Le Conseil fédéral doit enfin réduire la bureaucratie et les régulations qui entravent l’économie

Le Forum PME tire la sonnette d’alarme: la compétitivité de l’industrie suisse s’est massivement détériorée ces dernières années. Il y a longtemps que l’UDC avait mis en garde contre cette menace qui s’est aujourd’hui concrétisée. Elle invite donc le Conseil fédéral à remplir immédiatement le mandat que lui a donné le Parlement et à présenter un programme complet de revitalisation pour rétablir l’attractivité de l’économie suisse.

Durant les 20 ans écoulés la Confédération a produit à elle seule plus de 113’000 pages de nouveaux textes de lois, soit plus de 5600 pages en moyenne par an. Cette avalanche législative est non seulement onéreuse, mais elle nuit à l’économie suisse. La facture que ces excès régulateurs représentent pour les entreprises, sociétés et administrations se monte à quelque 60 milliards de francs par an, soit un dixième du produit intérieur brut de la Suisse, selon une étude de l’Union suisse des arts et métiers.

Ce développement nocif doit être stoppé. En mars 2019, le groupe parlementaire UDC a déposé une motion invitant le Conseil fédéral à constituer un programme de revitalisation. Le but doit être d’optimiser les conditions-cadres fixées par l’Etat, d’accroître l’attractivité de l’économie suisse et de sauvegarder l’emploi. Les deux chambres fédérales ayant approuvé la motion, la balle est dans le camp du gouvernement.

Le Conseil fédéral doit agir
La commission extraparlementaire Forum PME vient d’annoncer que la compétitivité de la place industrielle suisse a massivement baissé.

Dans le classement de la Banque mondiale, la Suisse a dégringolé du 15e rang qu’elle occupait en 2007 au 36e rang aujourd’hui. Compte tenu de ce résultat qu’il juge « alarmant », le Forum PME recommande de prendre des mesures supplémentaires pour réduire la charge administrative pesant sur les entreprises.

L’UDC invite de son côté le Conseil fédéral à s’occuper immédiatement de ce mandat parlementaire et à présenter dans les plus brefs délais un programme de revitalisation complet.

source:

 

 

 

3 commentaires

  1. Posté par Dominique le

    Les Suisses ne devraient pas avoir élu tant de juristes. Ils sont les complices de toute cette coûteuse bureaucratie et de tant de lois non-nécessaires. Mon père qui était directeur d’une entreprise productrice me disait évite de voter pour des juristes et il avait bien raison.
    La Suisse est devenue semblable aux USA qui n’ ont que le 5 % de la population mondiale mais le 66 % des juristes, avocats et notaires du monde!
    Les USA ont Trump qui y met quelque ordre mais nous on a bien trop d’élus médiocres et par dessus le marché on a les technocrates de l’UE!

  2. Posté par Socrate@LasVegas le

    Oui, bien sûr, il nous faudrait donc un Trump…

    … Mais à qui donc refourguer les 7 pieds nickelés?

  3. Posté par antoine le

     »La facture que ces excès régulateurs représentent pour les entreprises, sociétés et administrations se monte à quelque 60 milliards de francs par an »
    Vouloir tout réguler, cela me rappelle les plans quinquennaux des pays communistes du bloc de l’Est !
    Plus c’est lourd et plus le risque de couler le pays est grand !
    On le voit touts les jours avec l’administraaaaation de Bruxelles qui impose la courbure des courgettes et le diamètres des trous de la douche ….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.