Suède : une musulmane refuse de serrer la main à un recruteur. « J’espère donner de l’espoir aux autres musulmans »

Une entreprise a été condamnée pour discrimination après avoir annulé l’entretien d’embauche d’une femme musulmane.

Farah Allajeh a eu gain de cause. Comme le révèle la BBC, cette jeune musulmane avait refusé de serrer la main du responsable de l'entreprise où elle postulait à Uppsala, dans l'est de la Suède. En raison de ses convictions religieuses, la musulmane âgée de 24 ans avait posé la main sur le cœur. La réaction de l’employeur a été radicale puisqu’il a tout simplement annulé l’entretien pour un poste d’interprète. Selon les précisions de la BBC, un tribunal suédois a condamné l'entreprise pour discrimination. Elle devra verser 3 822 euros à Farah Allajeh.

« J’espère donner de l’espoir aux autres musulmans »

« L'argent n'a jamais été important. Cela n'a aucune importance. Mais j'avais raison, c'est ça l'important pour moi. Dans mon pays, on ne peut pas traiter différemment les hommes et les femmes. Je respecte cela. C'est pourquoi je n'ai de contact physique ni avec les hommes ni avec les femmes. J'espère ainsi donner de l'espoir aux autres musulmans qui connaissent la même situation et estiment qu'il est inutile de continuer », a-t-elle confié à la télévision publique suédoise SVT. Comme le rappelle Le Point ce jeudi 16 août, le Conseil d'État a validé en avril dernier le rejet de la naturalisation d'une Algérienne qui avait refusé de serrer la main à un représentant de la préfecture.

Valeurs Actuelles

11 commentaires

  1. Posté par Pierre DOYEN le

    REFUS DE SERRER DE MAIN TOUCHER DE LUCRE

    Une mahométane refuse de serrer la main à son employeur pressenti, lequel sans ambages mit prestement fin à l’entretien préalable à l’embauche.

    Que croyez-vous qu’il advînt ? Ce fut l’injurieuse qui, incontinent saisissant le juge suédois, obtint de celui-ci la condamnation du sujet mâle qu’elle avait ainsi molesté, à lui payer la somme de 3822€ de dommages et intérêts, pour discrimination(sic) !

    Nous n’allons pas remonter à la fondation de Rome pour expliquer les faits.
    Il s’agit en l’espèce d’une femme, sectatrice du Chamelier Koreichite, alléguant de son obédience religieuse pour refuser de serrer la main à un homme, parce que femme il n’est point.

    Lorsque vous avez un rendez-vous, il est profondément discourtois de refuser de serrer la main qui, avec urbanité, vous est tendue.

    En pareille occurrence par votre abstention vous injuriez la personne qui vous avait donné rendez-vous. Quand bien même l’injure dont s’agit fût-elle de caractère non verbal.

    La mahométane au nom de sa religion revendique le droit d’injurier les hommes auxquels elle fait grief de n’être pas de son sexe, en leur opposant une fin de non-recevoir au salut à elle adressé. Et si l’injurié mâle réagit comme le prescrit le sens de sa dignité par un refus de contracter, la dame crie à la discrimination religieuse, mandant au juge réparation de son préjudice. Que la volonté prétoriale tout ouïe fixe magnanimement à 3822€. Fermez le ban !

    Ce jugement est une parfaite illustration individuelle du statut de dhimmi qui si, nous n’y prenons garde, sera à plus ou moins longue échéance une généralité en une Europe subjuguée par le mahométisme.

    Les dhimmis sont les juifs et les chrétiens qui sommés de se convertir à la religion la meilleure, s’y sont refusé. Ce qui de ce chef leur confère ipso facto le statut de condamné à mort, assorti du sursis avec mise à l’épreuve. Et l’obligation principale à satisfaire est le paiement de la jizya, son inexécution emportant la mise à mort du défaillant. Le dhimmi en sus d’être extorqué des gains de son industrie, doit l’être dans l’humiliation. Il doit payer en s’humiliant dit le verset coranique.

    C’est une tragédie que sans subjugation–du moins pas encore– de la société par l’islam le citoyen se voit déjà frapper du statut de dhimmi. Par par qui, hélas ! par la personne de son État.

  2. Posté par Jesus peinado le

    Donner de l espoir aux autres musulmans qui vivent la même situation!???? Quel espoir?? Quand on est esclave d une religion, le seul espoir vrai, c est d en être libéré. Sinon, c est du fanatisme qui génère du racisme. L isllam ne passera pas.

  3. Posté par leone le

    Elle essaie, obtient gain de cause devant un tribunal et une somme de 3’800 €. Pourquoi s’en priver puisque les justices occidentales sont complètement débiles et suicidaires???

  4. Posté par Moya le

    Je pense que si les cas comme elle continuent dans cette voie l intégration sera impossible et elles n y aident pas du tout avec ce comportement du moyen âge

  5. Posté par clean-up le

    au moins elle est franche…… c est ce qu ils pensent tous , je veut dire tous les musulmans il n y a pas de musulmans modérés ou pas….. mais un type de musulman tout simplement.

  6. Posté par Hautem le

    Qu’elle aille se faire empapaouter chez les colonels Grecs

  7. Posté par Yolande C.H. le

    Nos pays n’ont pas envie de ressembler à ce pays qu’elle a fui; qu’elle y retourne puisque là-bas « on ne peut pas traiter différemment les hommes et les femmes. Je respecte cela » et son espoir sera ipso facto satisfait.

  8. Posté par Michel le

    Et pourtant ! C’est bien cette femme qui a discriminé, humilié une personne en refusant sa main tendue. Elle a clairement montré le dégoût, et affirmé la répugnance qu’elle se croit autorisée à exprimer – elle l’a dit !- , par totalitarisme islamique, envers une autre personne -qui n’est pas de son appartenance religieuse ; dans ce cas un employeur potentiel, en refusant de lui serrer la main.
    Certains juges ont l’esprit de plus en plus tordu. J’espère que le condamné fera appel….
    Je le pense tout net, nous occidentaux , nous qui avons  »le coeur sur la main »- la preuve : ils viennent tous chez nous-, nous avons été jusqu’à présent vraiment trop patients avec ces individus. Il faut que cela cesse : Arrêtons d’être bons avec ces ingrats qui pensent que bon signifie con, et profitent de nous.
    Il faut renvoyer tous les asociaux discriminateurs d’où ils viennent, et surtout ne plus en accepter dans nos pays.
    Gardons notre générosité, notre solidarité pour les nôtres… En France, pour exemple, nous avons toujours 140.000 SDF dans nos rue, il serait temps de s’en occuper en priorité.

  9. Posté par SD-Vintage le

    Les juges suédois soutiennent l’Islam radical.
    Un jour la Suède va légaliser l’antisémitisme islamique.
    « C’est pourquoi je n’ai de contact physique ni avec les hommes ni avec les femmes. » : et menteuse avec cela.

  10. Posté par Socrate@LasVegas le

    « Dans mon pays, on ne peut pas traiter différemment les hommes et les femmes. Je respecte cela. »
    Respectez plutôt le pays qui vous a accueilli alors que le votre vous a poussé à le quitter!

    L’idéologie que vous nommez « religion » et que vous placez au dessus des lois du pays qui vous nourri n’y aura bientôt plus cours…Les élections suédoises vont prochainement pousser les gens comme vous sur les routes, à la recherche d’autres kouffars à plumer…
    En Suisse vous ne serez jamais bienvenue.

    Et ne suis pas islamophobe car je n’ai pas peur de vous…mais n’ai que MEPRIS pour l’islam que vous tentez d’importer avec votre taqiya!

    Lisez l’excellent livre de Chahdort Djavann: « comment lutter efficacement contre l’idéologie islamique » CHF 12.30

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.