Luxe, calme et volupté dans les palais dorés du millionnaire cubain Fidel Castro

Fidel

Fidel Castro, héros de la révolution marxiste latino-américaine, est mort depuis maintenant une semaine et sa dépouille croule sous les éloges funèbres dispensés par une pseudo-élite intellectuelle superficielle qui s’extasie devant les faux concepts humanistes du communisme international. Toujours les mêmes bobos conformistes de la pensée unique qui dispensent des bobards à longueur de temps et trompent énormément.

Fidel Castro ne fut pas seulement un sanguinaire révolutionnaire, un dictateur féroce, un boucher pour les pauvres Cubains, un ennemi politique sans état d’âme, qui transforma, « l’île en une énorme prison entourée d’eau » selon les mots de sa propre sœur Juanita qui n’ira pas à son enterrement. Au nom d’une révolution des pauvres sensée libérer les prolétariens et apporter le bonheur à Cuba il en fit son domaine personnel pour son plus grand avantage et se maintenir au pouvoir. De révolutionnaire marxiste il devint millionnaire capitaliste tout en cultivant, pour le public et les médias complaisants, l’image idyllique du chef incorruptible et détaché des biens matériels : le pur des purs révolutionnaires qui en privé nage dans l’or pendant que son peuple meurt de faim.

Libération

Les extrémistes de gauche rendent homme à un assassin communiste en treillis militaire, les mêmes qui haïssent tout ce qui porte un uniforme lorsqu'ils sont en Europe...

Selon le magasine Forbes, Fidel Castro faisait partie des hommes « les plus riches parmi les rois, les reines et les dictateurs. » La fortune de Castro est estimée à 900 millions de dollars dus en partie aux revenus d’une minière d’or et de nombreuses entreprises d’États sous son contrôle. Certains observateurs occidentaux et cubains expatriés parlent aussi d’une banque en Angleterre et de 270 entreprises de par le monde sous son emprise. On est bien loin des quelques pesos avec lesquels il se targuait de vivre, à l’instar de la majeur partie des Cubains.

Ségolène Royal, ministre français de l'environnement, fait l'éloge du dictateur: "Grâce à Fidel Castro, les Cubains ont récupéré leur territoire, leur vie, leur destin."

Yacht en bois rare, whisky de 12 ans d’âge, belles femmes, jacuzzi, étaient quelques unes des commodités que s’offrait le Lider maximo. Propriétaire d’une île paradisiaque proche de Cuba, Cayo Piedra, il aimait y recevoir des personnalités comme l’inhumain président de l’Allemagne de l’Est Erich Honecker qui décida de l’érection du mur de Berlin ou l’écrivain communiste Gabriel García Márquez.

« Il laissait entendre que la révolution ne lui donnait aucun répit, aucun plaisir, qu’il ignorait et méprisait le concept bourgeois de vacances. Il mentait  »

affirme un des ses anciens compagnons d’armes resté à ses côtés jusqu’en 1994, le lieutenant-colonel Juan Reinaldo Sanchez, réfugié ensuite à Miami et décédé mystérieusement après ses révélations sur le dictateur cubain parues dans un livre intitulé « Double vie de Fidel Castro ».

« Il était convaincu que Cuba était sa propriété » écrit Sanchez.

Outre la vie capitaliste, tant honnis en public mais si aimée en cachette, il aimait les femmes : il eut plusieurs épouses, plusieurs maîtresses et huit enfants qui tout comme lui aiment la vie luxueuse. Le colonel Sanchez raconte :

« Pendant que son peuple mourrait de faim Fidel Castro a vécu avec toutes les commodités. Et cela est vrai aussi pour ses huit enfants, les diverses épouses et amantes. Le tout dans le plus grand secret » 

775186-lors-de-son-voyage-a-cuba-francois-hollande-a-rencontre-fidel-castro-le-11-mai-2015

L'hypocrisie communiste: l'argent et les marques...

En somme, la révolution marxiste pour les pauvres, avec les pauvres, par les pauvres, ne dément pas sa réputation : elle est la voie royale à la vie de milliardaire capitaliste pour ses chefs communistes. Le dictateur soviétique Staline, maître incontesté de toute l’URSS durant des décennies, eut la 5e plus grosse fortune de tous les temps selon le magazine Forbes. Fidel Castro, idole des bien-pensants de gauche pleuré par l’hôte du Vatican, a été son disciple fidèle : aussi tyrannique, sanguinaire et meurtrier, il s’est fabuleusement enrichi en terrorisant le peuple cubain et mettant sous coupe réglée les richesses de l’île.

Les pauvres ont vraiment bon dos !

Francesca de Villasmundo

http://www.therealcuba.com/?page_id=74

https://www.alvexo.fr/blog/news/classement-des-plus-grosses-fortunes-du-monde/

http://www.ilgiornale.it/news/politica/lusso-privato-e-ben-nascosto-compa-ero-fidel-1338075.html

 

Un commentaire

  1. Posté par butterworth le

    COMPORTEMENT normal pour tout dirigeant et l appareil politique et bureaucratique l accompagnant peut importe l etiquette lire le principe de lucifer video explicative sur net les humains etant cretins a98/100 CELA FONCTIONNE TRES BIEN

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.