Marc Bonnant: « La santé, pour quoi faire? »

Marc Bonnant: "Il est troublant de voir les Français préférer la sécurité à la liberté"

Le 27 avril 2020

L'éminent avocat suisse Marc Bonnant, confiné chez lui pour cause de pandémie, confie à Elisabeth Lévy sa préférence pour une vie intense, risquée et aristocratique plutôt qu'une existence sécurisée, indifférenciée et interminable.

Elisabeth Lévy. J’ai été très choquée d’entendre le Premier ministre décréter que préserver la santé des Français était le premier objet de la politique publique, et assurer la continuité de la vie de la Nation le deuxième.

Marc Bonnant. Oui, cette hiérarchie ne me conviendrait pas. Je serais plutôt d’avis qu’il faut viser la continuité de la vie de la Nation, avec sa part de limites, et peut-être avoir un autre rapport philosophique à la mort : savoir l’accueillir, savoir même qu’elle fait l’intensité de nos vies, et que des vies éternelles seraient infiniment ennuyeuses. Au fond, renouer avec l’idéal antique d’une vie qui est intense parce qu’elle est brève est une manière d’apprivoiser l’idée de la mort et de l’accueillir avec une sérénité stoïcienne. Ce serait plutôt ainsi que je pense et ressens l’ordonnancement des choses.

Au fond, cet esprit rebelle qui a fait votre grandeur – et je ne pense pas particulièrement à la Révolution, cet esprit insolite et transgressif est en train de perdre de son éclat

Elisabeth Lévy. On parle de la grippe espagnole qui n’était pourtant absolument pas devenue un enjeu public ou plus près de nous de l’épidémie de grippe qui a tué des milliers de morts en 1968. Dans les deux cas, ce sont des épidémies qui ont fait beaucoup de tragédies individuelles, mais qui ne sont pas devenues des affaires publiques. Est-ce que cela vous paraissait plus humain ?

Marc Bonnant. Non, je pense que tout cela participe de notre rapport à la mort qui s’est beaucoup altéré. Bien sûr, nous la savons inévitable mais nous la voulons plus lointaine et à certains égards nous la nions. Je crois que beaucoup ont l’espérance d’une vie éternelle. Simplement, ces pactes que nous pouvons faire avec le diable ne sont pas la vie éternelle mais la jeunesse éternelle. Négliger pareillement ce qui fait l’intensité de la vie plutôt que ce qui fait la durée de la vie me paraît être une faiblesse de raisonnement.

(…)

A lire aussi: Eugénie Bastié: “Entre l’orgie et la pénitence, je ne sais pas ce qui triomphera après l’épidémie”

Elisabeth Lévy. Alors que le gouvernement a fixé une première date pour le déconfinement, on voit déjà des corporations râler – en général celles qui sont payées par l’État – refusant d’aller travailler si c’est pour prendre un risque. J’en reviens donc à ce dont vous parliez, à savoir cette vie sans risque…

Marc Bonnant. C’est très frappant. Et l’autre chose qui m’interpelle c’est cette nouvelle hiérarchie, à mon sens, qui consiste pour les Français à placer la sécurité au-dessus de la liberté. C’est étonnant pour le peuple que vous êtes, compte tenu de son histoire. Mais aujourd’hui, pour être sécurisé et protégé, c’est naturellement vers l’État que l’on s’adresse.
Au fond, cet esprit rebelle qui a fait votre grandeur – et je ne pense pas particulièrement à la Révolution, cet esprit insolite et transgressif est en train de perdre de son éclat. Encore une fois, cette hiérarchie selon laquelle la durée de la vie importerait plus que son intensité et son contenu étonne, car au fond c’est la jeunesse et l’intensité qui sont importantes, pas la durée. La durée ce n’est rien.

 [...]

article complet et vidéo réservés aux abonnés: https://www.causeur.fr/marc-bonnant-coronavirus-reacnroll-176919

2 commentaires

  1. Posté par LeVérificateur le

    Ah bon, on est libre dans nos pays !
    On peut dire ce que l’on veut ?
    Pas de Premier Amendement chez nous.
    Nous ne sommes pas libres, nous sommes en liberté surveillée.

  2. Posté par Toroedo, los le

    Un peuple qui sacrifie sa liberté pour sa sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.
    Benjamin Franklin

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.