France. Témoignage d’un militaire : « J’ai perdu la moitié de mon corps pour défendre les valeurs de mon pays et l’honneur de la France. » (Vidéo)

Les blessés de guerre seront mis à l'honneur, samedi, lors du traditionnel défilé du 14 juillet. Les équipes de France 2 ont pu rencontrer l'un d'eux à l'hôpital militaire de Percy à Clamart (Hauts-de-Seine). Pour sa sécurité et celle de sa famille, il tient à rester anonyme.

Ce jour-là devait être comme tous les autres : une patrouille dans le désert. Avant le départ, le caporal-chef Manuel pose avec sa peluche porte-bonheur. Il a le sourire. Il fait partie de l'opération Barkhane, qui traque les jihadistes au Sahel. Le véhicule blindé qu'il pilote roule sur un engin explosif. Le véhicule prend feu. Le caporal-chef est grièvement blessé. "J'ai tout de suite vu dans l'explosion que j'avais perdu ma main droite, confie-t-il. À un moment donné, des gens sont venus me sortir du véhicule, et là, je me suis rendu compte que je n'avais plus ma jambe droite non plus. Du moins, elle était là, mais elle trainait par terre." Manuel est soigné à l'hôpital militaire de Percy, en banlieue parisienne.

 

 

 

Il a 35 ans et 17 ans d'armée. Aujourd'hui, quelques mois après le drame, il a trouvé en lui la force de se relever. "J'ai fait un sacrifice, j'ai perdu la moitié de mon corps sur une mission, mais ce n'est pas une simple mission. C'est pour défendre les valeurs de mon pays, l'honneur de la France, et pour qu'on puisse continuer à suivre la Coupe du monde dans les bars sans risquer de se faire attaquer tous les jours."

Source

 

Pendant ce temps, les remerciements de la diversité à la France... (même pas capables de mettre leur propre drapeau dans le bon sens...) :

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.