ONU, Soros, Fondation Ford…Des fondations privées financent directement des experts travaillant pour l’ONU pour que ceux-ci rédigent des rapports allant dans le sens de la radicalité idéologique voulue par ces fondations privées…

Ndlr. Voici un autre rapport explosif du centre de référence de l’ECLJ, dir. Grégor Puppinck, cette fois sur « les procédures spéciales » de l’ONU et le rôle, dans le financement de certaines, de fondations privées comme celles de… G. Soros et de la Fondation Ford notamment. Cela sur des thèmes sociétaux influencés dans le sens d’une radicalité idéologique gauchiste et déconstructionniste effrayante.
Voir également la synthèse présentée dans l’hebdomadaire Valeurs Actuelles du 29.07.2021.

 

Après avoir mis en lumière les conflits d’intérêts entre certaines ONG et des juges de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), l’ECLJ a poursuivi ce travail d’enquête auprès d’une autre institution internationale basée à Genève : le Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

L’ECLJ est fier de publier aujourd’hui un nouveau rapport prouvant des atteintes à l’indépendance de nombreux experts de cette institution.

Dans son précédent rapport, l’ECLJ avait démontré l’existence de conflits d’intérêts touchant des juges de la CEDH. L’exactitude de ce premier rapport a depuis été reconnue par les ambassadeurs du Conseil de l’Europe[1]. Cette fois, l’ECLJ s’est attelé à étudier méticuleusement pendant plusieurs mois les déclarations publiques de financement des experts de l’ONU. Nous avons ensuite tenu à les interviewer pour avoir leur avis sur ces questions. L’ECLJ a pu réaliser plus de 25 entretiens avec ces experts des Procédures spéciales de l’ONU. Ce qui en ressort est édifiant.

La principale conclusion de ce rapport est que des fondations privées financent directement des experts de l’ONU pour que ceux-ci rédigent des rapports allant dans le sens voulu par ces fondations privées. Ces rapports sont ensuite promus comme des recommandations indépendantes émanant de l’ONU, et repris par des gouvernements et des juridictions internationales pour soutenir ou justifier leurs décisions. Ceci est en contraction flagrante avec le code de conduite des experts et les résolutions du Conseil des droits de l’homme. Les experts devraient être indépendants, non seulement vis-à-vis des États mais aussi vis-à-vis des fondations privées qui veulent aligner l’agenda des experts sur le leur.

Un exemple parmi d’autres tiré de notre rapport : Juan Méndez, Rapporteur spécial sur la torture entre 2010 et 2016 a été en même temps membre du conseil d’administration de l’Open Society Justice Initiative[2]. L’Open Society Foundations lui a fourni un financement sur deux ans de 200 000 USD pour financer son centre de recherche l’Anti-Torture Initiative qui l’assiste dans la rédaction de ses rapports[3]. En 2015, Monsieur Méndez a reçu 90 000 USD de la Fondation Ford, pour organiser une consultation d’experts sur le thème du genre et de la torture[4], puis pour engager un assistant de recherche en vue de la rédaction d’un rapport sur le genre et la torture et pour en faire la promotion[5]. Le rapport officiel de l’expert sur le genre et la torture fut publié par l’ONU le 5 janvier 2016 et promeut l’avortement dans les mêmes termes que les fondations qui l’ont financé[6]. À aucun moment le Rapporteur ne fait référence à la générosité de la Fondation Ford ou de l’Open Society Foundations.

On observe à nouveau que l’Open Society et ses fondations affiliées figurent parmi les plus généreux pourvoyeurs de fonds auprès des experts du Conseil des droits de l’homme, aux côtés de la Fondation Ford.

Il ressort également de notre enquête que la situation des experts varie grandement. Certains ne sont pas financés, d’autres résistent aux propositions ou démissionnent et sont donc très heureux que le travail d’enquête de l’ECLJ voit le jour. D’autres encore semblent accepter les financements privés sans réellement comprendre en quoi cela serait problématique et d’autres enfin acceptent avec plaisir les centaines de milliers de dollars pour promouvoir des causes qu’ils partagent avec les fondations, quand bien même ces combats idéologiques iraient au-delà de leur mandat.

Dans son rapport, l’ECLJ s’attache à expliquer les causes de cette faille dans la protection de l’indépendance des experts ; pourquoi des fondations privées investissent massivement dans les Procédures spéciales de l’ONU ; pourquoi ce sont bien souvent les mêmes qui agissent auprès de la CEDH et quelles solutions seraient envisageables pour éviter cette « capture » des experts onusiens.

L’ECLJ se réjouit que Valeurs Actuelles ait consacré cette semaine sa couverture et un dossier de 12 pages à cet important travail d’enquête. Les données et conclusions de ce rapport se fondent en effet sur les déclarations officielles disponibles librement sur le site internet du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, sur les sites internet des fondations finançant les experts et sur les affirmations directes de certains de ces experts des Procédures spéciales.

Avec ce deuxième grand rapport pour favoriser l’indépendance réelle des institutions internationales, nous vous encourageons à participer à notre engagement en lisant ce rapport et en le partageant le plus largement possible. Like https://www.facebook.com/ECLJOfficial/ on Facebook

Télécharger le rapport sur le financement des experts de l'ONU
[1] Grégor Puppinck, « Le Conseil de l’Europe admet la véracité du rapport sur les ONG et les juges de la CEDH », Valeurs Actuelles, 16 avril 2021.
[2] OSF, Torture: It Can Happen Anywhere, February 13, 2014, https://www.opensocietyfoundations.org/voices/torture-it-can-happen-anywhere
[3] ONU, A/HRC/31/39 Annexe X - p.51.
[4] Ibid.

[5] Ibid.
[6] ONU, « Perspectives de genre sur l’interdiction de la torture et des traitements cruels, inhumains et dégradants », A/HRC/31/57.

À des fins statistiques et pour vous tenir informés des suites de ce rapport et de nos autres actions, nous demandons simplement l’adresse courriel de ceux souhaitant télécharger ce rapport. Conformément aux RGPD en vigueur vous pouvez à tout moment vous désinscrire de notre liste de diffusion par simple clic en pied de courriel.
L’ECLJ est une organisation internationale non gouvernementale fondée en 1998 et dédiée à la promotion et la protection des droits de l’homme en Europe et dans le monde.

6 commentaires

  1. Posté par Anubis de la vallée le

    Bah c’était juste les mêmes à financer le ptit malrasé de 39…

  2. Posté par aldo le

    SOROS EST LE PARFAIT REPRESENTANT D’UN ETAT PROFOND MALFAITEUR ET MONDIALISTE !

    Il a tripoté des fortunes colossales comme par hasard, à la fois liées aux profits nazis et bolchéviques. Un secte à lui seul, une sorte de doublure de Mitterrand lequel a été décoré de la Francisque par le Maréchal Pétain pour finir par s’allier avec des communistes avec son programme commun. Ou encore comme Chirac qui distribuait l’Humanité à l’Université pour finir par se faire passer pour gauliste et de droite. De Gaule ayant eu les mêmes zig-zag aussi avec les communistes ce qui démontrait ainsi leur importance à la fois financière et politique.

    On le voit rien ne vaut d’avoir couru les extrêmes, pour finir par être élu grâce au ventre mou d’un centre virtuel. Et POUR SOROS, C’EST AUSSI LA RECETTE DE SA PRODIGIEUSE IMMUNITE CIVILE ET PENALE, tant il tient par la barbichette le monde des tricheurs fiscaux et autres crapules du bandistisme ordinaire. Et ce ne doit pas être Biden qui, comme Sénateur, a représenté durant 36 ans le Delaware, paradis fiscal au sein même des Etat-Unis qui pourrait être son ennemi.

    Or on sait bien que les paradis fiscaux ont couvert les cachotteries financières des services de renseignement de nombreux pays. Donc les tuyaux Democrates rejoignent là ceux de la CIA du FBI et de tout ces paravents de l’État profond américain qui ont organisé la victoire du tricheur Biden, tout en arrêtant pas de déglinguer Donald Trump avec des accusations un peu trop nombreuses et fantaisistes.

    Donc Soros&Cie a aussi les satellites militaires des Etats-Unis à sa disposition, qui lui permettent de spéculer sur les catastrophes plus ou moins naturelles et d’arroser tous azimuts. L’important n’étant pas de prendre parti en arrosant mais d’avoir suffisamment de liquidités pour arroser tout le monde et choisir celui qui en recevra le plus, histoire de durer à travers les changements politiques.
    https://lesobservateurs.ch/2021/05/15/les-juges-soros-de-la-cedh-et-le-silence-gene-des-quotidiens-francais-de-gauche/

  3. Posté par poulbot le

    Jean-Francois Morf le 31 juillet 2021 à 12h49

    Ce ne serait pas suffisant du fait des complicités des politiques , des milieux d’affaire dans tout les pays, la purge doit être mondial , faites le même jours a la même heure en tenant compte des fuseaux horaire, sans restrictions aucunes , quittes a faire le vide immédiatement.

  4. Posté par Jean-Francois Morf le

    Une seule méthode possible contre la famille Soros: faire comme avec la famille Ceausescu…
    Et les journalistes faux culs pleuraient à chaude larmes.

  5. Posté par antoine le

    Ce genre de manipulation mondiale doit être dénoncée au plus haut niveau.
    Que notre gouvernement oblige les dirigeants à revoir leurs copies !
    Nous en avons MARRE de toute cette corruption due à s0r0s !!

  6. Posté par Hotch le

    Au vu de cette corruption qui ne se cache même plus, une initiative exigeant un retrait de l’ONU (et de toutes les organisations qui lui sont liées) devrait être soumise au peuple Suisse dans les plus brefs délais.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.