Meurtre de Sophie Lionnet : Ouissem Medouni prétendait griller « un mouton »

Des pompiers ont apporté leur témoignage lors du procès du meurtre de la jeune au pair française, tuée en septembre 2017 à Londres.

Des pompiers ont raconté mercredi comment ils ont découvert le corps carbonisé de la jeune au pair française Sophie Lionnet  dans le jardin de ses employeurs et meurtriers présumés, ces derniers prétendant qu'il s'agissait d'un "mouton", lors du procès à Londres. Le 20 septembre 2017, alertés par les voisins qui voyaient d'importantes fumées se dégager du jardin des accusés et étaient incommodés par une "horrible" odeur, les pompiers étaient intervenus au domicile de Sabrina Kouider, 35 ans, et Ouissem Medouni, 40 ans.

Le meurtrier présumé était "calme" et "résigné". Les deux Français sont jugés depuis lundi à la cour criminelle de l'Old Bailey. Ils plaident non coupables du meurtre de leur jeune fille au pair âgée de 21 ans. Thomas Hunt, pompier, a décrit à l'audience qu'en arrivant dans les lieux, il a vu un barbecue où grillait du poulet ainsi qu'un feu de jardin, juste à côté des portes du patio, risquant d'endommager la propriété.

"J'ai trouvé que c'était un endroit très étrange pour un feu parti spontanément", a-t-il témoigné. "J'ai demandé à l'occupant: 'pourquoi avez vous fait ça ?' Il a juste haussé les épaules", a poursuivi le pompier. En tentant d'éteindre le feu, il reconnaît une main, un nez et se rend compte qu'il s'agit d'un corps. Il remarque aussi des vêtements et des bijoux. "J'ai demandé à l'occupant (de la maison): 'pourquoi brûlez vous un corps ?' Il m'a répondu : 'c'est un mouton'", a raconté le pompier qui a trouvé Medouni "très calme" et "résigné".

Victime de violences pendant des mois. Ouissem Medouni a répété aux pompiers qu'il s'agissait d'un "mouton", affirmant même l'avoir acheté dans une ferme pour 150 livres (environ 170 euros). Il était "ahuri" et "renfermé", selon le témoignage d'un autre pompier, James Grant. "Nous avons continué à l'interroger pour qu'il nous dise la vérité", a témoigné à l'audience un autre sapeur pompier, David Rose, mais Medouni a "détourné le regard". Sophie Lionnet a vécu un véritable calvaire avant sa mort, selon l'accusation.

Victime de "violences" pendant des mois, elle dormait dans la chambre des deux enfants qu'elle gardait, sur un lit superposé, et vivait sous l'emprise de ses employeurs, qui la nourrissaient peu et la battaient, selon des voisins.

Source

9 commentaires

  1. Posté par Fourcade le

    Ce que j’en pense ??? Ceci n’est que la « Répétition générale » symbolique et gravissime perpétrée par des acteurs imprégnés par une idéologie fanatique et barbare !!.L’Europe s’est laissée ,par intérêt, submerger par des hordes haineuses ,véhiculant dans leurs gênes des pulsions morbides et une volonté guerrière de conquérir ,par les naissances et le « Sabre » tous les territoires occupés clandestinement ou »légalement  » !!!

  2. Posté par Hugues le

    Pauvre fille, victime qui s’ajoute à la longue liste des victimes endoctrinées à l’utopie multi-culturaliste imposée à toute l’Europe ! Peuples d’Europe, réveillez-vous ! L’heure du combat pour la reconquête de votre Liberté a sonné !

  3. Posté par sophie edouard le

    On devrait marquer l’origine de ces personnes et non la nationalité qui leur a été accordée, surtout par droit du sol. Medouni est un nom d’origine algérienne pourquoi ne pas le dire, on est idiot, mais pas à ce point…

  4. Posté par Astérix le

    Les deux Français !!?Sabrina Kouider, Ouissem Medouni ! c’est pas français ces nom là !

  5. Posté par Etienne le

    Il y a lieu de rétablir la peine de mort.
    De là à exécuter par balle (s)… ça, c’est pour un ennemi « normal ».
    Pour ceux-ci, ce serait leur faire trop d’honneur.

  6. Posté par Claire le

    Les deux « Français ». Ah oui….

  7. Posté par miranda le

    Effroyable! Espérons que ce soit « exceptionnel » et que ça ne va pas propager comme ce fut le cas pour les jeunes filles « exploitées » d’Angleterre.

  8. Posté par Fabiola le

    Quel triste monde… quand des « gens » sont pris sur le fait et arrivent en plus à mentir en prenant le reste du monde pour des abrutis… une balle dans la tête de ce couple coûterai moins cher que prison, avocats et « réinsertion ». Ceux-là n’ont pas d’âme, aucune conscience donc aucune pitié.

  9. Posté par Vautrin le

    Vous voyez : voilà où en est l’Angleterre, où en est toute l’Europe ! Et ces faits ne font jamais revenir les traîtres de la caste politique sur leurs agissements néfastes. On préfère emprisonner des Tommy Robinson et les livrer aux prisonniers musulmans. Quelle infamie ! Mais quand donc les peuples prendront-ils les armes ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.