France. Rennes: un car pris en embuscade pendant 3 heures par 50 personnes cagoulées qui tentent d’y mettre le feu

Rennes

Dimanche matin à 07.45, une cinquantaine d’hommes au visage masqué par des cagoules et des capuches immobilise un car affrété par les Associations Familiales Catholiques en provenance de Vannes (56) et passant par Rennes pour embarquer une quinzaine de passagers supplémentaires qui se rendaient tous à la Marche pour la Vie tenue à Paris dimanche 21 janvier 2018.

Les manifestants posent immédiatement des barrières à l’avant et à l’arrière du car pour le bloquer. L’un d’eux jette un fumigène à l’intérieur du car. La fusée incandescente rebondit sur une vitre et atterrit sur un siège occupé par un homme. Celui-ci parvient à se dégager mais son manteau est brûlé. Le pull-over d’une jeune femme est également brûlé tout comme le siège, très endommagé.

Les passagers parviennent heureusement à rejeter le fumigène à l’extérieur au bout d’une quinzaine de secondes ! Une personne fait alors un malaise et est contrainte de sortir pour respirer un peu d’air frais avant de reprendre sa place à bord.

Pour les passagers, âgés de 15 à 75 ans, l’attente (3 heures) est longue et angoissante. « Au début, il faisait nuit. Ils jouaient du tam-tam, lançaient des cris de haine, dansaient autour du car et nous prenaient en photo. Ils ont même réussi à prendre une des feuilles de présence, raconte un responsable de l’AFC. Des passagers sont descendus pour parlementer avec eux. En vain« .

La police, appelée à la rescousse, arrive environ 30 minutes après l’épisode du fumigène. La patrouille tente de raisonner les opposants, sans grand succès. Finalement, les opposants acceptent de laisser partir le car vers 10 h 30. Une annonce qui ne sera pas suivie d’effets.

Le Télégramme

12 commentaires

  1. Posté par SD-Vintage le

    L’article ne parle pas d’arrestations. Ce n’est pas comme s’opposer aux FEMEN. C’est fasciste mais c’est de gauche donc rien à dire. La violence fait partie de la kulturr de la gauche, au nom de l’antifascisme bien sûr. Mais comme tout ce qui n’est pas de gauche est fasciste…
    Avec la bénédiction des juges bien sûr.

  2. Posté par Sitting bull le

    Du tam tam c était surement des immigrants d Amérique du Nord , des Cheyennes et des Sioux venus nous envahir et nous rendre la monnaie

  3. Posté par SALIADARRE le

    3 heure et qu a fait la police???

  4. Posté par miranda le

    MAIS C’EST QUE CA VA TRES LOIN. Maintenant quand on est pas d’accord avec ce que pensent les autres, on brûle l’autobus dans lequel ils se trouvent.

    Il est vrai que les jeunes générations ont vu tellement d’horreurs BANALISEES sur internet, que » répéter l’horreur » ne va vraiment pas faire naître en eux un minimum de culpabilité.

    Ils ont biberonné à la violence banalisée sur internet, alors à quoi peut-on s’attendre encore?

  5. Posté par Vautrin le

    Qu’est-ce qu’ils voulaient, au juste, demande Jean Durand ? Facile : une Marche pour la Vie va exactement à l’encontre de la pensée unique politiquement correcte qui prône l’avortement de confort -uniquement, dans les faits, pour les femmes de race Blanche. Les extrémistes gauchistes hirsutes en sont donc arrivés à des actes de violence mettant en danger la vie d’autrui. Cela témoigne du haut degré de fascisme atteint par la « bien-pensance ». Naturellement, il n’y aura aucune interpellation. Mais il ne doit pas être très difficile de cibler les assaillants, de les coxer et de les rosser d’importance. Haro & bastonnade ! Car il ne faut plus compter sur l’État pour faire régner la paix dans ce pays pourri : le pouvoir de punir appartient désormais au seul peuple, plus à ses délégués pervers.

  6. Posté par Jean Durand le

    La police a pris leur identité au moins ? Qu’est-ce qu’ils voulaient au juste ?

  7. Posté par François MILLITHALER le

    Inutile de s’en prendre aux forces de l’ordres qui ont L’ORDRE DE NE SURTOUT PAS INTERVENIR….même si des gens doivent mourir carbonisés dans le bus…les COUPABLES ET RESPONSABLES sont ni plus ni moins que le pseudo président le sénile de l’intérieure et que dire de la … de la justice…

  8. Posté par Aude le

    On imagine sans trop d’efforts qui sont ces encagoulés.
    Comment cela peut-il être possible en France? Il n’y a plus de démocratie. C’est une république bananière.
    Se permettre d’imposer leurs lois sans être entravés par des forces de l’ordre, incroyable.
    Oui la France se prépare à une guerre civile. Ce ne sera pas seulement les banlieues mais tous ces fanatiques violents ideologisés à l’extrême.

  9. Posté par Gérald le

    Une nouvelle honte pour la police. Le bus est stoppé à 7h45 et ces malfrats acceptent de laisser partir le car vers 10 h 30, le bus à donc été bloqué pendant 2h45. Que faisait la police????????

  10. Posté par Yves le

    Début de la guerre civile …

  11. Posté par Antoine le

    Nombre d’arrestations ? L’article n’en mentionne pas …
    Bravo aux forces de l’ordre (plutôt du désordre !)
    La police est assujettie aux juges et les juges sont nommés par le gouvernement … le gouvernement encourage par son inaction ce genre d’agression !
    En taule toute cette racaille et pour très longtemps ! Mise en danger de la vie d’autrui, vandalisme, entrave à la circulation, etc … Au boulot les juges. Si la charge de travail est trop élevée, il faut démissionner et faire de la place pour la nouvelle génération !
    Qui va payer les dégâts dus au feu ? L’assurance du propriétaire du véhicule. Qui en subit les hausses ? Vous et moi …

  12. Posté par Papy Mouzot le

    Ils jouaient du tamtam, donc ils ne faisaient pas partie de la chorale des Pinsonnets du Dimanche…. Impossible de parlementer avec ce genre d’ hommes préhistoriques.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.