Sommaruga Simonetta, Ministre de la justice et Présidente de la Confédération aura-t-elle bientôt du sang sur les mains comme sa collègue française Christiane Taubira?

Uli Windisch
Rédacteur en chef
post_thumb_default

 

Sur l’insécurité, la violence et les terroristes, la gauche persiste dans sa naïveté, son irresponsabilité et l’autoflagellation. Cela malgré l’évidence de la réalité criminelle.

Pire, comme le dit  le criminologue Xavier Raufer : « les politiques ont du sang sur les mains » (Boulevard Voltaire, 29 janvier 2015), à propos des terroristes islamistes auteurs des récents massacres à Paris ( 17 tués). Raufer attribue une lourde responsabilité à la ministre de la Justice Taubira dont la politique « ravage la justice » et dont il dit qu’elle « s’enfonce dans le déni par pure idéologie ». Il rappelle que ces terroristes étaient tous des grands criminels endurcis qui auraient dû être en prison alors qu’ils pouvaient se promener en liberté grâce aux mesures laxistes de la ministre. Leur vie de criminels n’avait rien à voir avec un soi-disant manque d’intégration et ce n’était pas non plus des « malheureuses victimes de l’exclusion et du racisme ».

Le criminologue rappelle aussi que tous ces « gens qui ont tué ou voulu tuer depuis 2012 sont des criminels endurcis sans exception » alors que « les médias se plaisent à les dépeindre en petits délinquants ».

«  Mme Taubira préfère les bracelets électroniques aux peines de prison...si Amedy Coulibaly - qui portait ou aurait dû porter un tel bracelet lors de la tuerie - avait été sanctionné comme le code pénal le prévoyait, le drame de l’HyperCacher n’aurait pas eu lieu… une partie de la justice - à commencer par la garde des Sceaux et son entourage – s’assied sur le code pénal. Si la justice faisait son travail, le problème serait résolu à 90% et la police n’aurait plus qu’à se concentrer sur les 10% restant ».

Ces réalités sont largement connues, sauf apparemment de cette ministre et des médias.

Et que dit la ministre de la justice suisse Simonetta Sommaruga et Présidente de la Confédération après un voyage à Riga pour une réunion avec les ministres européens de l’Intérieur  en vue de finaliser un plan de bataille  contre le terrorisme, de retour en Suisse, interrogée par la télévision suisse romande :

« La solution par l'intégration. Simonetta Sommaruga a également déclaré que "la réponse est claire: le meilleur moyen c’est qu'un jeune ait une perspective, un rôle à jouer dans la société et qu'il n'y ait pas de discrimination."

"Le moyen qui est les plus important mais qui n'a peut-être pas un résultat immédiat, c'est l’intégration dans la société. C’est peut-être la tâche la plus importante de tous les gouvernements." (29 janvier 2015, RTS, 18h36).

Comme si le terrorisme lié à la grande criminalité avait encore quelque chose à voir avec l’intégration et la discrimination ! Les grands criminels ont choisi la criminalité comme mode de vie, et la radicalisation terroriste en fonction de l’islam doit constituer un nouveau créneau pour eux.

La proposition de les intégrer doit les faire bien rire. Le terrorisme au nom de l’islam est une forme de grande criminalité parmi d’autres et c’est le code pénal qui doit leur être appliqué plutôt que la mise en liberté conditionnelle, le bracelet électronique ou l’intégration dont ils n’ont vraiment plus rien à faire.

On pourrait même se demander si, étant donné le confort des prisons, ce ne sont pas de vrais bagnes, particulièrement durs physiquement et psychologiquement, qui devraient leur être réservés. On leur confierait les travaux les plus dangereux et risqués, au prix de leur vie. Le risque de perdre la vie serait cette fois de leur côté. Des épreuves plus dures encore que celles auxquelles ils ont été préparés dans les camps de formation des terroristes. Ce serait  mieux que la peine de mort, que certains veulent réactiver.

Un vrai bagne, un terrible bagne, plutôt que des prisons où on laisse des « imams » les radicaliser encore davantage.

Continuer à prôner simplement l’intégration et l’absence de discrimination pour les terroristes fanatisés, en l’occurrence à l’islam, ce n’est plus seulement de la naïveté, de l’irresponsabilité, du déni de réalité et de l’idéologie socialiste.

Il ne suffit plus de dénoncer le laxisme de la justice mais bien de montrer que ce laxisme est responsable des tueries de ces grands criminels fanatisés en liberté, alors qu’ils devraient être en prison, et que les irresponsables qui les ont laissé en liberté ont bel et bien du sang sur les mains.

La première chose à faire est certainement de remplacer les politiciens hors sol et planant dans les nuages par des personnalités capables d’affronter la brutalité du réel en empêchant notamment de grands criminels barbares et fanatisés de continuer à tuer des innocents, tuerie qui ne sont évidemment pas dues, une nouvelle fois, à leur non-intégration et au fait qu’ils étaient discriminés.

PS. Les socialistes semblent incorrigibles dans leur vision angélique, naïve et irresponsable. Invité de la Radio suisse romande (le 30 janvier à 7h35) l’ancien conseiller d’Etat genevois socialiste responsable de l’éducation Charles Beer, interrogé également sur les djihadistes à l’occasion de cette invitation, a affirmé comme une évidence-socialiste? – et dans la même veine que sa collègue du niveau fédéral, que les djihadistes étaient « des largués », « des paumés » et que c’était la faute à notre société « qui creuse les inégalités ». Toujours la vieille antienne de l’excuse sociale, la faute à la société, à cette société que eux socialistes vont changer et rendre sans doute paradisiaque. Depuis le temps que l’on nous fait le coup…

Non, on ne peut plus se contenter de dénoncer ces vieux réflexes socialistes comme naïfs, irresponsables, etc. L’heure est venue d’insister sur le fait qu’ il y a et qu’ il y  aura encore du sang sur les mains.

Uli Windisch, 2 février 2015

 

 

 

24 commentaires

  1. Posté par bigjames le

    Un seul constat. Revenez 20 ans en arrière, lorsque l’islam était insignifiant en Europe.
    On y vivait tellement mieux.
    Et c’est pareil pour la planète entière.
    L’islam n’apporte que violence et misère.
    732 & PADAMALGAM

  2. Posté par S. Dumont le

    Sans l’Islam? Nos écoles proposeraient de la viande de porc, les filles et garçons pourraient jouer, se baigner ensemble. L’UDC n’aurait pas besoin de lancer des initiatives contre la construction des minarets, contre le port de voile et contre une immigration de masse. Nos prisons seraient moins encombrées et nous aurions une meilleure sécurité. La Confédération ne serait pas traînée en justice pour une question de voile. Moins de personnes au social, nul besoin d’agrandir et d’imposer aux cantons et aux communes des lieux d’accueil. Par conséquent, nos impôts s’en porteraient mieux.

  3. Posté par Pierre H. le

    @Antonio Giovanni : « Ils sont toujours et encore persuadés que si cette fois ça n’a pas marché, la prochaine c’est sûr ça marchera ; et effet, sans se laisser décourager de leurs échecs répétitifs, ça a marché pour Lénine, pour Mao, pour Castro, Polpot, et Mitterrand ou Hollande, alors ils voient pas pourquoi ça ne marcherait pas dès lors à chaque fois et partant toujours. »

    Précisément. Ce sont des déments.

  4. Posté par Antonio Giovanni le

    @patrick lévy
     » Simonetta et Taubira n’ont certainement pas encore lu Diderot.. »
    et pas non plus Renan qui a écrit: » la où est passé l’islam, il n’y a plus ni nation, ni peuple, (ni citoyens) ni langues, ni coutumes, il n’y a plus que l’islam. »
    Quand on a dévoué son âme à une telle cause plus rien n’existe que la cause et ses contraintes, dures, implacables s’agissant de l’islam…

  5. Posté par Antonio Giovanni le

    @Pierre H. le 3 février 2015 à 15h06
    « Les gens refont encore et encore les mêmes erreurs. Ils n’en tirent jamais les leçons. La démence, c’est faire la même chose, encore et encore, en espérant un résultat différent à chaque fois. »
    Rien de plus vrai et du côté socialiste c’est une tradition ancienne, car Ernest Renan (1850) disait déjà :  » La grande force des socialistes c’est qu’ils ne se corrigent jamais de leurs erreurs « .
    Ils sont toujours et encore persuadés que si cette fois ça n’a pas marché, la prochaine c’est sûr ça marchera ; et effet, sans se laisser décourager de leurs échecs répétitifs, ça a marché pour Lénine, pour Mao, pour Castro, Polpot, et Mitterrand ou Hollande, alors ils voient pas pourquoi ça ne marcherait pas dès lors à chaque fois et partant toujours.
    Moralité: maintenant qu’ils ont pris les commandes, il sera très compliqué de les faire déguerpir, car, comme on le voit en France sous le régime hollandais, tout est fait désormais pour quadriller les citoyens, leurs opinions, leurs vie, leur loisirs, leurs lectures bientôt; à coup de lois spéciales et spécifiques, ce régime osera mettre en prison ou en asile tous les opposants sur une simple dénonciation d’une association mercenaire, il y en a tant sur lesquelles s’appuient la justice et la police de ce pays, d’ailleurs le petit Mussolini catalan veille du haut de son mirador…

  6. Posté par Claude le

    @ Etienne,
    Je ne sais pas si Nigel Farage a un levier réel au parlement européen mais chacune de ses interventions est frappée d’un bon sens et d’une ironie mordante qui font cruellement défaut à la quasi totalité de ses collègues surpayés et sur-défrayés. Merci du lien.

  7. Posté par Madeleine le

    « Le risque de perdre la vie serait cette fois de leur côté. » – Le problème, c’est qu’une fois « radicalisés », ils sont prêts à mourir, ils recherchent la mort. Donc, votre schéma d’obédience judéo-chrétienne concernant la punition est inapplicable en l’espèce.

  8. Posté par Morisod Léon le

    Bravo M. Windisch. On a plus que jamais besoin de gens comme vous.
    Pour ce qui concerne la peine capitale je dirais quelle a trois avantages décisifs ; plus de récidive ( le socialo-communiste BADINTER a de nombreuses victimes sur la conscience ); plus de coût pour la société et plus de prises d’otages ou de massacres pur les faire libérer.

  9. Posté par Pierre H. le

    @Martin Leu

    Non pas un doux rêveur mais un doux rêve ! Je crois que de toute façon, nous sommes foutus, hélas ! On dit qu’il y aura bien un moment chez mes concitoyens où le point de rupture surviendra et alors ils se révolteront. Vraiment ? Dans l’Allemagne nazie, situation qui était bien pire et incomparable à que ce qu’on connait maintenant, où a été le point de rupture du peuple ? Quand s’est-il révolté ? J’avais lu un bouquin témoignage d’un Allemand non juif qui a passé toute la guerre dans un camp de concentration parce qu’il était contre le système. La gestapo arrivait au milieu de la nuit chez bien des Allemands, et hop, embarqués. Personne ne bougeait. Sans une action venue de l’extérieur, rien ne se serait passé (le système aurait probablement fini par s’effondrer mais en attendant…). Prenons Staline et l’URSS. Ou était le point de rupture dans la population. Quand s’est-elle révoltée à grande échelle ? Pourtant les conditions étaient bien pires que chez nous ici et maintenant. Et bien non, c’est le système qui s’est effondré de lui-même après presque 70 ans. Pourquoi serait-ce différent ici ? Quand vous parlez de politique ici avec les gens, ils vous répondent, oui mais… oui, mais, …oui …mais. Ce n’est pas eux qui vont se révolter… Ils préfèrent s’enfermer chez eux, fermer les yeux, ne sortir que pour aller voir HC Lausanne, Gottéron ou Genève. Il n’y aura aucune aide extérieure à attendre, comme dans le cas nazi, puisque c’est l’extérieur qui nous pousse dans cette direction et il n’y a rien à attendre de l’intérieur sinon que le système s’effondre dans 100 ans comme en URSS. (Je dis 100 ans parce qu’on a aujourd’hui des moyens bien plus sophistiqués pour tenir des populations).
    Le seul moyen de ne pas passer par là, c’est d’agir MAINTENANT, avant qu’il ne soit trop tard. Mais comment secouer les gens pour les faire sortir du train train quotidien.

  10. Posté par Gogoboy le

    Pour qu’un débat public puisse s’engager sur ces questions vitales, avec des mots qui font sens, sans haine et sans crainte et sans langue de bois, il faut abolir la norme pénale antiraciste.

  11. Posté par Martin Leu le

    Pierre H. est un doux rêveur! Le Palais fédéral investi par l’armée? Attendons les élections fédérales et on verra que les élus criminels, ceux qui ferment les yeux et se bouchent les oreilles depuis qu’ils ont eu les faveurs des urnes, seront reconduits pour la plupart et ils désigneront les mêmes guignols (masculins et féminins) pour le Conseil fédéral !

  12. Posté par Jac Etter le

    Merci M. Windisch de dénoncer cette infamie, car ceux qui paient la facture de ces idéologies maladives sont, avant tout, les victimes. Des années de vie gâchées marquées irrémédiablement par la violence, des suivis psychologiques et psychiatriques interminables, onéreux, des familles et des parents perturbés, happés, focalisés par les douleurs de la victime proche, des charges financières infinies en frais juridiques, administratifs, de réadaptation, etc., sans parler des contributions manquées au développement de notre société. Plus globalement, les coûts de tous ces actes, qualifiés maladroitement de « faits divers » dans nos journaux, sont absolument gigantesques tant pour la victime et ses proches que pour notre économie, qui voit sa cohésion sociale et son énergie constructive voler en éclats. Ces politiques sont des criminels, des êtres immatures, infantiles, sans aucune conscience de la vérité intérieure de l’être avec une ignorance totale de ce qui construit une dynamique de groupes, une société positive et évolutive. Et non malheureusement la peine de mort n’est pas une solution, car les compétences du système ne permettent pas de garantir à 100 % la culpabilité de la personne arrêtée. L’erreur humaine étant toujours possible, nous ajouterions à la barbarie ambiante, l’iniquité de l’injustice sur un innocent.

  13. Posté par Etienne le

    @ Economico. Le baiser imposé de la suffisance énorme européenne à la petite Helvétie rougissante. Atterré de la non-réaction de Sommaruga. Chef d’Etat ?

  14. Posté par Lafayette le

    Bon Simonetta est tombé d’accord avec le DSK européen, le tombeur de ces dames. Vive le socialisme.

  15. Posté par Pierre H. le

    Les gens se demandent pourquoi les Allemands ont permis à l’Allemagne nazie de se mettre en place. On le voit maintenant, parce que les gens refusent de voir la réalité (je parle du peuple, là) et s’inventent des histoires jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Les gens refont encore et encore les mêmes erreurs. Ils n’en tirent jamais les leçons. Einstein l’avait dit. La démence, c’est faire la même chose, encore et encore, en espérant un résultat différent à chaque fois.

  16. Posté par Pierre-Henri Reymond le

    Voici l’exemple parfait de la bonne pensance qui, non seulement n’aurait pas crucifié le Christ, mais aurait libéré les autres condamnés! Avec pour résultat que le « bon larron » n’aurait pas été « aujourd’hui avec Lui dans le royaume »! C’est aussi simple que cela!
    Régulièrement la fin du monde est annoncée! Mais je n’entends nulle voix évoquer la « finalité » du monde. De ce monde tel qu’il est! Ils veulent le réformer, au nom du Bien, et ne font que le stériliser! Là ou ils y parviennent! C’est pourquoi il aura de plus en plus d’assistés, de gens déresponsabilisés. Il est bon de secourir, mais pas de déresponsabiliser! Pas de mettre de l’ouate pour atténuer la pression des béquilles sous les aisselles! En ajoutant que c’est un droit!
    J’ajoute, en prenant un chemin de traverse, que l’éducation qui consiste à n’autoriser que les paroles conformes à l’orthodoxie bien-pensante prive des mots pour dire le refus! Ce qui se traduit aussi par la pauvreté des commentaires que je lis ici où là. On devrait être capable de dire « je ne vous aime pas », ou même « je vous hais » autrement qu’avec des lieux-communs! Car il y a des gens qui ne sont pas aimable avant d’avoir coupé des têtes, avant même d’être musulmans ou djihadistes!

  17. Posté par Le pragmatique le

    Puisque nous n’avons que des politocards atteints de cécité, donnons un mandat de nettoyage à black water.

    La statistique des revendications de la secte des derches pointés au zénith va baisser de façon fulgurante.

    Ils seront ravis qu’on leur laisse, dans notre grande mansuétude, la possibilité de s’intégrer et fermer leurs clacs m***** plutôt que de prendre le tapis volant de 17.00 pour le bled.

  18. Posté par patrick lévy le

    …, Simonetta et Taubira n’ont certainement pas encore lu Diderot qui a écrit: l’islam est l’ennemi de la Raison. Patrick Lévy.

  19. Posté par le furet le

    Monsieur Windisch a, une fois de plus, parfaitement raison. Cependant je ne suis pas entièrement d’accord avec lui lorsqu’il écarte la peine de mort. Il oublie que l’avantage de la peine capitale c’est qu’elle écarte la récidive !!!

  20. Posté par berset georges le

    Le meilleur moyen c’est qu’un jeune ait une perspective et un rôle à jouer dans la société.Le travail était l’outil de l’intégration,mais il y a lomgtemps.Comme le travail va vers la raréfaction,je me demande ce qu’elle va trouver comme solution!

  21. Posté par Pierre H. le

    Le temps n’est plus aux discussions de bistrot et à râler autour d’une table. Il est temps de prendre sérieusement et directement les choses en mains. Hélas seuls, que peut-on faire ? Je l’ai déjà dit, mon rêve est que l’armée suisse investisse le Palais Fédéral et arrête tous ces criminels. Il est temps pour le peuple de reprendre le pouvoir !

  22. Posté par Lafayette le

    Je pense que le terrorisme n’est pas une exclusivité religieuse, et que la religion est une excuse facile, un bouc émissaire. Alors que l’exclusion, l’isolation à contrario sont de réel faiseurs de délinquance.
    Je trouve donc normal qu’il y ait une volonté politique de mener tout le monde plus loin au lieu de le laisser sombrer dans le chaos et la violence, car il y aura toujours des pays se féliciteront du chaos des autres, ne leurs donnons pas cette joie.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.