La victoire des talibans signifie le triomphe de l’alliance Pakistan-Chine, qui menace la survie de l’Inde

L’abandon de Bagram par Biden et son équipe a causé la mort de 13 Américains et 169 Afghans

Robert Spencer : Aucune nation n'a été aussi furieuse contre Biden après son retrait d’Afghanistan que l'Inde. Non seulement l'Inde avait investi des ressources en Afghanistan, mais la prise du pouvoir par les talibans signifie le triomphe de l’alliance Pakistan-Chine, qui menace la survie de l'Inde.

Un des éléments clés du triomphe des talibans et de la déroute honteuse des Etats-Unisa été l'abandon de la base aérienne de Bagram.

Biden, Austin et Milley ont choisi d'abandonner la base aérienne de Bagram pour se concentrer sur la sécurisation de l'ambassade de Kaboul. Ce faisant, ils ont non seulement coupé notre seule stratégie de sortie fiable, mais aussi permis aux talibans de libérer d'une prison voisine des milliers de détenus, appartenant à leurs propres rangs et à ceux d’Al-Qaïda et de l’État islamique.

Or il apparaît maintenant qu’il y a un lien direct entre l'abandon de Bagram et l'attentat suicide à l'aéroport de Kaboul, d’après cet article du média indien Firstpost:

[…] Le djihadistede l'État islamique qui a tué au moins 169 civils afghans et 13 soldats américains en se faisant exploser devant l'aéroport de Kaboul le mois dernier était incarcéré dans la célèbre prison afghane de Bagram depuis quatre ans, grâce aux efforts de l'Inde.

Des sources de haut rang du renseignement indien connaissant bien le dossier ont déclaré à Firstpost que l’hommeavait été remis à la CIA par la Research and Analysis Wing indienne en septembre 2017. Mais il a été libéré le 15 août dernieren même temps que des milliers d'autres dangereux terroristes détenus dans la prison de haute sécurité proche de Bagram, profitant du chaos qui a fait suite au retrait précipité des États-Unis et à la prise de contrôle rapide de tout le pays par les talibans.

Identifié comme Abdul Rehman, le djihadiste était un ancien étudiant d'une école d'ingénieurs en Inde et venait de la province afghane de Logar. Il était le fils d'un commerçant afghan qui se rendait fréquemment en Inde pour affaires.

Son arrestation avait permis de déjouer un complot de l'État islamique de la province du Khorasan (IS-K) - la branche régionale de l'État islamique en Afghanistan - visant à organiser des attentats-suicides à New Delhi et dans d'autres villes de la région, probablement sur ordre de la direction pakistanaise des services de renseignement (ISI).

"Le retrait désorganisé des américain sa permis à des centaines de terroristes très compétents et très engagés d'être libérés et de rejoindre l'État islamique, Al-Qaïda et d'autres groupes terroristes", a déclaré un officier ayant travaillé sur l'affaire Abdul Rehman.

"Le travail d'une décennie de lutte antiterroriste a été réduit à néant par l'incapacité des États-Unis à sécuriser les principaux prisonniers de Bagram", a-t-il déclaré, ajoutant que les conséquences de cet échec seront "d'une très grande portée".

Le magazine de l'État islamique consacré à l'Asie du Sud, Sawt al-Hind, a confirmé dans son édition de ce week-end que le kamikaze avait été arrêté à l’époque à New Delhi lors d'un attentat suicide manqué.

[…]

Source : https://www.jihadwatch.org/2021/09/biden-austin-and-milleys-abandonment-of-bagram-led-to-murder-of-13-americans

Traduction libre Albert Coroz pour LesObservateurs.ch

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.