Le gouvernement italien chancelle sous les coups de boutoir des deux Matteo

Claude Haenggli
rédacteur/traducteur, Berne, Suisse

 

Le gouvernement italien chancelle sous les coups de boutoir des deux Matteo

 

En Italie, comme en Allemagne et en France, gouvernent des partis qui n’ont plus le soutien du peuple. Les deux partis de la coalition gouvernementale ont de plus perdu de nombreux députés. Le mouvement 5 étoiles, qui s’est allié à la gauche, contre laquelle il avait été formé initialement, a vu partir plusieurs des siens et a presque disparu lors des dernières élections régionales. D’autre part, Matteo Renzi, l’ancien premier ministre et dirigeant du parti « démocrate »(alliance des anciens communistes et des anciens chrétiens-sociaux), a fondé un nouveau parti politique de gauche et milite pour que l'actuel premier ministre Conte démissionne. Dans cette constellation, toute alliance est possible, même entre les deux Matteo (Renzi et Salvini). Ils ont d’ailleurs tous deux proposé Mario Draghi pour des fonctions gouvernementales, soit comme président de la République, soit comme premier ministre. Et souhaitent de nouvelles élections.

 

https://www.affaritaliani.it/blog/lampi-del-pensiero/l-asse-fra-i-due-matteo-prende-forma-uniti-dalla-prescrizione-e-non-solo-652637.html

 

Traduction (Claude Haenggli) : Et maintenant Renzi, le toscan nihiliste, suggère ouvertement Draghi comme premier ministre. Oui, vraiment, Draghi, celui qui avait signé la lettre promettant des larmes et du sang envoyée par la Banque européenne à l’Italie en 2011. Celui qui disait aussi que l’Italie devait céder son entière souverainité à l’Europe. Pourquoi pas ? C’est ce que disait il y a quelques mois Salvini à l’idée de Draghi premier ministre. Qui sait, un axe des deux Matteo se créera-t-il peut-être ?

Claude Haenggli, 14.2.2020

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.