'actionnisme.

Cui bono ? L'élite verte, qui prophétise la catastrophe climatique et appelle à l'ascèse, vit très agréablement dans son grand hôtel d'où elle contemple le précipice. Dans la société occidentale d'aujourd'hui, rien ne se vend mieux que l'écologie, le bio et le vert.

 Et Hollywood a déjà fait sien ce greenwashing : cela fait longtemps que ses stars et ses starlettes nous présentent le sauvetage du monde comme un bon divertissement.

Il s'agit donc de l'art d'extraire de la menace apocalyptique le miel de la bonne action et de l'idée d'entreprise porteuse de succès. Tout comme la "durabilité" auparavant, le "changement climatique" devient maintenant un terme clé du Big Business. La S.A. "We don't have time" est un exemple de la manière dont le sauvetage du monde peut être une énorme entreprise. Et maintenant, plus personne ne sera surpris d'apprendre que Greta la militante pour le climat en était la figure publicitaire

Norbert Bolz est professeur émérite de sciences des médias à l'Université technique de Berlin et auteur de nombreux ouvrages.

Source : NZZ
Traduction Cenator

*****

Voir aussi: https://www.bvoltaire.fr/greta-thunberg-ce-que-lon-oublie-de-nous-raconter/

3 commentaires

  1. Posté par Pierre le

    Ce que la haine bourgeoise peut produire de pire, regardez bien ce visage et comment osez vous, (how dare you!)continuez à vivre ou survivre et polluer leur saint air bourgeois qu’ils respirent malgré leur empreinte carbone 100 fois supérieurs à la vôtre, elle ne tolère pas d’avantage vos 1 centième de sa pollution.

  2. Posté par Jean Durand le

    Une population qui vit dans la peur et la culpabilité est manipulable à souhait et donc dans l’intérêt des politiciens et ceux derrière les coulisses qui tirent réellement les ficelles. Pour eux, une société qui va bien et dans laquelle tout le monde va bien est le pire cauchemar.

  3. Posté par toni le

    L’effondrement ne viendra pas du climat, mais de la perte de contrôle de tout le système du a l’islamisation et a la conséquente surpopulation dont l’islam est le grand pourvoyeur.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.