Un héros de l’attaque de Londres a utilisé une dent de narval

post_thumb_default

 

Sur London Bridge, plusieurs passants ont cherché à arrêter Usman Khan, l'auteur de l'attaque à l'arme blanche qui a fait deux morts.

ROYAUME-UNI - Tous les héros ne porte pas de cape, mais rares sont ceux à avoir utilisé une telle arme. Vendredi 29 novembre, Londres a été le théâtre d’une attaque à l’arme blanche qui a fait deux victimes. Mais le bilan aurait pu être encore plus lourd sans l’intervention de courageux passants. 

Comme le montrent des images qui tournent en boucle sur les chaînes de télévision du monde entier, et comme l’ont salué unanimement les responsables politiques britanniques, trois hommes ont effectivement risqué leur vie pour mettre un terme à l’embardée meurtrière d’Usman Khan

L’un n’avait que ses mains, le second était équipé d’un extincteur, et le dernier avait saisi une arme pour le moins singulière... une dent de narval. 

Comme l’a rapporté la première la réalisatrice de cinéma Amy Coop, présente par hasard sur les lieux de l’attaque, un homme s’est ainsi emparé de cet objet, qui servait de décoration dans le Fishmongers’ Hall, un bâtiment classé situé à une extrémité du pont. “Et il est sorti pour face faire à l’agresseur”, écrit-elle sur Twitter, expliquant qu’elle et d’autres passants tentaient de venir en aide aux victimes quand l’homme a agi de la sorte. 

“Eh bien, c’est un peu effrayant”, a ajouté un autre internaute, toujours sur le même réseau social. “Quand j’ai pris cette photo des dents de narval au cours d’une visite du Fishmongers’ Hall, un peu plus tôt cette année, je ne pensais pas qu’elles pourraient servir un jour à combattre le terrorisme.” 

Well that’s a bit spooky
When I took a photo of these narwhal horns on a visit to the Fishmongers’ Hall earlier this year it didn’t really occur to me there might be a day soon when they’d be used to fight terrorism pic.twitter.com/Iefo8ss59c

— James (@lostradical) November 29, 2019

Selon le quotidien britannique The Times, l’homme serait un cuisinier polonais employé dans les cantines du Fishmongers’ Hall, qui sert désormais de siège à une corporation londonienne de pêcheurs et dont l’intérieur est décoré de nombreux trésors.

Simplement nommé “Luckasz” dans les colonnes du journal, il aurait demandé à rester anonyme. Ses collègues ont raconté au titre qu’il avait couru en direction de l’assaillant au moment où celui-ci menaçait de détoner sa ceinture explosive (qui s’est finalement révélée factice). “Même s’il a été poignardé, ça ne l’a pas empêché de continuer à se battre. Luckasz est un héros”, a poursuivi l’un de ses amis, précisant que le cuisiner avait été touché à la main, mais que ses jours n’étaient pas en danger.

À voir également sur le HuffPost: L’héroïsme des passants londoniens salués par la classe politique

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Antoine le

    TOUTES les armes contre les terroristes sont bonnes !
    Mêmes les cure-dents peuvent servir à se défendre !
    Il faudrait que la justice soit revue et corrigée de fond en combles !
    C’est purement inadmissible que de tels racailles soient libérées pour  »bonne conduite » !
    Si ce métier de juge est trop difficile, il faut immédiatement démissionner et nommer à leur place des hommes à poigne qui appliquent réellement les lois en vigueur.

  2. Posté par Vautrin le

    Voilà deux hommes courageux, celui à l’extincteur et “Luckasz” qui pourrait inscrire le narval sur son blason. Ce sont des exemples que l’on doit suivre : face au terrorisme islamique, la seule réponse est une défense violente. Qu’en l’occurrence cette défense soit de narval indique combien l’appendice permettant à certains animaux de se défendre contre les prédateurs porte un nom vraiment symbolique. Le duo des défenseurs est, en sus, symbolique également : défense de ses prochains et de soi-même, et extinction de l’agresseur. Il n’y a pas d’autre politique à suivre lorsque l’État ne joue plus son rôle régalien de sûreté intérieure.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.