Suisse: Philomena Colatrella, PDG de l’assurance-maladie CSS, propose une franchise minimale de 5’000.- ou 10’000.- .

La PDG de l'assurance-maladie CSS Philomena Colatrella demande lors d'un entretien avec le "SonntagsBlick" plus de responsabilité individuelle en regard des services de santé. En outre, elle réfléchit à la possibilité de porter la franchise minimale à 5000 ou 10'000 francs afin de limiter les primes d'assurance-maladie.

Selon les premières estimations, une telle mesure permettrait de diminuer les primes mensuelles d'environ 170 francs par personne. Le secteur de la santé a besoin de nouvelles idées, souligne Philomena Colatrella.

Source

 

Rappels:

le Groupe CSS a fait un bénéfice de plus de 150 millions en 2017

Le Conseiller fédéral socialiste Berset veut supprimer les primes de caisse maladie trop basses

Caisse-maladie: Après avoir menti aux Suisse en promettant des baisses de primes, les socialistes viennent jouer les sauveurs

Le socialiste Christian Levrat, président du parti, méchamment mis à nu, vidéo (en dialecte alémanique!) . Et traduction.

13 commentaires

  1. Posté par Dannyswiss le

    hahahhahahahh LOL Philomena Colatrella alors toi tu as râté une occasion de te taire.. petite bourgeoise..ton systeme est bon pour les actionnaires et ton conseil d’administration .. à cause de personnes comme toi que la monde va si mal. petite egoïste de bourgeoise .. ABE petite bourgeoise

  2. Posté par Sam le

    @leu fro: quand on aime on ne compte pas, ces gens on construit notre pays, ils ont battis nos routes et nos hôpitaux, ainsi que nos églises (ben oui c’est le PS/PDC/PLR/verts qui le disent donc c’est vrai)… On leur doit bien ça, d’autant plus que nous sommes de vilains esclavagistes

  3. Posté par leu fro le

    Il y a-il quelqu’un dans ce pays qui peut me donner le coût des soins médicaux des réfugiés. Coût annuel et compte débité. Quel caisse supporte ces frais? Je m’imagine que personne n’a le droit de le savoir!

  4. Posté par bonardo le

    Cette dame est directrice d`une caisse maladie en Suisse ??
    Elle à fumé la moquette ou quoi ,car des débilitées pareilles nous pouvons en trouver à la pelle ,d`abord baisser les salaires de ces directeurs des caisses maladies en Suisse ,puis certains salaire de médecins ,puis les salaires de nos conseillers fédéraux ,puis bien entendu que tout les migrants ,réfugiés ,les personnes entrés illégalement ,paye des franchises plus hautes ,je dirais 30.000-. la connerie est de toujours de mise ,car pour faire de vrais économies la solution est simple : je vous laisse deviner.

  5. Posté par Loulou le

    Il est en notre pouvoir de faire en sorte que Philomena Colatrella timbre au chômage avant d’atterrir à l’aide sociale. Une simple votation suffirait. Les socialistes ont enfin eu une bonne idée: que les parlementaires à Bern doivent déclarer pour qui ils bossent vraiment.

  6. Posté par UnOurs le

    Sans oublier une franchise de zéro franc, si on est un Erythréen ou un « Syrien » à peine tombé de l’avion au « social ».

  7. Posté par Hervé le

    Moi, je ne serais pas contre une franchise à 10k… Mais par « franchise » je veux dire somme à payer de toute façon, alors supprimons l’intermédiaire en même temps. En réalité, c’est déjà ce qu’on paye. 5mil c’est le minimum avec la prime et la franchise pour le basique. Pour ceux qui l’utilisent plus, avec ce qui n’est pas remboursé, les séjours à l’hôpital et la quote-part c’est rapidement 10mil. Rajoutez le financement des hôpitaux et les subsides subventionnés par ceux qui payent les impôts…
    C’est tout le système qui est à revoir. Partout dans le monde, les systèmes de santé collapsent. S’ils veulent essayer la non-obligation de contracter, et passer d’une logique de financement des acteurs du système de santé à une logique d’aide au financement pour le patient, je suis pour. Au lieu de forcer les gens à financer le système, laissez-les garder plus de leur argent y compris dans l’imposition au lieu de redonner des subsides par la suite. Une intervention dite « sociale » pourrait intervenir à un plafond de 10mil. Vous avez la responsabilisation du patient, celle du médecin (celui qui facture chaque coup d’oeil dans un dossier) et des pharmas alors régulés par les règles du marché. C’est le financement assuré qui tue le système de santé, pas les « abus » des patients (sans blague, la logique de ces experts est phénoménale… la patient paye et veut quelque chose en retour d’une valeur équivalente, donc leur solution est de mettre la barre encore plus haut… pour que le patient en demande encore plus en échange!).

  8. Posté par fabiola le

    D’accord avec Daniel qui dit que nous devrions simplement lancer un référendum pour laisser le choix aux personnes de s’assurer ou non.

  9. Posté par JeanDa le

    Génial ! « Le secteur de la santé a besoin de nouvelles idées » souligne Philomena Colatrella.
    Il manque juste UN MOT entre « nouvelles » et « idées » : il manque le mot « BONNES ». Des idées « à la con » comme celle-ci peuvent éventuellement servir dans un émission humoristique.

  10. Posté par leone le

    Pourquoi ne propose-t-elle pas que la franchise soit illimité, c’est-à-dire que les patients paient la totalité des frais sans limite et qu’ils continuent de payer les cotisations de façon à faire exploser le bénéfice de la CSS et, par voie de conséquence, son bonus.
    Elle devait être à l’école buissonnière le jour de la distribution de l’intelligence.

  11. Posté par Daniel le

    Bravo, vous avez eu vos 5 minutes de visibilité dans la presse dominicale alors que personne n’avait entendu parler de vous auparavant. N’oubliez pas de découper et encadrer vos quelques lignes et votre photo. (je vous conseille vivement d’aller vous faire opérer la verrue que vous avez sous le nez, c’est d’une laideur comme vos idées d’ailleurs). D’ailleurs c’est totalement inconstitutionnel et contre les principes de la LaMal. Nous devrions simplement lancer un référendum pour laisser le choix aux personnes de s’assurer ou non. Ce niveau d’incompétence n’a encore jamais été atteint, c’est hallucinant. Je connais un couple de suisses juste à la retraite qui viennent de s’exiler au soleil de l’Espagne car ils en avaient totalement marre de la Suisse. Incroyable non, comment est-ce possible? 😉 Il paient 80.- Euros/mois chacun de caisse maladie et peuvent même venir se faire opérer en Suisse si nécessaire. Je suis allé les visiter dernièrement et ils vivent dans un quartier « populaire » espagnols fort sympathique et c’est 1 millions de fois plus souriant qu’en Suisse. Ce pays n’a vraiment plus rien à offrir en encore moins à envier. Pour moi, la décision était prise depuis longtemps mais cela me l’a encore confirmé.

  12. Posté par Nicolas le

    Taper sur les médecins ne fait plus recette alors il faut taper sur les patients, mais surtout toujours détourner l’attention des caisses maladie, des grands groupes fournisseurs de matériel médical et de médicaments, et des politiciens bénéficiant de leurs (multiples) conseils d’administration.

  13. Posté par Fanfouet le

    Excellente idée ! Mais il faut aussi l’appliquer aux migrants, réfugiés, tous ceux qui sont assurés et ne paient pas un centime de primes ! Et surtout interdiction à l’Etat de prendre en charge cette franchise…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.