Un grand avocat dénonce le traitement judiciaire de l’affaire Méric : « quand la justice se pique de combattre « la bête immonde » »

Des peines anormalement lourdes

Après une semaine de débats, la Cour d’assises de Paris a donc rendu son verdict dans le dossier concernant la mort de Clément Méric. De façon surprenante ont été prononcées des peines très lourdes, sans commune mesure avec celles que l’on rencontre habituellement dans les affaires de violences similaires. Il n’y a pas lieu de s’en réjouir, au contraire. Force est de constater qu’après une conduite d’audience empreinte de partialité, les 11 ans de prison infligés à Esteban Morillo et les 7 à Samuel Dufour, l’ont plus été au regard de leur passé de skinhead qu’à celui des faits qui leur étaient reprochés. Ce qui en fait malheureusement une décision incontestablement politique.

(…)

Abrutis déclassés contre antifascistes de pacotille

(…)

La mort de Clément Méric ne raconte que la bêtise

C’est pour toutes ces raisons que la mort de Clément Méric est à ce point désolante, stupide et si inutile. Elle ne raconte rien d’autre que la bêtise. Mais c’est un fait divers tragique, et la justice aurait dû la traiter comme tel. La violence meurtrière d’Esteban Morillo méritait le passage en Cour d’assises, mais aussi le même traitement que celui relevé dans des affaires similaires. Le quantum de la peine excède très largement celui que l’on rencontre lorsque l’on étudie la jurisprudence. On n’en présentera pas ici une étude exhaustive en se contentant simplement de rappeler que « Jawad le logeur » fut condamné à huit ans de détention pour avoir tué son meilleur ami à coups de hachoir à viande. Il y a des dizaines d’autres exemples. Et c’est dans cet écart de plusieurs années au détriment d’Esteban Morillo que se loge la dimension politique de la décision rendue par la Cour d’assises de Paris.

Le principe de « la personnalisation des délits et des peines » aurait dû permettre la prise en compte du fait que l’accusé avait rompu avec ce passé et essayé de reconstruire une vie. Ce n’est pas un militant nazi ou même pétainiste que la cour devait juger mais un fils d’immigrés, aux études réduites à celles d’apprenti boulanger et dont tous les espoirs de vie étaient bornés par la pauvreté. Qui avait trouvé par faiblesse dans des dérives ineptes et temporaires, un exutoire à un horizon médiocre dont il avait probablement conscience. Et qui depuis le drame avait tenté malgré les difficultés d’en sortir. Au lieu de cela, par la conduite des débats, les réquisitions du parquet, et l’importance des peines infligées la justice donne l’impression d’avoir voulu apporter sa pierre à la lutte contre la bête immonde. Ce n’était pas sa mission. Rabâchons encore et encore, que fort heureusement, il n’y a pas de danger fasciste en France et qu’une justice pour l’exemple n’est jamais exemplaire. Qu’on le veuille ou non, il émane de l’arrêt de la Cour d’assises de Paris un déplaisant fumet politique qui n’y avait pas sa place. Et il sera difficile de contredire ceux qui y décèleront une pénible dimension de classe.

Après le verdict les proches de Clément Méric, ont parlé de : « responsabilité morale collective ».Eh bien non, en matière de justice pénale, il n’y a pas de responsabilité collective, jamais. Qu’une partie civile l’invoque soit, mais qu’une Cour d’assises l’utilise est simplement déplorable.

Source

5 commentaires

  1. Posté par Michel le

     » Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes  » Sir Winston Churchill.
    Pauvre Clément le mal nommé, petit bourgeois gauchiste qui ne connaissait pas l’indulgence et portait en lui la haine de ceux qui osent penser autrement.
    Sa haine l’a tué. Esteban et Samuel n’ ont été que les instruments de son destin et n’ont eu que le tort de se trouver là … Et de se défendre.
    Mauvais endroit ? Mauvais moment ? Mais décidé par Clément le chasseur de fascistes.
    Déni de Justice ? Justice politique ? Ces jeunes condamnés par les bien-pensants sont démunis Alors il faut ouvrir une cagnotte pour leur permettre de se défendre en appel.
    Ils semblent avoir été bien mal conseillés jusqu’à présent : Contrition, remords sincères ont été transformés en aveux , en reconnaissance de culpabilité !
    APPEL : Quel « grand avocat » se mettra en devoir de défendre ces jeunes en appel ?

  2. Posté par aldo le

    Christian P le 16 septembre 2018 à 16h35@ Le fascisme pas plus que l’antifa d’apparence, n’est pas une affaire de cœur. Il n’y a que les bobos pour tout mélanger. Le fascisme se mesure rationnellement dans une comptabilité de ses fourberies cachées sous l’apparence de la bonne conscience, alors qu’il en est aux antipodes et que ses actes visent à interdire toute liberté de parole et de réunion qui pourraient en dénoncer les ravages. Le droit n’a donc rien à faire avec les concepts de responsabilité morale collective. Dans l’arbitraire il n’y a ni responsabilité, ni morale, mais illusion collective oui. Et ce n’est pas l’illusions collective qui fait preuve de morale, ni de responsabilité. Parce que sur des millions de personnes, cent, mille, cent mille tout ce « collectif » est tout simplement dérisoire. Pas plus qu’un pourcentage de malades mentaux qui relève de la psychiatrie et qui en faisaient partie il n’y a pas si longtemps, avant que le merdier mondialiste coure vers une régression pire que de nature animale.

  3. Posté par Sergio le

    Une justice gauchiste, des médias orientés et un gouvernement composé de forbans et une politique de m…Triste état des lieux.

  4. Posté par Christian P le

    Dénoncer le fascisme des autres et ne se pas voir celui que l’on a dans son propre coeur …

  5. Posté par Diablotin le

    Deux poids, deux mesures… Il n’y a plus de justice en Europe! Je ne suis personnellement pas en faveur de la violence, si ce n’est pour se défendre en dernier recours, il n’en demeure pas moins que dans les faits, se sont presque à chaque fois des provocateurs de gauche qui font les malins et lorsqu’ils tombent sur quelqu’un qui sait se défendre, ils se font remettre en place. Tout cela est lamentable, lorsque je regarde l’humanité j’ai honte d’en faire partie! Si les extra-terrestres existent et qu’ils nous observent comme le prétend Juncker, pas étonnant qu’ils ne se montrent pas, l’être-humain est d’une violence et d’une connerie sans borne, trop dangereux et sans intérêt pour des êtres supérieurs 😉

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.