La France vue de Suisse : un désastre intellectuel

L’heure est au bilan. Il est accablant. A-t-on jamais vu une France abandonnée aux grévistes par un pouvoir ne songeant qu’à ses vacances d’hiver ?

Pourquoi ne pas donner la parole aux Suisses ? Un article récemment paru dans la Tribune de Genève dépeint la France au vitriol : un peuple paresseux, inconscient des contraintes budgétaires, lequel budget est plombé par un fonctionnariat pléthorique et un système social ruineux, et des gouvernements démagogues ne songeant qu’à leurs intérêts et leur réélection. Pour couronner le tout, une justice laxiste et aux ordres.

Ce triste constat, c’est celui de l’abrutissement d’un peuple pendant des décennies et de l’endoctrinement gauchiste qui, prêchant entre autres l’inversions des valeurs, a promu le loisir (temps de travail, vacances, retraites) comme le parangon du bonheur sur terre. A contrario, le travail est avilissant, nuit à la santé et est, pour tout dire, chiant. Dire que le travail est rédempteur, que chacun doit contribuer au bien-être général, que l’argent n’est pas seulement un outil de consommation mais peut-être aussi un formidable levier de développement, est hérétique. Il faut excommunier (c’est-à-dire exclure des médias) celui ou celle pour qui l’activité rémunérée n’est pas seulement une feuille de paie mais une contribution à l’effort de la nation.

Bien entendu, dans ce contexte, toute notion économique est inexistante (voir notre article du 11/12/2019). Puisque le loisir n’a pas de prix, profitons-en. Le coût des grèves, les emmerdements pour les clients, les coûts induits, on s’en moque. Et pourquoi pas ? Puisqu’une visite gratuite chez un médecin rapporte gros : congé maladie !

Dans ce contexte, le verbe « profiter » ne se conjugue que pour certains.

Toute une partie des fonctionnaires ou para-fonctionnaires, syndicalistes, salariés des services publics plus ou moins déficitaires n’ont aucune notion de l’argent. Tous ces avantages mal acquis, arrachés au fil des décennies, l’ont été au détriment des autres catégories sociales. Il faut le marteler. Toutes ces heures perdues l’ont été non seulement pour d’autres citoyens mais pour le pays.

Dans un monde de profiteurs, les élites ne se privent pas. Se sachant pratiquement intouchables par leurs réseaux et leur clientèle, qu’ils arrosent, le gaspillage en haut de la pyramide est hallucinant !

Bon ! les médias font parfois leur boulot. Ces abus sont donc connus, largement diffusés, mais RIEN. Ni la fraude sociale, qui atteint des sommets, ni les salaires extravagants de conseillers (on se demande de quoi ?), de hauts fonctionnaires (pauvres bas fonctionnaires, on vous plaint), de castes nombreuses et multiples n’émeuvent ni les élus ni le pouvoir en place.

Autistes, sourds, aveugles, les gouvernants le sont. Mais ils ne sont pas muets. Les paroles lénifiantes, les discours vengeurs ou repentants, les promesses non tenues maintiennent le peuple, petit et gros, en laisse. Surtout pas de démocratie directe ni de référendum ; ils se verraient inutiles et perdraient leur pouvoir.

Qui aura le courage de relever le défi ? Où sont les Jeanne, les Teresa, les Boris ?

Bérenger de Montmuel,  Philosophe et anthropologue

source:

10 commentaires

  1. Posté par roland le

    La Suisse peut parler. Après tous les scandales bancaires de Banquiers Suisse venant jusque dans nos contrées démarcher les Français « pauvres » pour qu’ils placent un peu leurs économies dans leurs coffres en besoin! Si la Suisse n’avait pas sa finance conquise sur le dos du reste du monde et devait monter des usines pour compenser peut être qu’elle la ramènerais un peu moins, tout au moins le personnage qui se pourfend de ses opinions personnelles. Un conseil mêlez vous de vos oignons Mr L’anthropologue et lâchez les basques des Français. Nous ne sommes (pas encore) une annexe de votre beau pays et il ne me semble pas exister de loi chez les nous autres qui nous oblige à déterminer nos modes de fonctionnement sur les modèles extérieurs.

  2. Posté par John Witt le

    Je suis français je suis parti de suisse il y a 10 ans, sur les conseils de sarkozy la france tu l’aimes ou tu l’as quitte, ben je l’ai pris au mot, et quand je vois la france depuis 10 ans, j’ai hônte des français et de faire parti de ce peuple. Les raisons qui ont en 50 ans tué la france sont pourtant tellement simple.

    Je fais parti de la génération à qui on a bourré le mou que soit disant avec le papy boom y’avait aller avoir tellement de boulot que le chômage disparaîtrait, sauf que CDI en france rime avec « jamais tu ne pourras me virer », donc tous ces papys, ont vu les postes associés supprimer à leur départ en retraite, à vouloir tellement sécurisé les emplois, c’est devenu un frein à tout ce truc, ajoutons à cela un droit du sol pour des gens qui viennent clairement exploité toutes les aides et allocations française, les aides qui passent aussi sous la forme d’une prime pour l’emploi, un rsa, un rmi,et toute une plétore d’éxonération qui fait qu’un final ni les français ni les entreprises ne paient d’impots, la santé qui rembourse à 80% voir plus. On peut aussi un ajouter un SMIC qui tire tout vos salaires vers le bas. Les gens intelligent qui essaient d’expliquer à la masse qu’elle se trompe se font insulter et au final on essai plus de le dire qu’ils ont tort, et que quand il font grêve il ne tape pas au bon endroits, ajouter encore à cela une société d’arnaqueur qui pratique le dropshipping, et donc organise une jolie fuite du peu de pognon qu’il reste en france, en l’envoyant chez les chinois …

    Je crois que ce qui m’a fait me rendre compte du malaise des français et qui m’a confirmer leur abrutissement, est une plainte collective de 700 français contre amazon, ils ont déposé plainte non pas parce que amazon ne paie pas d’impots en france en profitant d’un système d’exonération, mais ils ont porté plainte parce que EUX, ne peuvent pas disposer du meme système pour être éxonérer d’impôts … et ça voilà ca explique tout l’égoisme et le nombrilisme français, on ne voit que son point de vue, refléxion en tenant compte de la masse non … Bref je suis dégouté de la france, je suis dégouté par mon peuple, je ne peux pas soutenir des gens qui n’ont aucune conscience de leur actes et ne savent en mesurer les réels conséquences !
    Superbe article qui met le doigts ou ça fait mal, et la preuve on la voit dans les commentaires, y’en a un qui c’est pris la vérité en pleine fasse et vient critiquer la suisse, et pourtant la constatation est là France = peuple malheureux sous payé, Suisse = peuple heureux et bien payé, on récolte ce qu’on sême ! donc la encore une fois même avec l’évidence sous les yeux et la réalité, le français ne peut l’admettre et le voir, quels tristesse pour la france….

  3. Posté par Vassaux le

    Comme d’habitude les « y en a point comme nous »donne des leçons aux autres. Je suis Suisse et chez moi aussi il y a des inégalités, des miséreux qui galères, des retraités qui finissent le mois le 10! Les élus ne sont que des gens comme les autres avec leurs désires d’avoir toujours plus. Mais voilà les écrasés ferment leurs Bouches leurs yeux et serrent les fesses en pensant que l’entraide fera son boulot ! A mon avis on peut toujours rêver ! Les moutons font ce qu’on leur dit et surtout ils votent pour des broutilles à tout bout de champs en pensant « je fais mon devoir « pas grave si rien ne change pour moi du moment que j’ai fait ce qu’on m’a dit de faire. Des moutons je vous dis.

  4. Posté par Alain le

    Euh… Du calme, De Montmuel c’est pas un phylosophe suisse… Ce qu’il dit n’engage que lui

  5. Posté par Beck le

    Je suis absolument d’accord avec Monsieur franc aphone. Ce sont nous les Suisses qui sommes bien endormis et qui ne sommes même pas capables de nous insurgés de ce qui nous attend. Le travail jusqu’à 67-80 ans puisque déjà à 45 ans nous sommes déjà trop vieux et donc voués à faire partie des pauvres chômeurs en fin de droit non recensés qui s’ajoutent ainsi que les SDF au + de 8 % de la population précaire et qui augmente d’année en année et cela va encore être mieux avec le programme de d’Agenda 2030 que nous avons signé en 1992 à Rio et je vous convie vivement de le lire il est très instructif. Les Suisses vont peut-être commencer à regarder du côté de leurs voisins qui ne se laissent pas faire. J’admire l’intelligence collective la résilience l’abnégation et la détermination de ces personnes qui veulent un vrai changement de paradigme dans ce monde pourri gouverné par la maffia financière et autres réseaux que je ne citerai pas ici mais qui polluent toutes nos institutions. Vous croyez que notre pays va rester prospère. Non. Si les suisses ne se (r)éveillent pas rapidement nous allons droit dans le mur!!! Alors j’espère très sincèrement que mes voisins français réussiront cette nouvelle transition pour LE BIEN COMMUN. Ici nous sommes bien trop individualistes. Eux ont retrouvé une solidarité et une intelligence collective. Ne ne vous fixez pas aux seules manifestations et grèves cela va bien plus loin. Faites donc un tour sur les ronds-points dans les assemblées constituantes etc. Malgré tous les morts les mutilés les blessés graves les gardes à vue aléatoires les emprisonnements lourds l’illégalité totale de la justice des policiers du gouvernement malgré le froid les chaleurs ce mouvement est entré dans l’Histoire!!! Alors je les admire. Moins de consumérisme moins mais plus de mieux vivre.

  6. Posté par Armande Pivot le

    Quels sont ces gens qui travaillent 35 heures et partent à la retraite à 62 ans, paralysant leur pays pour l’âge pivot à 64, alors que leurs voisins européens travaillent 40h par semaine et partent à 65 ans ? Quelle honte!

  7. Posté par Burigana le

    Comment Voir la paille dans l’oeil de son voisin …

  8. Posté par Pierre le

    Vous avez tout bon.
    Étant né à Aubervilliers et ayant grandis à Saint Denis sous Mitterrand avec tous les futurs djihadistes, jamais je ne ferais un effort pour ce pays!!
    Et en temps que Francais, je n’ai évidemment pas tout compris.

  9. Posté par franc aphone le

    Analyse ahurissante et superficielle qui prône une prétendue supériorité de … Suisses. L’auteur ne précise pas qui sont les habitants dont il parle. D’ailleurs il cite un article paru dans la Tribune de Genève. Avec les « évolutions » de l’actuelle …mondialisation il serait probable que dans peu de temps ces « différences » n’auront plus d’existence. Alors… . Et si le peuple français se permet de différencier le bon de mal , est-ce que cela dérange certains? Évidemment les français ont maintenu une certaine solidarité qui manque peut-être en Suisse. M. l’anthropologue se précipite en a créer, dans une brève dépêche, digne d’une feuille informative non-payante, un tableau prétendu exhaustif avec un titre si prétentieux. Il n’hésite de prendre comme point d’appui à sa thèse la vision « externe »( oh si… lointaine et impartiale) d’autres francophones hélas helvétiques. Cela ne suffit pas d’être anthropologue et certainement il aurait été préférable de se plonger dans l’étude de la psychologie de peuples, dans l’histoire de mouvements sociaux et pourquoi pas dans une analyse pertinente sur l’homogénéité d’un peuple. Sinon on aurait la tendance de comprendre que sa dépêche est une plaidoirie pour l’extraordinaire perfection suisse dans le détriment d’un peuple en….désastre « intellectuel ». Ce qui n’est pas le cas. Au contrario… les deux se ressemblent pas mal , se complètent et s’influencent mutuellement, ce qui est parfaitement normal, vu la proximité. En tout cas avec ou sans la démocratie directe il y a un fil conducteur: le non respect , très répandu des droits de l’homme et le déni du citoyen ordinaire ( et non pas de celui privilégié ).

  10. Posté par PAUL MASSIS le

    Très bon article.Tout est vrai. Nos voisins suisses voient parfaitement nos tares.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.