« Hourra un flic brûle » : Dans sa jeunesse, la ministre de Justice de Saxe (parti des Verts) jouait dans un groupe punk glorifiant la violence contre les policiers

"Hourra, hourra - un flic est en feu..." La nouvelle ministre de la Justice de Saxe, Katja Meier âgée de 40 ans, est rattrapée par son passé de musicienne punk.

Après les attaques perpétrées par des extrémistes de gauche la veille du Nouvel An à Leipzig-Connewitz - au cours desquelles un policier a été grièvement blessé et trois autres légèrement blessés - un vieux clip vidéo fait le tour d'Internet.

Ce clip est signé par un ancien groupe punk de Zwickau du nom de "Harlekins" [NDLR : "Arlequins"] - dans lequel la nouvelle Ministre de la justice de Saxe Katja Meier (die Grünen) tenait le rôle de bassiste.

 

 

 

 

 

Dans cette chanson, toujours disponible en ligne sur YouTube, la violence contre les policiers est glorifiée.

"Hourra, le mois de mai est là. D'abord un "Molli" [cocktail Molotov] brûle. Peu après un "Sixpack" [jargon de scène pour parler d'une "camionnette de police"]. Un flic brûle. D'abord un, puis deux, puis trois".

Interrogée aujourd'hui, la ministre Meier a confirmé qu'elle avait été la bassiste des "Harlekins" dans les années 1990.

Cependant, la politicienne a laissé des questions spécifiques posées par le site d'informations TAG24 sans réponse, comme celles de savoir si elle avait participé à l'enregistrement du titre "Bulle brennt", si elle l'avait joué en public et si elle s'était identifiée au contenu à l'époque.

[...]

Alors qu'il n'y a eu aucune réaction des partis de la coalition, l'AfD a exigé la démission immédiate de la ministre Meier.

"Quiconque a déjà éprouvé dans sa vie du plaisir à voir des policiers brûler ne peut pas diriger le système judiciaire", a expliqué le vice-président du groupe parlementaire Sebastian Wippel, lui-même policier.

 

(Traduction libre Christian Hofer pour Les Observateurs.ch)

Tag24.de / Journalistenwatch.com / Bild.de

 


Rappels :

Genève : La députée des Verts Delphine Klopfenstein voulait censurer la nationalité des délinquants

Zurich: La police ne cite plus l’origine des délinquants pour des raisons de « discrimination ». Ainsi en a décidé le politicien de gauche Richard Wolff.

Censurer la nationalité des délinquants: les Verts veulent généraliser la pratique dans toute la Suisse

 

 

5 commentaires

  1. Posté par Sergio le

    Une ministre allemande anarchiste à recycler ? Facile, les portes de l’ONU et celles de l’Union européenne sont grandes ouvertes et faites pour cela.

  2. Posté par Fdr le

    Extrait du communiqué de la police de Saxe sur las attaques contre la police à Nouvel-an :

    Soko LinX de la LKA Sachsen enquête sur les attaques contre des policiers le soir du Nouvel An dans le quartier Connewitz de Leipzig

    Stand: 02.01.2020, 17h04.

    appel à témoins

    Dans le cadre des célébrations de la fin de l’année, un grand nombre d’actes criminels se sont produits dans la zone du Connewitzer Kreuz. Le parquet de Leipzig et le SOKO LinX du bureau de la police criminelle de l’État mènent actuellement 14 procédures pénales.

    Au début de l’année, le département de police de Leipzig a mené une opération avec ses propres forces et ses forces subordonnées. L’un des points focaux spatiaux était la zone du Connewitzer Kreuz. Plusieurs événements ont eu lieu ici la veille du nouvel an.

    À minuit, il y avait plus d’un millier de personnes dans la zone mentionnée. Un groupe plus important, qui était situé devant une boutique de fruits à Connewitzer Kreuz dans la zone de confluence avec Bornaische Strasse, est allé contre des policiers de la police anti-émeute qui se trouvaient dans la zone de confluence avec Wolfgang-Heinze-Strasse / Selnecker Strasse avec des pierres, des bouteilles et ont jeté des feux d’artifice. De plus, un chariot en flammes ressemblant à un modèle de véhicule de police en carton peint a été poussé vers les policiers. En tentant d’arrêter l’un des auteurs, trois membres de la police anti-émeute entre l’île centrale de Connewitzer Kreuz et Bornaische Strasse ont été attaqués par environ 20 à 30 personnes, qui étaient au moins partiellement masquées. Les auteurs ont arraché les casques des têtes des policiers, les ont fait tomber et les ont massivement attaqués.

    Un fonctionnaire a été grièvement blessé et a dû être conduit à l’hôpital universitaire de Leipzig pour y être soigné, où il a été admis à l’hôpital. L’officier est toujours à l’hôpital. Cet état de fait a été évalué par le parquet de Leipzig, en tenant compte des informations disponibles à ce jour sur le crime présumé comme tentative de meurtre et lésions corporelles dangereuses. Les deux autres policiers ont également été blessés à un degré non négligeable et ont dû être soignés par un médecin à l’hôpital où il ont été admis. L’officier est toujours à l’hôpital. Cet état de fait a été évalué par le parquet de Leipzig, en tenant compte des informations disponibles à ce jour sur le crime présumé comme tentative de meurtre et lésions corporelles dangereuses.

    https://www.polizei.sachsen.de/de/MI_2020_69768.htm

  3. Posté par OneShot le

    Les Verts, les pastèques, les Cohn-Benditiens, n’ont strictement rien à f. de l’écologie, la Vraie. Ils constituent la pire imposture jamais vue en politique. Pour ma part, je refuse de parler à un Vert(e) : soit c’est un manipulé, et donc un crétin, soit il est conscient de son imposture, et c’est un salaud.

  4. Posté par LeVérificateur le

    Every.
    Single.
    Time.

  5. Posté par antoine le

    « Quiconque a déjà éprouvé dans sa vie du plaisir à voir des policiers brûler ne peut pas diriger le système judiciaire »
    La porte est là, dehors l’anarchiste !
    Et dire qu’il y en a qui diront que c’était une erreur de jeunesse …

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.