Barroso chouchou de Goldman Sachs, le scandale continue

post_thumb_default

 

 

Comme annoncé le 8 juillet dernier, le précédent président de la Commission européenne, José-Manuel Barroso, s’est fait embaucher par la fameuse banque d’affaires Goldman Sachs, en tant que conseiller et président non-exécutif des activités internationales.

François Hollande avait lui-même qualifié cette embauche de « moralement inacceptable » – lui qui s’y connaît en bonne moralité. Une pétition de protestation lancée en août a déjà réuni 117 000 signatures. Le Parlement européen, par excellence le moralisateur sans pouvoir des institutions, s’est joint aux remontrances.

Mais c’est la médiatrice de l’Union européenne (UE) Emily O’Reilly, qui s’est chargée hier 6 septembre de demander à Jean-Claude Juncker de « clarifier sa position sur le pantouflage de son prédécesseur chez Goldman Sachs international ». La médiatrice irlandaise, en poste depuis 2013 insiste sur le préjudice causé à l’Union européenne déjà sous le feu de nombreuses critiques.

Il sera comique de lire la réponse de Juncker, attendue le 14 octobre au plus tard, lui qui a fait de son pays, le Luxembourg, ce paradis fiscal célèbre au cœur de la zone euro. Un porte-parole de la Commission a déclaré hier que « toutes les règles ont été respectées », ce qui laisse augurer que la stricte légalité couvrira cette petite promotion mondialiste. Aussi la médiatrice insiste sur « l’esprit et l’intention qui sous-tendent le traité européen », relativement aux droits des ex-commissaires européens.

L’avenir des ex-commissaires, une question récurrente

Certes les commissaires européens n’ont plus de comptes à rendre sur leur avenir professionnel 18 mois après la fin de leur mandat, mais ils touchent pendant trois ans 60 % de leur salaire de commissaire, ce qui assure M. Barroso de 17 000 euros par mois jusqu’en 2017. C’est surtout l’utilisation de leurs réseaux et de leur influence acquis en tant que commissaire à des fins privées qui interrogent.

Ainsi, l’ancien commissaire allemand en charge de l’entreprise et de l’industrie, Günter Verheugen, avait-il été vilipendé pour de supposés conflits d’intérêts. Il fut successivement embauché par la Banque royale d’Écosse, le cabinet de lobbying Fleischman-Hillard, l’Organisation bancaire allemande, etc. Ceci avait déjà fait dire à Inge Gräßle, député européen, en 2010 : « Ceux qui ont de l’argent peuvent acheter à Verheugen l’accès aux institutions. La Commission doit réfléchir à la manière dont elle se sépare des anciens commissaires… »

L’ennui d’une oligarchie parfaitement en place, c’est qu’elle assume naïvement ses prébendes et prérogatives. Ce n’est pas seulement que la « décence commune » lui fasse défaut, c’est qu’elle n’imagine même plus l’existence d’un minimum d’éthique à son endroit.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Cet article Barroso chouchou de Goldman Sachs, le scandale continue est apparu en premier sur Eurolibertés.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.