Institut Libéral / Les limites du « service public»

Par Jan Krepelka, Institut Liberal, septembre 2007

Résumé: Le «service public» sert de slogan pratique à bon nombre de politiciens, alors qu’en réalité les services publics consistent en des monopoles étatiques qui servent surtout à maintenir des privilèges pour certains, au détriment de la grande majorité des consommateurs.

Les définitions habituelles du «service public» sont peu convaincantes. Le plus souvent, le «service public» est défini par le fait qu’il serait censé servir « l’intérêt général», contrairement aux services privés qui servent des intérêts privés. Cette distinction s’avère cependant trompeuse puisque l’intérêt général n’existe pas, seuls les individus pouvant faire des choix et avoir des intérêts. Une définition en termes d’objectifs autres que le profit n’est pas pertinente non plus, puisque les profits peuvent, dans de nombreux cas, être cachés sous forme de coûts, notamment en accordant des privilèges excessifs aux employés des entreprises du « service public». Finalement, les services publics ne peuvent être définis que selon des critères politiques, qui reflètent tout au plus des préférences et des intérêts particuliers. La théorie des «biens publics » et celle des « monopoles naturels », parfois avancées en relation avec la nécessité pour l’État d’assurer certains services, ne justifient en rien le « service public ». Les « services publics » n’en remplissent guère les critères, et l’expérience montre amplement que la concurrence entre plusieurs entreprises, même dans des domaines réputés « publics », conduit à des baisses de prix. De même, le « contrôle démocratique » sur les « services publics » apparaît comme un mythe : chacun a bien plus de contrôle sur ce qui le concerne sur un marché libre qu’en passant par la démocratie des urnes.

Dans le domaine de la culture et des médias, la diversité des préférences individuelles implique que toute politique étatique intervenant dans le domaine est nécessairement arbitraire, puisqu’elle favorise certaines productions culturelles ou médiatiques au détriment d’autres. Elle réduit donc la diversité et les choix en la matière, au profit de certains qui peuvent financer leurs propres goûts aux frais d’autrui. Dans les domaines des télécommunications , des services postaux, de l’électricité et du transport ferroviaire et routier, les libéralisations plus ou moins avancées qui ont déjà été commencées ont porté leurs fruits, au grand bénéfice des consommateurs, et doivent être poursuivies ou entreprises là où elles ne sont pas encore envisagées.

Restaurer le libre choix du consommateur apparaît comme un impératif tant économique que moral. Afin de mener à bien les libéralisations qui s’imposent, il convient d’une part de supprimer les privilèges indus, d’autre part, de déréglementer les secteurs dans lesquels la concurrence est interdite ou entravée, et enfin de privatiser les entreprises encore en mains étatiques.

source et suite: www.libinst.ch/publications/IL-Krepelka-Services-publics.pdf

3 commentaires

  1. Posté par conrad.hausmann le

    Les socialistes créent des places de travail pour leurs copains. A Genève il y a des doublons dans plusieurs administrations les partis ne font rien car il faut « respecter le service public » selon les divers syndicats. Mais quand vous posez la question sur la nécessité de tel ou tel autre service la réponse est du registre flou artistique tiré de la brochure de Unia ou autre ONG malfaisante.

  2. Posté par Hervé le

    De nos jours, il serait plus honnête de remplacer « service public » par « financement participatif coercitif ».

  3. Posté par Maurice le

    Je défie les libéralistes de faire appliquer à tous les étrangers et immigrants venus en Suisse leurs principes de base (ci-dessous), qui ne peuvent marcher que dans un pays bien constitué, et pas dans un pays submergé par des masses exogènes voulues par ces mêmes libéralistes ; masses exogènes qui viennent si nombreuses et avec des buts tellement égoïstes que les indigènes y perdent une grande part de leur liberté de mouvement et complètement leur qualité de vie. Faut-il en remercier ces libéralistes ?
    « Ces trois principes — la personne responsable, la coopération contractuelle et décentralisée, ainsi que la solidarité volontaire — représentent les grandes lignes directrices d’un ordre libéral. Ce sont aussi les principes normatifs qui sous-tendent l’activité de l’Institut Libéral. »

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.