Non à une solution à la fois fausse et onéreuse

Le Conseil fédéral va jusqu’à instituer une onéreuse assurance sociale, c’est-à-dire lesdites prestations transitoires destinées aux chômeurs âgés, juste pour combattre l’initiative de limitation. Ce projet est un véritable scénario d’horreur pour les contribuables suisses puisque ses coûts atteignent 240 millions de francs par an. Et si le critère d’accès « 20 ans assurés à l’AVS » ne vaut plus en droit européen, la Suisse s’expose à un nouvel et massif afflux de travailleurs étrangers.

Dans son combat contre l’initiative de limitation, le Conseil fédéral ne se gêne pas de présenter une solution à la fois onéreuse et inefficace. Dans la plus grande précipitation, il a décidé de remplacer l’aide sociale, que les communes offraient jusqu’ici aux chômeurs en fin de droit âgés de plus de 60 ans, par une assurance sociale fédérale.

Ces dites prestations transitoires pour chômeurs âgés constituent une nouvelle aide sociale fédérale qui intervient en faveur des personnes de 58 ans et plus qui ont de la peine à retrouver un emploi. Il en coûtera quelque 240 millions de francs aux contribuables à partir de 2030 selon les prévisions du gouvernement. Les prestations prévues sont sensiblement plus élevées que l’aide sociale que les communes versent aujourd’hui.  La Confédération s’impose ainsi une nouvelle dépense liée qu’elle ne peut pas réduire, même si l’état des finances fédérales se dégrade.

Contributions plus élevées que certains salaires!
Ces prestations transitoires comprennent essentiellement une contribution d’environ 24’300 francs par an pour les personnes vivant seules ou 36’500 francs pour les couples. A ce montant s’ajoutent des subventions pour les loyers variant entre 15’900 et 16’400 francs selon les régions, des suppléments pour les ménages à plusieurs personnes, pour les primes d’assurance-maladie, des subsides pour les frais d’entretien des bâtiments et les taux d’intérêt hypothécaires allant jusqu’au rendement brut de l’immeuble ainsi que des contributions aux assurances sociales fédérales et à la prévoyance professionnelle, soit notamment des contributions à l’épargne si ces cotisations ont été prélevées facultativement sur la fortune privée.

Au total, les contributions peuvent donc atteindre, si elles sont versées dans leur totalité, 58’350 francs pour les personnes vivant seules et 87’525 francs pour les couples, ce qui représente un revenu mensuel de 4862 ou 7293 francs par mois. Il était même prévu de libérer de l’impôt ces contributions qui dépassent souvent le revenu de professionnels gagnant leur vie par un travail quotidien.

L’hypocrisie du Conseil fédéral
La commission préparatoire du Conseil des Etats a corrigé au moins partiellement cette exemption fiscale et exigé que les bénéficiaires fassent une fois par année la preuve qu’ils ont cherché un nouvel emploi. Par la suite, le plénum a massivement réduit les contributions en les adaptant aux prestations complémentaires.

Ces modifications ne changent cependant rien au fait que cette nouvelle aide sociale fédérale constitue une prestation sociale nouvelle, onéreuse et, surtout, superflue. Tout en se donnant un air social, le Conseil fédéral cherche en réalité uniquement à combattre l’initiative de limitation et à préparer ainsi le terrain à l’accord-cadre institutionnel avec l’UE. Comme de coutume en politique européenne, un gouvernement hypocrite cherche à tromper le peuple.

Ces dépenses risquent d’exploser
On ose espérer que le Conseil national renonce au moins à s’écarter de la décision du Conseil des Etats. De plus, il s’agira de vérifier si, en cas d’introduction de cette prestation d’assistance pour les chômeurs en fin de droit, le critère d’admission central « au moins 20 ans assuré à l’AVS » peut être maintenu au niveau du droit européen. Si tel n’est pas le cas, l’afflux de travailleurs étrangers n’ayant qu’une brève activité professionnelle en Suisse explosera et les dépenses prévues se multiplieront à l’infini. Cet aspect a déjà été évoqué lors du débat sur la discrimination fiscale des couples mariés.

UDC conseiller aux Etats (SZ)

Un commentaire

  1. Posté par nobobo le

    Vous hallucinez. Quand certains cantons ont le droit de mettre le pauvres dans des foyers et EMSs, vous, qui, sans aucune doute, représentez le patronat, vous permettez une telle plaidoirie. En effet les autorités d’état s’en moque carrément de ses citoyens. A moins d’être issu d’une catégorie favorisée , catégories que vous les connaissez très bien. Si vous avez perdu le contact, ou vous ne l’avais jamais eu, avec les réalités de la vie en Suisse, alors faites l’expérience que l’a fait une journaliste en États-Unis. Vous allez apprendre des choses peut-être et vérifier si vraiment les communes suisses offrent des avantages si inouïs. Les décisions fédérales ne sont point appliquées tout comme la justice suisse ne se guide pas selon les lois en vigueur. Il y a les boulangeries fédérales et l’autre catégorie le prix MBudget dans le meilleur de cas. Ne paniquez pas car, les fonctionnaires d’état savent toujours détourner l’argent publique destiné à ceux qu’ont vraiment besoin. En occurrence les citoyens qui après avoir travaillé un certain temps, des fois considérable, n’arrivent pas boucler la fin du mois. C’est a douter que vous avez jamais bénéficié de l’appui si « généreux » de services sociales. Plus adéquat sera de s’interroger sur la dichotomie entre l’âge de la retraite et la politique d’embauche qui favorise farouchement une certaine tranche d’âge. Après la quarantaine on est cuits. Gardez vos propos hilaires dans un cercle intim restreint. Déjà le déni du patronat il est archi-connu et il n’avait pas besoin d’en rajouter une couche.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.