Vladimir Boukovsky, un grand combattant de la liberté est mort

post_thumb_default

 

La mort de Vladimir Boukovsky, le 27 octobre dernier, a à peine été signalée dans les médias français. S’il avait été un gauchiste, les journaux français auraient sans doute publié des articles expliquant à quel point le disparu avait vécu une vie héroïque, les chaines de télévision françaises en auraient parlé abondamment. Mais Vladimir Boukovsky […]

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par kandel le

    Vladimir Boukovsky, né le 30 décembre 1942, est un ancien dissident soviétique qui a passé 12 ans de sa vie emprisonné (camp Perm-36, prison, hôpital psychiatrique). Il est le premier à dénoncer l’utilisation de l’emprisonnement psychiatrique contre les prisonniers politiques en Union soviétique. En 1976, il est échangé contre le dirigeant communiste chilien Luis Corvalán.
    Il s’est installé au Royaume-Uni pour terminer sa carrière (sociologue) à l’université de Cambridge.
    Il est décédé le 27.10.2019
    *******
    Alexandre Zinoviev: La société communiste est un véritable paradis pour les parasites.

    Alain Besançon (La normalité du communisme selon Zinoviev) : Le communisme fournit aux individus des plaisirs inférieurs, mais qui n’en sont pas moins des plaisirs. Si, préalablement avilis, les hommes finissent par se plaire dans la paresse et l’irresponsabilité crasses, s’ils finissent par aimer une vie végétative de clochard, d’asilaire ou de relégué, le socialisme leur donne d’infinies possibilités de les réaliser. La loi du moindre effort qui aboutit au socialisme règle aussi le socialisme. Une fois qu’on y est, on n’a plus envie d’en sortir et l’on tâche seulement d’aménager sa bauge confortablement.

    « 95% des intellectuels français étaient marxistes ou marxisants d’une façon ou de l’autre.»
    Ces intellectuels ont attendu que le système s’écroule pour se poser des questions. (…) J’ai vu des intellectuels français, avec lesquels je me rendais en Pologne au début des années 90, se jeter sur les Polonais en leur demandant comment ils allaient concrétiser enfin le marxisme démocratique – les Polonais les regardaient avec un tel mépris que j’en étais honteuse pour la France.
    *******
    Quelques citations de Boukovsky :

    Boukovsky: […] En URSS nous avions le goulag. Je pense qu’on l’a aussi dans l’UE. Un goulag intellectuel nommé « le politiquement correct ». Quand quelqu’un veut dire ce qu’il pense sur des sujets de race ou de genre, ou si ses opinions sont différentes de celles approuvées, il sera ostracisé.
    C’est le début du goulag, le début de la perte de votre liberté. […]

    Boukovsky: Le socialisme est devenu partie intégrante de la mentalité occidentale.

    Boukovsky: Sous couvert de construction européenne, le socialisme est en marche sur le Vieux Continent ».
    « Les bolcheviks ont dû exterminer quarante millions de personnes avant de parvenir à établir leur monopole de la pensée. En Europe il a été accepté sans que personne n’ait tiré un seul coup de feu. C’est étonnant. Le fait de ne plus voir le débat politique qu’au travers du prisme de ce qui est « correct » – et de ce qui ne l’est pas – représente pour moi la plus grande menace contre la liberté depuis l’effondrement du communisme ».
    S’il est difficile de prévoir précisément quand, l’Union européenne s’effondrera à son tour :
    « Il est probable qu’elle va continuer de s’étendre de manière incontrôlable. Elle sera incapable de s’arrêter jusqu’à ce qu’elle tombe d’épuisement, comme son prédécesseur ».
    Avec le risque qu’elle nous enterre « sous ses décombres, dans une situation économique catastrophique ».
    Ne peut-on pas la réformer ?
    « En fait, les structures et les concepts socialistes sont irréformables. Ils ne peuvent que s’effondrer sous le poids de leurs propres contradictions, comme l’Union soviétique elle-même. Mais cela ne se fait qu’au terme d’une longue évolution, lorsqu’il ne reste plus une goutte de combustible pour entretenir encore la fiction que la machine avance et que son idéologie constitue l’horizon insurpassable de l’humanité. »

    Boukovsky: Il est étonnant qu’après avoir enterré un monstre, l’URSS, on en construise un tout autre semblable, l’Union Européenne.

    Boukovsky: L’expérience soviétique a permis une conclusion tout à fait inattendue : nous avons pu constater que les biens, la propriété ne sont nullement une valeur matérielle, mais au contraire spirituelle. Pour l’immense majorité, c’est plus exactement un moyen d’expression, de réalisation de soi.

    Boukovsky: L’égalité est un état artificiel qui demande à être constamment entretenu d’une manière artificielle. Les hommes ne sont pas égaux par définition.

    Boukovsky: Si la loi exige que chaque paquet de cigarettes porte la mention « Le tabac est nocif pour votre santé », pourquoi ne pas proposer un projet de loi qui rende obligatoire de mentionner sur la couverture de chaque livre marxiste : « L’application de cette théorie a entraîné la mort de plusieurs dizaines de millions d’hommes au cours des derniers soixante ans » ? Un tel projet de loi ne serait pas compris, car le marxisme est devenu partie intégrante de la mentalité occidentale.

    Boukovsky: (…) en U.R.S.S., l’homme a systématiquement tort, l’État toujours raison. Ici (en Occident), l’homme est persuadé qu’il a le droit d’être toujours heureux.

    Boukovsky: L’une des conséquences les plus néfastes du socialisme est que l’homme y est amené à se démettre de ses responsabilités, à s’en remettre en tout l’État, ce qui équivaut à renoncer en même temps à sa liberté.

    Boukovsky: Le gonflement de l’appareil bureaucratique est l’un des traits immuables du socialisme.

    Boukovsky: Il n’existe pas un seul État socialiste dont les habitants ne cherchent pas à fuir.

    Boukovsky: … c’est là le plus important dans l’expérience socialiste – il s’agit d’un processus irréversible. Il est impossible de réinculquer aux gens des habitudes de travail. Il faut pour cela un changement de génération. Il est impossible de supprimer des avantages que les gens considèrent comme acquis.

    « IL N’EST PAS, POUR UN HOMME SAIN D’ESPRIT, écrit Boukovsky dans sa Lettre ouverte à quelques psychiatres d’Amérique, d’Angleterre, de Hollande, du Canada et d’Israël, datée du 28 janvier 1971, DE DESTIN PLUS EFFRAYANT QU’UN SÉJOUR ILLIMITÉ DANS UN ASILE PSYCHIATRIQUE» (p.24)
    Une nouvelle maladie mentale en URSS: L’opposition est publié en France dans la collection combats aux éditions du Seuil en 1971.

    Boukovsky: Je crois que toute idéologie de masse est mauvaise car elle fournit à l’homme des alibis faciles, lui permettant de suivre ses instincts les plus bas au nom d’objectifs « nobles ».

    Boukovsky: (…) les chrétiens se proposaient de partager volontairement leurs propres biens, alors que les socialistes veulent partager de force les biens d’autrui.

    Boukovsky: Les variations du baromètre politique n’existent qu’en Occident. Chez les Soviétiques, c’est le gel éternel.

    Boukovsky: L’une des leçons que l’on peut tirer du siècle dernier est que toutes les utopies finissent par établir leur propre goulag.

    Boukovsky: Le capitalisme n’existe pas, je ne l’ai pas rencontré.

  2. Posté par maury le

    Vladimir Boukovski – L’Union européenne : la nouvelle URSS
    https://www.agoravox.tv › tribune-libre › article › vladimir-boukovski-l-u…
    En 2005 déjà, l’ex-dissident russe Vladimir Boukovsky …
    https://www.kontrekulture.com › video › en-2005-deja-l-ex-dissident-russe-…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.