Grums (Suède) : Un gang d’enfants migrants impose sa violence à la population locale

Menaces de viol, coups de matraque, jets de pierres. L'épreuve de l'année dernière pour les voisins d'un petit quartier de Grums, en Suède, se transforme de plus en plus en cauchemar. Un gang d'enfants composé de migrants âgés de 8 à 12 ans met le quartier dans une telle peur que les enfants suédois ne sortent plus pour jouer.

Les locataires d'une zone de la petite municipalité de Grums dans le Värmland, en Suède, ont trop peur de laisser sortir leurs enfants depuis qu'une bande de migrants âgés de 8 à 12 ans a commencé à harceler la région l'été dernier.

Kajsa et Malin, mères de familles, vivent dans le quartier. "Ils ont jeté des pierres, frappé des enfants avec des tuyaux d'acier et des bâtons jusqu'à ce qu'ils commencent à saigner. Le pire, c'est la prise d'étranglement qui a laissé des marques sur le cou de l'enfant. Mais il est également question de menaces sexuelles : "Je vais te baiser" ou "Je vais te violer", déclare Malin au journal suédois de l'Union des locataires, Hem och Hyra.

Le syndicat des locataires craint une recrudescence du racisme

Malin et Kajsa ont contacté l'Union suédoise locale des locataires de Grums pour obtenir de l'aide. Le syndicat des locataires a écrit une lettre à la police locale, aux services sociaux et à la société de logement Grumsbostäder, dans laquelle le syndicat demande que des mesures soient prises contre l'escalade de la situation. Dans sa lettre, le syndicat met l'accent sur la crainte d'une escalade du racisme et de la ségrégation.

"Ceux qui causent les problèmes et la violence sont les enfants des nouveaux arrivants. C'est pourquoi les voisins commencent à faire le lien entre les problèmes et les opinions xénophobes. A long terme, il en résultera un voisinage très séparé où les voisins parlent en termes de "nous et eux". Cela s'aggravera si l'on n'y met pas fin très rapidement", écrit l'Union dans sa lettre.

Aucun rapport de police

Personne n'a encore déposé de rapport de police, malgré la violence et la gravité de la situation, comme les ecchymoses sur le cou des enfants. Lors d'une récente rencontre entre les locataires, le syndicat et la police, certains locataires ont pensé qu'il serait impossible de signaler des enfants d'à peine huit ans et que la police rirait d'eux. Lennart Hynynen, policier local de Grums, est très troublé par ces incidents.

"Je n'ai pas encore tous les détails, mais d'après ce que j'ai entendu, c'est très troublant. Depuis toutes mes années en tant que policier, je n'ai jamais vu des jeunes menacer des gens comme ça et agir avec une violence aussi grave.

Crainte de représailles

La locataire Malin déclare que la situation est incontrôlable et que sa fille a de plus en plus peur de quitter l'appartement.

"L'une de mes filles pleure la nuit et veut qu'on aille dans notre caravane car elle a tellement peur. Et nous ne pouvons pas leur dire d'arrêter non plus, par peur de la vengeance. Ils mettront des ordures dans nos boîtes aux lettres ou ils attaqueront mes enfants encore davantage lorsque je ne suis pas là. En tant qu'adulte, se faire cracher au visage et se faire dire "je ne t'écoute pas parce que tu es une femme" et se faire traiter de mots que je n'utilise jamais, c'est extrêmement insultant. Cela peut paraître étrange pour quelqu'un qui ne l'a pas vécu, mais on perd tout quand un enfant vous fait de telles choses et que vous ne savez pas quoi faire", déclare Malin.

Les parents ne parlent pas suédois

Le problème a commencé il y a un an et s'est aggravé de façon incontrôlable au cours des derniers mois. Personne ne peut discuter avec les parents du gang d'enfants car ils ne parlent pas suédois. Un interprète est nécessaire à chaque contact, ce qui rend la communication plus difficile.

Le policier Lennart Hynynen confirme qu'il est tout à fait possible de signaler des enfants à la police et que les services sociaux doivent prendre en charge les cas de jeunes délinquants.

"De mon point de vue, les problèmes de ce genre viennent des parents et dans ce cas, je sais que ces parents ne parlent pas du tout suédois, donc nous ne pouvons pas vraiment dire si ces parents savent vraiment ce que font leurs enfants", précise Lennart Hynynen.

Hemhyra.seVoiceofeurope.com

Traduction Christian Hofer pour Les Observateurs.ch

 

 

 

3 commentaires

  1. Posté par Jack Palance le

    Mais qu’ils SE DEMMERDENT !….a force d’élire des fémino-gauchistes, comme certainement ces deux bécasses, ce peuple de mâles castré n’a que ce qu’il mérite face à ce « progrès » !…..je n’ai AUCUNE compassion.

  2. Posté par Pak le

    « Le syndicat des locataires craint une recrudescence du racisme »

    Ce ne serait pas du racisme (le mot à la mode employé à toutes les sauces, sauf en général pour désigner le vrai racisme), mais de la défense. Il faudrait se laisser faire ??? Les gens ne sont en général pas racistes, mais en ont simplement assez de certaines populations, qui sont souvent très irrespectueux et violents.

  3. Posté par Socrate@LasVegas le

    Bah, elle a pas l’air bien Maline de toutes façons…Et puis c’est une loi de base en physique: action = réaction…Pourquoi ne reprendriez-vous pas un peu de « multiculti »?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.