Aarau : Un réfugié érythréen poignarde sa femme enceinte pour la faire avorter et tente de la tuer

Un homme de 40 ans a essayé d'avorter un bébé et de tuer sa femme. Le tribunal d'Aarau a rendu son jugement : "Tentative de meurtre".

"Peut-on encore être davantage sans scrupules?" Par cette question, la procureure générale Carmen Laffranchi a résumé le point de vue de l'accusation. L'accusé, Josef (nom modifié), un Erythréen de 40 ans, s'est présenté devant le tribunal de district d'Aarau.

Le déroulement des événements, tel qu'il est décrit dans l'acte d'accusation, n'a pas été contesté. D'autre part, l'accusé a nié avoir l'intention de tuer. Josef se trouve en détention provisoire depuis que le crime a été commis il y a environ deux ans.

Couteau coincé à l'arrière du cou

Dans le logement commun de la banlieue d'Aarau, Josef avait d'abord enfoncé un couteau à désosser dans le bas-ventre de sa femme enceinte, puis il a poignardé la tête et le torse à plusieurs reprises. Finalement, le couteau est resté coincé dans le cou de la victime. Josef a frappé le dos de sa femme avec une bouteille remplie de whisky. Selon l'acte d'accusation, il a finalement recouvert la tête de la victime d'un oreiller "pour qu'elle puisse à peine respirer". Puis il a appelé sa sœur pour lui demander de qui sa femme était enceinte. Par la suite, il a téléphoné au centre d'appels d'urgence et a déclaré qu'il se battait avec sa femme, qu'elle était enceinte d'un autre homme et qu'elle était maintenant morte.

Mais la femme était encore en vie. Elle a été transportée par hélicoptère à l'hôpital universitaire de Zurich. Elle a été sauvée par une opération d'urgence. Son enfant a également pu survivre au coup de couteau. [...]

Pour comprendre la dispute qui a précédé l'acte, il faut savoir un certain nombre de choses sur l'histoire de Joseph et sur son mariage. Joseph est né en 1978 en Erythrée. Il y est allé à l'école pendant 11 ans, puis a servi dans l'armée pendant plusieurs années jusqu'à son départ. Il est arrivé en Suisse par la Libye il y a cinq ans, où il a été reconnu comme réfugié. [...]

Le mariage a été célébré en 2015 à Addis-Abeba, où le couple s'est rencontré pour la première fois. Au printemps 2017, l'épouse a été autorisée à se rendre en Suisse. En mai, il s'est avéré qu'elle était enceinte - à la 15e semaine. Joseph a calculé, puis, il s'est mis à soupçonner que sa femme avait été mise enceinte par un autre homme avant son arrivée en Suisse. Il ne voulait apparemment pas comprendre que les semaines de grossesse sont comptées à partir de la dernière période menstruelle. Lorsque l'enfant est né en décembre 2017, il a été prouvé sans équivoque que Joseph était son père.

[...]

Joseph a été très bavard, mais n'a guère répondu à une seule question précise. Il a également confirmé devant le tribunal qu'il avait infligé à sa femme des blessures mettant sa vie en danger. "Je suis possédé par le démon," explique-t-il, "c'est pour ça que je lui ai fait ça." [...]

15 ans d'emprisonnement et 15 ans d'expulsion du pays

Le tribunal, présidé par Reto Leiser, a suivi à l'unanimité les requêtes de l'accusation : il a déclaré Josef coupable de tentative de meurtre et de tentative d'avortement.

Pour qu'une tentative de meurtre soit commise, déclare Reto Leiser, il faut trois choses : Le manque de scrupules, un mépris flagrant pour la vie d'autrui et un égoïsme pur. Ces conditions étaient remplies dans le cas de Josef. Une peine d'emprisonnement de 15 ans est appropriée. Il en va de même pour les 15 ans d'expulsion.

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Aargauerzeitung.ch

 

Nos remerciements à Victoria Valentini

7 commentaires

  1. Posté par Nadette le

    En Suisse, comme en France, comme dans tout l’occident islamisé dans un avenir proche… Et les Bisounours ne voient rien venir, c’est affligeant. Les italiens et les polonais à une époque sont arrivés également, mais dans de bonnes dispositions de cœur et d’esprit : ils se sont intégrés dans la vie sociale du pays d’accueil à la force du poignet et avec une certaine fierté ! Ce que ces migrant assistés n’acquierront jamais. Ce n’est pas dans leur mentalité ni même un dogme de leur religion *Inch’Allah !

  2. Posté par kandel le

    Il faut de toute urgence que la Suisse conclue un accord avec l’Érythrée, accord stipulant que les Érythréens condamnés à des peines de prison sur sol helvétique, effectueraient le dit emprisonnement en Érythrée même… moyennant une indemnité de 100.- CHF par jour d’emprisonnement.
    Voici un véritable accord win-win, auquel nos diplomates, bardés de diplômes, n’auraient jamais pensé.

  3. Posté par Anna le

    Je trouve que pour une fois la sanction est plus sérieuse que d’habitude : 15 ans de prison, s’ils les fait réellement (et pas seulement la moitié), c’est pas mal. Ensuite 15 ans d’expulsion c’est pas mal (en tout ça fait 30 ans ou il ne devrait plus pouvoir nuire en Suisse), même si je ne comprends pas pourquoi on n’expulse pas à vie. Mais qui va s’assurer qu’il parte ? Nous n’avons plus confiance dans nos autorités pour faire respecter la loi. Et effectivement, comment se fait-il que les autorités acceptent que quelqu’un qui se prétend réfugié puisse entrer dans son pays pour des vacances, ou pour se marier ???? c’est du laxisme et ça fait un appel d’air. Car les autres restés au pays le voient rentrer en vacances, ne pas travailler, avoir plein d’argent, et choisir une femme, le rêve quoi. Ensuite tout le monde rêve alors d’aller en Suisse, c’est un trop beau pays.

  4. Posté par Cenator le

    L’Erythréen a été reconnu comme réfugié politique, ce qui signifie qu’il a dû fuir son pays parce que sa vie y était en danger. Néanmoins, il a pu y retourner sans problème pour trouver une femme.
    Jamais il n’a travaillé, et il va nous coûter encore au moins un million, sa femme sera à la charge de la collectivité à perpète.
    Les villes de Suisse romande sont remplies d’Erythréens réfugiés politiques qui ne travaillent pas et traînent en ville par groupes pendant que leurs femmes s’occupent de leurs nombreux rejetons au domicile subventionné. La plupart d’entre eux sont analphabètes, ils n’ont aucune possibilité d’intégration. Malgré cela, les investissements sont considérables pour leur faire suivre des cours de langue, essayer de leur apprendre quelque chose, mais rien ne marche.
    Tenez, si vous passez à Lausanne, au rez du centre commercial Métropole 2000, il y a un bistrot Xpresso où des Erythréens, des Somaliens et d’autres Africains sont attablés par groupes de 4 à 7, durant 11 mois par année, de midi jusqu’à la fermeture, à tuer le temps. C’est leur quartier général depuis des années. Ils sont jeunes, en pleine santé, mais aucun d’eux ne bosse. Un mois par année, lors du Ramadan, ils rentrent au pays.
    Quasi 100% des Erythréens et Somaliens ont reçu l’asile en Suisse sans la moindre raison, sans aucun problème politique : ils décident de s’installer en Suisse dans l’unique but de se faire entretenir. Ils nous méprisent pour notre faiblesse et rient de nous et il y a de quoi.
    Et bien qu’ils n’entrent pas du tout dans le cadre de ce qu’est un réfugié politique, la gauche en a fait son cheval de bataille, rien n’est assez beau pour eux.
    Récemment, Ada Marra a déploré, à l’émission Forum, la baisse des demandes d’asile en 2019 et réclamé que la Suisse accepte plus de requérants car « la Suisse a les moyens, les infrastructures, et le savoir-faire est là, c’est dommage de le perdre, de fermer les centres. »
    La Suisse n’a jamais eu de colonies, mais ses politicards et ses médias culpabilisent la population pour toute la misère du monde. Les citoyens ainsi conditionnés sont prêts à accepter sans broncher de se mettre en esclavage pour entretenir le dernier parasite qui débarque.
    Tout ce cirque marche au nom d’un droit d’asile totalement perverti et d’une tradition humanitaire qui serait, selon le mantra de l’establishment, l’ADN de la Suisse.
    Le pire dans tout cela, c’est que la population ne se révolte pas, on ne voit pas la moindre contestation à l’horizon.

  5. Posté par Bussy le

    Tout le laxisme de notre société se mesure aux quinze ans d’expulsion…. pourquoi pas expulsion à vie ? On a trop besoin de ce genre de boulets ?
    Non mais….

  6. Posté par NoLie le

    Donc, après avoir obtenu l’asile en Suisse, ce déchet humain, « possédé par le démon » selon ses propres termes, est retourné se marier dans le pays dans lequel il est soi-disant persécuté. (Preuve que l’asile est une totale escroquerie !) Ensuite, il a ramené sa femme dans ses bagages avant d’essayer de la trucider à coups de couteaux, le bébé en prime. Je parie qu’il ne sera jamais expulsé. Ou qu’au minimum, la Suisse va entretenir sa femme et son enfant, traumatisés tous les deux, ad eternam, et que le monstre reviendra clandestinement se faire entretenir lui aussi.

  7. Posté par Antoine le

    Josef (nom modifié) … le couteau est resté coincé dans le cou de la victime …Il est arrivé en Suisse par la Libye il y a cinq ans …
    Encore un muzz qui n’a pas les codes pour vivre chez nous !
    On le couche définitivement, c’est irrécupérable
    15 ans de prison, cela va nous coûter un blinde !!
    15 ans d’expulsion c’est de la rigolade, demain il est de retour !!
    Schengen = passoire !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.