La Hongrie leader mondial pour la défense des chrétiens

post_thumb_default

 

 La Hongrie organise cette semaine à Budapest sa deuxième Conférence internationale sur les persécutions contre les chrétiens. Cette conférence qui se déroule du 26 au 28 novembre compte parmi ses intervenants, outre Viktor Orban, Premier ministre du pays hôte, des représentants des gouvernements de Pologne, de Slovaquie, du Brésil et des Etats-Unis, ainsi que le primat de Hongrie et plusieurs évêques et archevêques des Eglises orthodoxe, catholique et évangélique de Hongrie, de Russie, d’Afrique et du Moyen-Orient, et notamment du Nigeria, de Syrie et d’Irak.

C’est l’occasion pour l’Aide à l’Eglise en détresse de présenter son rapport « Persécutés et oubliés » 2019. Selon le programme publié par les organisateurs, Pierre Sabatié-Garat, président de l’Œuvre d’Orient, doit aussi participer aux discussions. La présence du cardinal Müller est également signalée.

Chose rare, peut-être même unique dans le monde, le gouvernement hongrois comprend un secrétariat d’Etat spécifique pour l’aide aux chrétiens persécutés. Son titulaire, Tristan Azbej, dénonçait en juillet dernier, à une conférence sur les libertés religieuses organisée par le Département d’Etat américain à Washington, le « mur du silence » érigé autour du sort des chrétiens alors que « le christianisme est la religion la plus persécutée dans le monde ». En Syrie, la Hongrie tient lieu de modèle en ce qui concerne l’aide aux chrétiens confrontés au génocide organisé par l’Etat islamique, et, à la demande du Vice-président Mike Pence, l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) travaille depuis cette année avec le gouvernement hongrois pour soutenir ces communautés persécutées du Moyen-Orient. En mai dernier, alors qu’il recevait le Premier ministre hongrois à la Maison-Blanche, le président Donald Trump le remerciait pour son action en faveur des chrétiens persécutés dans le monde et pour avoir su former un bloc de pays engagés pour les soutenir. La Hongrie coordonne depuis plusieurs années ses efforts avec la Pologne en Syrie et en octobre dernier, Viktor Orban discutait avec le président russe Vladimir Poutine d’une alliance internationale en faveur des chrétiens.

On notera malheureusement l’absence des pays d’Europe occidentale dans cette coalition formée par la Hongrie en faveur des chrétiens persécutés, mais faut-il s’en étonner alors que l’Observatoire de l’Intolérance et de la Discrimination contre les Chrétiens en Europe, basé à Vienne, en Autriche, vient de publier un rapport 2019 qui montre une forte montée en Europe des actes christianophobes ainsi que des discriminations à l’encontre des chrétiens sur fond d’atteintes à la liberté d’expression et de conscience ?

A ce propos, le Premier ministre hongrois, dans son discours d’ouverture de la conférence internationale sur les chrétiens persécutés, a estimé que « ceux que nous aidons peuvent nous être du plus grand secours pour sauver l’Europe », car « nous donnons aux chrétiens persécutés ce dont ils ont besoin – des maisons, des hôpitaux et des écoles, et nous recevons en retour ce dont l’Europe a le plus besoin : une foi chrétienne, l’amour et la persévérance. » En effet, a ajouté Viktor Orban, « le peuple hongrois et son gouvernement considèrent que les vertus chrétiennes apportent paix et bonheur à ceux qui les pratiquent » et que « le christianisme peut aider les peuples et les nations à survivre comme cela a été le cas pour nous ». •

Cet article La Hongrie leader mondial pour la défense des chrétiens est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par miranda le

    « On notera malheureusement l’absence des pays d’Europe occidentale dans cette coalition formée par la Hongrie en faveur des chrétiens persécutés », nous dit-on dans l’article.

    Voilà, c’est dit. Et si on se penche sur le pourquoi de cette absence, on peut en énumérer assez facilement les raisons.

    D’abord la désaffection des chrétiens d’occident envers leur église qui n’a pas su les guider dans leur recherche spirituelle.

    Ensuite, La république depuis « son avènement » jusqu’à aujourd’hui ne s’est pas privée dans toutes ses manipulations de dégrader perpétuellement l’image de l’église. Ou d’interdire dans les pays de l’Est la fréquentation et la pratique de la religion. Ca vaut la peine de se pencher sur cette époque, celle de la naissance de « la république universelle » pour comprendre ce qui allait advenir des églises de la chrétienté.

    L’église elle-même mérite les plus grandes critiques en ce sens qu’elle largement contribué à la dégradation de son image en ne considérant ses fidèles que comme des « âmes à sauver du péché », ce qui limite considérablement la relation à l’autre. Elle a très peu engagé ses fidèles à former « COMMUNAUTE ». Comme si assister à la messe et rentrer immédiatement après chez soi était une attitude « normale ». Si on regarde les relations du Christ avec ses apôtres on est vraiment loin, avec l’église catholique, de cette relation de partage, de spiritualité, de convivialité.

    Il y a aussi « un effroyable silence des médias bien pensants » vendus à nos milliardaires mondialistes en ce qui concerne le martyr des chrétiens dans les zones de conflits sur cette terre.

    Nous sommes désolés par l’impuissance dans laquelle nous nous trouvons face au martyr des chrétiens aujourd’hui dans les zones de conflits, partout en ce monde. Le drame est que ces chrétiens martyrs sont « assimilés » aux actes guerriers commis par l’OTAN. Alors que le monde occidental « normal » n’approuve absolument pas ces horribles guerres. Sauf nos mondialistes, évidemment.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.