Suisse : Multirécidiviste, le Kosovar a le droit de rester en Suisse car il est atteint d’un cancer

post_thumb_default

L'Office des migrations a révoqué son permis d'établissement en raison de trafics d’héroïne. Mais le Kosovar a fait recours : Il invoque son cancer pour ne pas être expulsé. Et il a réussi.

La liste de ses crimes est longue : trafic de drogue, recel, simples dommages corporels, dommages matériels et infractions au code de la route. En 2015, le Kosovar d'une cinquantaine d'années a été condamné à 3 ans et demi de prison pour ces crimes. Tout autre étranger aurait également dû quitter le pays. Le Kosovar peut rester.

Le père de cinq enfants souffre d'un cancer du poumon. Il est dépendant de la chimiothérapie, indique le "Luzerner Zeitung". Dans son arrêt publié lundi, le Tribunal fédéral a statué que "le retrait de l'autorisation d'établissement était disproportionné".

La plus haute instance suisse a ainsi contredit l'Office des migrations de Lucerne ainsi que la Cour suprême. En temps normal, les migrants sont expulsés s'ils sont condamnés à au moins un an de prison. La Cour suprême avait également envisagé la poursuite de la chimiothérapie au Kosovo.

Le canton de Lucerne doit payer

Le jugement du tribunal fédéral prend les choses différemment. En ce qui concerne la chimiothérapie, la "continuité" doit être privilégiée, déclare le verdict. Le retour au Kosovo pourrait mettre en danger le traitement. En outre, l'homme est dépendant du soutien de sa famille. D'autant plus si le cancer s'aggrave.

Le canton de Lucerne doit maintenant verser à l'avocat du patient cancéreux une indemnité de 2500 francs suisses. Le Kosovar s'en tire avec un avertissement. S'il commet de nouvelles infractions, les autorités peuvent l'expulser du pays à tout moment.

(Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch)

Blick.ch

Nos remerciements à Daniel Brand

8 commentaires

  1. Posté par Anna le

    Ne vous inquiétez pas, la chimio ne guérit généralement pas du cancer du Poumon, le taux de survie est extrêmement bas. Très probablement, il va beaucoup souffrir et mourir. Le problème c’est que cela va coûter beaucoup d’argent, que nous allons payer, mais il n’est pas le seul. Le deuxième problème c’est qu’il a cinq enfants. On espère qu’ils seront assez intelligents pour s’affranchir de l’éducation et du mauvais exemple reçu de leur père. On espère très fort.

  2. Posté par Schollenberger le

    et il ne peut pas aller se faire soigner dans son pays ?

  3. Posté par Christian Hofer le

    Il faut être humain avec les vendeurs de mort.

  4. Posté par Paul-Emile le

    C’est merveilleux, on va lui payer sa chimio, récompense pour avoir vendu la mort dans nos rues. On ne peut que s’interroger sur la façon dont les juges voient la vie. Pas de la même manière que nous, manifestement.

  5. Posté par Sergio le

    Remercions le Tribunal fédéral. Il n’a fait que devancer le verdict connu d’avance, si le Kosovar avait recouru devant la cour internationale des droits de l’homme.

  6. Posté par antoine le

     » … les migrants sont expulsés s’ils sont condamnés à au moins un an de prison. »
     »En 2015, le Kosovar a été condamné à 3 ans et demi de prison pour ces crimes »
    Le Kosovar peut rester. Décision incompréhensible du tribunal fédéral !
    Il suffit de déclarer qu’on est malade pour révoquer une décision de justice !
    A quoi servent NOS lois si on ne les appliquent pas …

  7. Posté par putmer le

    ON N’EN PEUT PLUS ! ON DOIT PAYER POUR SOIGNER CETTE MERDE HUMAINE, TOUJOURS LES MEMES, POUR QU’IL PUISSE CONTINUER SES SALOPERIES, ALORS QUE PLEIN DE BRAVES SUISSES HONNETES EN BAVENT !! PUTAIN, MERDE, REVEILLEZ-VOUS, C’EST DEVENU UN CAUCHEMAR D’ETRE PRIS POUR DES CONS PAREILS, DE VIVRE DANS UNE SOCIETE AUSSI AMORALE !!!

  8. Posté par Dominique le

    Quel rire! Ainsi la Suisse serait le seul pays où on traite le cancer. Quel mensonge éhonté.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.