La maison du ministre Kyenge dévalisée par des Roms

cecile-kyenge-a-mal-vecu-sa-premiere-reunion

Le ministre controversé de l’intégration italien Cécile Kyenge s’est faite cambrioler.

Le ministre, qui a fréquemment demandé des logements pour les Roms, a retrouvé sa maison dévalisée et à moitié détruite par 4 à 5 personnes. Celle-ci auraient pillé la villa à l'aide d'un van portant des plaques d'immatriculation allemandes.

Les visiteurs auraient en outre laissé de la "matière organique" dans chacune des pièces.

De son côté, le ministre a cherché à minimiser l'incident, prêchant le doute sur l'origine des fauteurs, déclarant que les vrais coupables étaient les Italiens qui laissaient vivre certaines personnes dans des conditions d'extrême pauvreté en raison de leur racisme.

Lire la suite

4 commentaires

  1. Posté par Christiane le

    Après Cresson, la Kyenge, qui continuera la liste ? Quel plaisir de voir que les auteurs de cette politique de destruction de nos pays respectifs, sont à présent eux aussi les cibles de ceux qu’ils veulent nous imposer. Nous n’aurons plus longtemps à attendre avant que l’un de ces minables  » notables  » qui n’ont également rien à faire chez nous, soit agressé par ces  »pauvres » indigents, victimes de discrimination; les pauvres !!

  2. Posté par Jean Barbier le

    À lire l’article, il semble que ce soit plus un acte politique qu’un banal cambriolage. Cette femme est vomie par les Italiens. Mais comme en France, la chape de plomb de la bien-pensance pèse sur certaines vérités.

  3. Posté par Pascal le

    Comment voulez-vous que ces criminels s’humanisent et regrettent leurs larcins si l’on ne cesse pas de les victimiser. C’est fini les Jean Valjean qui volaient pour se nourrir. Aujourd’hui, les voleurs n’agissent que par appât du gain facile, pas parce qu’ils ont faim.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.