Don d’organes: le basculement

Stéphane Montabert
Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens

La modification de la loi sur la transplantation est le plus particulier des trois objets fédéraux soumis au vote le 15 mai. La notion de consentement s'adresse à l'intime de chacun d'entre nous ; à notre comportement face à la mort ; à nos choix éthiques en tant que membres d'une société.

Certains sont pour le don d'organes ; d'autres y sont opposés. C'est hors-sujet. Nous ne votons pas sur le don d'organes. Nous votons sur le consentement au don d'organes. Lorsque le défunt n'a rien précisé de son vivant, ce qui est le cas de la plupart des gens, le modèle change. On nous propose de passer de l'explicite à l'implicite, du volontaire au tacite. Aujourd'hui, il faut avoir exprimé de son vivant le souhait d'être donneur pour que les organes soient prélevés ; demain, il faudra exprimer de son vivant le refus d'être donneur pour que les organes ne le soient pas.


Qui décide du devenir des organes d'un individu après sa mort? (photo Marco Verch / C.C. 2.0)

On pourrait penser que c'est un détail ; il n'en est rien. La nouvelle loi renverse cul par-dessus tête la notion de norme - le comportement attendu de la majorité. Elle fait du don d'organe le comportement par défaut, le comportement normal. Le refus devient une position minoritaire, une déviation, une exception, qui devra bien vite s'accompagner d'explications, se justifier.

C'est l'aboutissement du nudge, la théorie de "l'incitation" semi-volontaire. Ceux qui ne diront rien se retrouveront emportés dans le camp des donneurs d'organes. Mais attention! Vous gardez votre liberté! Il faudra "juste" faire l'effort de vous inscrire sur la liste des non-donneurs sur Internet, le genre de chose que toutes les personnes âgées font sans peine de nos jours. Ou en parler à vos proches, en espérant qu'ils s'en souviennent le moment venu...

Dans les faits, la nouvelle pratique donnera lieu à des déchirements. Imagine-t-on la pression et la douleur subies par des proches, qui devront ajouter à la perte récente d'un être cher le stress de décider dans l'urgence comment le cadavre encore chaud pourra être dépecé des meilleurs organes?

Et lorsqu'on parle de proches... La loi ne donne aucune définition de cette notion essentielle. Qui seront les personnes interrogées pour décider? Des enfants mineurs? Une épouse en réanimation suite à l'accident qui vient d'emporter son mari? Un ex-compagnon ou une ex-compagne sans lien depuis dix ans avec la personne décédée, mais seule personne que l'équipe de transplantation soit parvenue à contacter dans les délais?

Combien de temps sera dévolu à la recherche et à la consultation de ces proches? Et que fera-t-on s'ils ne sont pas d'accord les uns avec les autres? Faudra-t-il l'unanimité? Une majorité? Une pondération selon la proximité de chacun? À moins qu'une seule voix en faveur du don d'organe ne suffise, compte tenu de la nouvelle donne? Détails que tout cela! Le grand public est invité à accepter. Ensuite, on verra bien.

Dans un pays où les donneurs volontaires sont minoritaires dans la population, ce basculement du consentement est d'une incroyable violence.


L'évolution du don d'organes en Suisse (source OFSP)

Depuis des années, la proportion des donneurs d'organes au sein de la population ne cesse de progresser. Pourquoi forcer la main à une évolution naturelle et paisible de la pratique? On dirait que la classe politique s'impatiente. Elle veut passer à la vitesse supérieure. On en devine les raisons: la population suisse vieillit et les techniques médicales s'améliorent. La demande locale de nouveaux organes est donc toujours plus grande. Comme l'explique Céline Morin:

Le nombre de transplantations d'organes a fortement augmenté ces dernières années. Partout, dans le monde, le besoin et la demande d'organes deviennent de plus en plus importants. Cependant, il manque d'offre et ainsi, le nombre de patients sur liste d'attente augmente. (...) Cela est dû à une diminution du nombre de donneurs en état de mort cérébrale « encéphalique », [notamment à cause de la] réduction des accidents de circulation.

En Afrique, le commerce d'organes est florissant, on entend même dire que le trafic des organes à des fins de transplantation représente 10 % des cas de transplantation à travers le monde et génère jusqu'à 1,2 milliards de dollars de recettes illicites chaque année. Le trafic illégal d'organes est un travail à la chaîne qui implique des chirurgiens, des médecins, des techniciens de laboratoire et des agents de voyage. Leurs clients : des malades aisés du Japon, d'Italie, d'Israël, du Canada, de Taïwan, des États-Unis et d'Arabie Saoudite. (...) L'Organisation mondiale de la Santé OMS estime par ailleurs que près de 10 % des reins transplantés chaque année sont [issus du] trafic illégal d'organes.

Est-ce pour combattre la tentation de se fournir en organes à l'extérieur et d'alimenter les mafias que cette loi a été pensée? Est-ce une raison pour inscrire par défaut toute la population du pays dans le registre des donneurs? Souhaite-t-on faire de la Suisse un pays d'exportation d'organes, les corps des morts devenant une ressource économique comme une autre?

Je n'ai pas la réponse à ces questions malsaines. Je pense que si cette loi est acceptée, nous découvrirons dans quelques années, beaucoup trop tard comme d'habitude, ses effets réels et les abus qu'elle aura entrainés.

Si tous ceux qui pensent glisser un Oui dans l'urne le 15 mai se contentaient à la place de s'inscrire comme donneurs sur Swisstransplant, la Suisse disposerait alors de plus d'organes qu'il ne lui en faudra jamais.

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 23 avril 2022

5 commentaires

  1. Posté par aldo le

    Plus j’y pense et plus je suis absolument certain que,
    L’OBLIGATION DE DONNER SES ORGANES ÉQUIVAUT POUR LES BOLCHEVO-NAZIS AU POUVOIR AVEC LA COMPLICITE DES MORMONS, A

    SOURNOISEMENT
    INTRODUIRE LA
    PEINE DE MORT
    EN SUISE

    Pour preuves: https://is.gd/Hhk09c
    Comme à l’accoutumée « LES BONNES CONSCIENCES »* SONT A COTÉ DE LA PLAQUE. Dans leur bulle imposée par les censures et les bobards organisés, elles sont donc parfaitement ignorantes des réalités planétaires qui nous empoisonnent l’existence, au point de vouloir nous donner la mort pour faire des trafics et du fric avec des mafias.
    * voir lettre de lecteurs de la Tribune de Genève du 6 mai 2021.

  2. Posté par Marcassin le

    La demande croissante de dons d’organes ne serait-elle pas en relation avec les effets indésirables des « vaccins » ?

  3. Posté par Cogito le

    Et vous allez voir comment ceux qui refusent d’être découpés en petits morceaux encore vivants (lorsque le coeur bat encore) vont être « traités » par le personnel médical lors d’une hospitalisation !
    Quant à ceux qui accepteront cette horreur, ils seront « traités » de façon à fournir des organes le plus vite possible. Il y a tant de pognon à se faire avec les transplantations !

  4. Posté par aldo le

    La signature de Soros, des sectes mondialistes associées à ses ONG, ne fait aucun doute derrière ces trafics. Quand on connaît son parcours de négociant en biens des juifs disparus dans les camps de concentration… https://is.gd/repIMS … on peut penser que ce n’est pas pour rien que des députés européens, des juges de la CDEH et toute la presse mondiale lui courent après juste pour bénéficier des ses générosités. Officiellement des dons d’un généreux philanthrope. Mais lorsque ces distributions finissent par faire que la presse mondiale est « pluraliste » « bonne conscience » tout en parlant d’un seule et même voix, on devine qu’il s’agit de pures corruptions propices à générer de nouveaux profits dans de nouvelles affaires. Tout laisse penser que la Calmy-Rey, mais aussi la Sommaruga, la Keller-Sutter et nombre d’autres pétroleuses boute-feu ont tricoté des liens avec l’Europe bolchéviqu UErss et avec ses ONG qui ressemblent de plus en plus aussi à des sectes mondialistes pilotées par les mormons, les scientologues etc. au sein d’une pyramide géante composée d’un multitude de petites pyramides sectaire. Et la Sommaruga doit y faire bonne figure avec un « sainte » autoproclamée, Gemana Sommaruga, https://lc.cx/qvdU Finalement après les Kosovars impliqués dans les trafics d’organes entre Israël et les Etats-Unis, on comprend pourquoi nos traîtresses courent maitenant au chevets des affaires de Zelinky.

    Cette fameuse sainte Sommaruga est censurée par Google etc. depuis la Suisse, ce qui laisse supposer des cachotteries de l’intéressée prompte à imposer un silence médiatique bien totalitaire pour qu’aucun Suisse ne soit au courant. Avec une telle sainte, elle devrait donc aussi faire partie des mormons et de leur Eglise des saints des derniers jour (LDS). Des conspirateurs toujours prêt à nous claironner la fin du monde avec le concours pas désintéressé de la petite peste antifa Greta Thunberg le tout pour faire peur à cette famille française, au point de les faires sauter du balcon https://is.gd/N2pMll, vraisemblablement après avoir été dépouillés par ces sectes, de tout leurs bien. Et les SELISBOLFA (Socialo-écolo+lgbtx-islamo-bolchévo-fascistes) https://is.gd/8pHeTA …sont donc aussi de la partie, à l’oeuvre derrière ces trafics d’organes puisqu’ils les soutiennent. Tout comme Zelensky qui va flinguer nombre de civils d’Ukrainiens tout en attribuant leurs meurtres aux Russes, juste pour augmenter son chiffre d’affaire consolidé avec des organes tout frais, même sur commande. Ce qui avec le trafic d’armes et de coke (pour ses besoins personnels) https://is.gd/XPKrLS … devrait largement compenser ses déboires avec la vodka Zelensky. https://is.gd/h4IKcx Et le goût de la guerre par Zelensky n’est pas prêt de s’arrêter après tant de traitrises générant tant de profits. https://is.gd/v5lG7z

  5. Posté par Sergio le

    Par défaut, nous considérons que vous êtes d’accord. Si tel ne devait pas être le cas, faites-le savoir officiellement et par écrit. Vous serez ainsi sur la liste de ceux qui sont contre. Mais vous gardez votre liberté. À quel prix ? Vous le saurez en temps opportun.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.