Foulards violets ou voiles islamistes ?

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national

Foulards violets ou voiles islamistes ?

Le 26 septembre prochain, le canton de Neuchâtel se prononcera sur un projet de loi visant à accorder le statut d’utilité publique à diverses religions, pluriel commode pour cacher le fait que c’est bien l’islam dans sa version funeste qui se trouve à l’étroit dans nos contrées. Evidemment, vu les têtes de gondoles qui se sont annoncées en qualité de représentants, l’enthousiasme n’est guère de mise. Pour faire passer le projet, la communauté musulmane fait savoir qu’elle ne présentera pas de requête en vue d’obtenir le statut si ardemment désiré. On peine à y croire mais même si au summum de l’effort, on jugeait utile d’ajouter foi à cette promesse, encore faudrait-il savoir quelle pourrait être la représentativité des personnes prétendant parler du nom de l’islam de l’ensemble du canton.

Alors que la devanture se veut ouverte et tolérante, dans l’arrière-boutique, on travaille à renforcer la place de l’islam politique dans l’espace public et plus particulièrement dans l’administration. Ainsi, un collectif nommé Foulards violets milite pour que la ville de Neuchâtel supprime de son règlement un alinéa précisant que le Conseil communal « désigne les fonctions dont les titulaires doivent s’abstenir de tout signe religieux ostentatoire en raison de leurs contacts avec le public.»

Le quotidien Arcinfo précise que selon le collectif, cet alinéa «s’adresse principalement aux femmes de confession musulmane qui choisissent, pour des raisons personnelles et religieuses, de porter le foulard», «C’est un choix personnel qui ne touche que la personne qui le porte, et qui ne devrait pas avoir plus d’impact que les choix vestimentaires faits par les autres membres de la population neuchâteloise.»

Duplicité, quand tu nous tiens. Derrière ce qu’elles présentent comme un choix personnel ne touchant que celle qui le fait, les Foulards violets visent à faire avancer leur vision de l’islam dans l’administration et donc dans le public. Contrairement à ce qu’elles prétendent, le voile ne concerne pas que la femme qui le porte mais l’usager qui s’adresse à elle. L’Etat est neutre du point de vue religieux. Cette disposition n’indispose que les femmes qui ne souhaitent pas s’intégrer mais au contraire façonner notre vivre ensemble à leur idéologie. Leur prochaine étape, c’est la reconnaissance d’utilité publique. Leur requête est certainement déjà prête à être déposée et sera sur la table du Conseil d’Etat le 27 septembre à la première heure si la population neuchâteloise se laisse abuser le jour avant. NON le 26 septembre.

Yvan Perrin 8.09.2021

3 commentaires

  1. Posté par Bonardo le

    Par respect et éducation pas de voile au travail .
    Point barre .

  2. Posté par Lucide le

    Etonnant ces femmes qui militent pour pouvoir travailler voilées et donc amener leur secte sur leur lieu de travail alors que la tendance et le désir de cette secte serait plutôt de les exclure du monde du travail…..
    De même, on nous bassine avec les femmes qui vont souffrir sous la loi des talibans en Afghanistan et des femmes musulmanes accueillies en Europe et en Suisse font pression pour pouvoir se bâcher à la mode talibane.
    Le seul bon côté du basculement de l’Europe et de la Suisse dans la charia sera de régler ces problèmes, et nos grandes féministes vont regretter leur vie tellement dure au temps du mâle blanc occidental.

  3. Posté par pepiou le

    L’islamisation par des symboles s’y rapportant, dans l’espace publique, est le marqueur de l’avancée du monde musulman et de ses règles religieuses partout où cette religion prend racine.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.