La censure sur YouTube se déchaîne pendant le ramadan (vidéo en anglais, sous-titrée)

En l'honneur du Ramadan, YouTube retire les vidéos qui critiquent Mahomet et le Coran. Comment répondre à la censure de YouTube sur des discussions pacifiques ? David Wood aborde la question.

Résumé Cenator :

La censure des vidéos qui critiquent l’islam monte toujours en flèche pendant le ramadan.

Ainsi, la vidéo de David Wood « Les dix versets du Coran les plus importants pour comprendre l’Etat islamique » a été signalée à YouTube et supprimée, parce qu’elle « violait les directives ».

Il s’agissait de dix versets par lesquels les djihadistes de l’ÉI justifiaient leurs exactions. La vidéo était restée en ligne pendant des années, mais tout à coup elle était « trop » pour YouTube. On n’a plus le droit d’expliquer la logique des terroristes.

La vidéo « Le prophète Mahomet résout le coronavirus » a subi le même sort. Elle se moquait de l’affirmation de Mahomet selon laquelle la ville sainte de Médine était protégée en permanence des épidémies par des anges qui montent la garde sur les routes environnantes.

On peut se moquer de Dieu, de Jésus, de l’athéisme, de l’hindouisme, mais pas de Mahomet. YouTube a de plus en plus un traitement de faveur pour notre pilleur de caravanes du VIIe siècle préféré.

Suppression également pour la vidéo « Mahomet a-t-il existé ? Robert Spencer et David Wood contre Anjem Choudary et Omar Bakri ».

Les directives de YouTube disent « Des contenus qui glorifient des organisations criminelles violentes ou qui incitent à la violence contre des individus ou des groupes ne sont pas autorisées sur YouTube. »

Mais en quoi les trois vidéos ci-dessus sont-elles des apologies de la violence ou des incitations à la violence ?

On a parfois la possibilité de recourir contre les cas de censure qu’on estime injustifiés, mais le résultat est très aléatoire.

Dans mon cas, dit David Wood, ce n’est pas grave qu’ils me suppriment quelques vidéos, car celles qui restent suffisent pour démolir l’islam.

Mais le problème est plus général. YouTube agit de même contre tous ceux qui sont du mauvais bord sur certaines questions politiques ou religieuses.

On en est au point où il faudrait garder soigneusement toutes ces notifications de censure et faire un procès à YouTube pour le ramener à la neutralité.

Car ils ne sont pas libres de bloquer qui ils veulent. YouTube n’est pas un éditeur, comme l’est par exemple le New York Times. YouTube est censé être une plateforme, où d’autres personnes déposent des contenus. Il devrait donc être assez neutre en matière religieuse et politique, ce qu’il n’est pas. Le problème, c’est d’arriver à prouver que YouTube est massivement biaisé. Ce serait formidable de voir les censeurs de YouTube ou d’autres plateformes tenter d’expliquer devant un tribunal en quoi les vidéos qu’ils censurent violent leurs directives.

4 commentaires

  1. Posté par Roland Gloor le

    Se passer de Youtube, si vous avez un tube pour ça je suis preneur. J’ai plusieurs vidéos de famille dont un à été censuré parce que mon petit fils de 9 mois a été filmé dans sa piscine en été …
    C’est sûr que si des musulmans sont aux commendes de la censure on ne va pas vers de beaux jours… avec ou sansCovid !

  2. Posté par Philippe Dauphin le

    Quelles alternatives à Youtube (et Facebook) existent-elles pour la diffusion d’informations et de vidéos ?

  3. Posté par Dominique le

    Adhérer à You Tube, c’est choisir de se laisser manipuler.
    Je m’en passe fort bien !

  4. Posté par Nicolas le

    On peut très bien se passer de YouTube.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.