Suisse : l’aide à la presse pourrait être augmentée

Une commission du Conseil des Etats se propose d'aider davantage la presse écrite, qui traverse une crise.

La presse écrite devrait davantage être soutenue. La commission des télécommunications du Conseil des Etats veut renforcer l'aide indirecte et songe à une aide directe. Son homologue du National doit encore se prononcer avant qu'un projet concret ne soit adopté.

[...] Afin d'assurer leur pérennité, les médias écrits, qui sont au cœur de la formation de l'opinion, doivent à la fois réussir le virage du numérique et continuer à produire des offres sur papier, ont indiqué mardi les services du Parlement.

[...] La presse écrite est désavantagée, quand bien même elle fournit aussi une prestation de service public. Un nouvel article portant sur tous les types de médias éviterait aussi les problèmes d'interprétation politique et juridique actuel, comme c'est le cas avec le projet de nouvelle loi sur les médias électroniques.

Article complet : https://www.lematin.ch/suisse/aide-presse-pourrait-augmentee/story/22122612

************

Cenator : Vous ne lisez plus la presse écrite, car elle n’est rien d’autre que de la propagande gauchiste ?
Que vous le vouliez ou non, vous la financez déjà et... vous allez payer encore plus.

Nous avons déjà l’obligation de financer la propagande de gauche via la RTS, et maintenant nous voilà censés sauver la presse écrite! D’ailleurs, la population, bien malgré elle, finance déjà largement la presse par le seul fait que tous les services de l’État sont abonnés à x exemplaires à la presse locale, sans parler des autres subventions.

Eh bien, tout cela ne suffit pas, nous allons devoir payer encore plus.
Et pour couronner le tout, la presse actuelle incrimine la concurrence qui leur serait faite par les sites électroniques, tel que le nôtre, qui fonctionne par le dévouement de bénévoles et de donateurs privés.

Quant à la mission de formation de l’opinion dont les médias s’enorgueillissent, elle consiste à promouvoir l’idéologie « progressiste », farouchement opposée à l’UDC, et, lors des élections, à canaliser les électeurs dans le sens voulu et décidé par l’establishment. Cet establishment, soutenu par nos médias, arrive à soulever des foules d’une ampleur jamais vue jusqu’alors et à les faire défiler comme des zombies pour, finalement… réclamer plus de taxes.

Notre presse actuelle est un élément destructeur de notre démocratie par la promotion de la pensée unique. Il y a autant de pluralité d’opinion dans la presse romande qu’il y en avait durant la période communiste en Europe de l’Est, c'est-à-dire ZÉRO !

La classe moyenne est de plus en plus acculée par des parasites de tout bord, ponctionnaires, politicards de métier, et la masse des assistés. Chaque jour amène une nouvelle taxe : lundi, Jacqueline de Quattro annonce un triplement des taxes de l’électricité, mardi, c’était l’aide à la presse, ensuite ce sera l’aide aux « migrants », à l’UE, aux association parasites de la gauche, puis une nouvelle augmentation de l’assurance maladie, des impôts, etc.

Pendant ce temps, les retraités n’ont vu qu’une augmentation de 20.- CHF de leur rente, ils ne peuvent souvent plus finir leurs vieux jours en Suisse, encore moins dans leur maison, tant ils sont paupérisés. Et cela ne va pas s’améliorer, car l’AVS sera toujours davantage obligée de verser des rentes à des personnes qui n’ont jamais, ou très peu, payé de cotisations.

Mais les arbres ne poussent pas jusqu’au ciel et un jour, notre parasitocratie ne pourra plus rien dilapider car les caisses seront vides !

Le malheur sera alors, une fois de plus, réservé au petit peuple.
Les politicards, eux, gagnent 250'000 à 300'000 CHF par an – et chez les socialistes ce sont souvent des couples, qui cumulent alors deux revenus de ce genre. Ils auront toujours un coussin de sécurité confortable en cas de chute. Pour que les politicards, une fois élus, soient concernés par autre chose que leur carrière, il faudrait ramener leur revenu au salaire de la petite classe moyenne. Récemment, une initiative de l’UDC pour la réduction des revenus des parlementaires a été rejetée… par les parlementaires.
La totalité de nos médias officiels partiraient en guerre contre une telle initiative si elle était proposée au peuple. Depuis des années, la population est si manipulée, si lobotomisée, qu’elle vote régulièrement contre ses intérêts.

Où que nous regardions, quelle que soit la réforme que nous voudrions entreprendre pour défendre la démocratie suisse et la classe moyenne, nous nous heurtons à la désinformation massive et à la toute-puissance de nos médias établis.
Ils sont notre ennemi numéro 1… et l’allié continuel de la gauche !

Voir aussi :

https://lesobservateurs.ch/2018/09/04/pourquoi-faut-il-reduire-de-moitie-les-indemnites-des-parlementaires-federaux/

https://www.24heures.ch/suisse/politique/le-national-ne-reduira-pas-le-salaire-de-ses-elus/story/26550209

https://www.letemps.ch/suisse/parlement-milice-remuneration-redoutable-equation

https://www.tdg.ch/suisse/parlementaires-federaux-gagnent-vie/story/23047510

https://lesobservateurs.ch/2019/06/07/berne-lestablishment-betonne-ses-privileges-la-population-casque/

3 commentaires

  1. Posté par bigjames le

    Parfait. Rien à rajouter.

  2. Posté par Bussy le

    Etonnant que ces grands progressistes veuillent maintenir la presse écrite sous perfusion, les jeunes ne la lisent plus et d’autres de plus en plus nombreux lisent la presse étrangère.
    Et que veulent-ils dire avec la phrase « … les médias écrits, qui sont au cœur de la formation de l’opinion » ? Est-ce un aveu ?
    Et les donateurs privés, l’establishment est riche, aux abonnés absents ?
    Et Soros, à quoi il sert celui-là ?

  3. Posté par Marcassin le

    Aider nos ennemis, c’est ce qu’il faut enfoncer par tous les moyens dans le tête de gens.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.