Propos d’Ignazio Cassis sur l’UNRWA : la RTS poursuit sa campagne de condamnation

Cenator : Dans une interview parue le 17 mai, le ministre suisse des Affaires étrangères Ignazio Cassis estime que l’Agence onusienne pour les réfugiés  palestiniens (UNRWA) constitue un obstacle à la paix au Proche-Orient. Tant que les Palestiniens vivront dans des camps de réfugiés, ils caresseront le rêve de rentrer un jour dans leur patrie. Or il est irréaliste d'imaginer un retour pour tous, et l’UNRWA entretient cet espoir :

17 mai : Cassis critique l’ONU pour son aide aux réfugiés palestiniens

*****

A notre avis, Ignazio Cassis exprime des évidences que personne n'a le courage de relever.

Néanmoins, ses propos ont fait un tollé à Berne… et surtout à la Radio-télévision suisse (RTS) :

17-18 mai : Les critiques d’Ignazio Cassis sur l’aide aux réfugiés palestiniens font un tollé

Le 20 mai, le journal télévisé a même invité le président de la Confédération, le socialiste Alain Berset, en s’efforçant de lui faire désavouer son collègue :
Faut-il recadrer Ignazio Cassis… ou Jennifer Covo ?

*****

Le fonctionnement pervers de l’UNRWA a bien été analysé par Dreuz.info (voir extraits à la fin de cet article). Mais la RTS ne lâche pas son dernier os à ronger : Ignazio Cassis a gravement dérapé, il n’est pas à la hauteur de sa fonction ! Voici encore trois récents épisodes de ce matraquage :

*****

3 juin : Forum

Ignazio Cassis compromet la candidature de la Suisse au Conseil de sécurité

« Est-ce qu'Ignazio Cassis est allé trop loin en déclarant que l'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) "est devenue une partie du problème"? Interview de Micheline Calmy-Rey, ex-conseillère fédérale au Département des Affaires étrangères. »

Pour Micheline Calmy-Rey, les propos d’Ignazio Cassis, « remettant en cause une politique suivie de façon constante par la communauté internationale », relèvent d’« un comportement à la Donald Trump : je tweete quelque chose parce que ça me passe par la tête », or ces « états d’âme » risquent de « mettre en cause notre crédibilité de pays qui participe à la promotion de la paix ».

Audio

*****

Cenator : MCR se ridiculise avec sa comparaison moqueuse entre Ignazio Cassis et Donald Trump. Les propos d’eux deux et les tweets de Trump sont très réfléchis et pesés. Par contre, c’est vrai, ils sortent du ronron habituel et de la « politique suivie de façon constante par la communauté internationale », qui tournent en rond depuis 70 ans et n’ont pas fait avancer d’un pas vers une solution.

*****

3 juin : Téléjournal

Une phrase d'Ignazio Cassis sur le conflit israélo-palestinien provoque un malaise

Antoine Silacci : La phrase a été prononcée au retour d’un voyage en Jordanie, alors qu’Ignazio Cassis était juste dans la région pour se pencher sur la crise israélo-palestinienne. Il lâche cette déclaration visant l’UNRWA : « Longtemps, cette organisation a été une solution, maintenant elle fait partie du problème. » Un propos en porte-à-faux avec la position officielle de la Suisse, provoquant un certain malaise à Berne et aussi un petit recadrage de la part du président de la Confédération. Mais Ignazio Cassis ne regrette pas ses mots : pour lui, la question devait être posée : « Il n’y a que les questions qui dérangent qui nous permettent de faire des pas en avant. » Des pas qui font du bruit à Berne, mais aussi sur la scène internationale.

Jennifer Covo : Est-ce qu’Ignazio Cassis n’a pas dérapé ?

Pierre Krähenbühl : Ces propos ont surpris, aussi parce qu’ils semblaient réduire 5 millions de réfugiés dans la région à des faire-valoir, et les confronter de nouveau à un déni de droit et de dignité.

JC : Sur le fond, est-ce qu’Ignazio Cassis n’a pas raison : le retour de 5 millions de réfugiés est difficile, voire impossible ?

PK : Le droit au retour est inscrit dans les résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies. L’UNRWA est une organisation humanitaire, qui n’a pas besoin de se prononcer sur la résolution politique du conflit.

JC : Mais la solution, c’est deux Etats ?

PK : Oui, c’est ce qu’il est important de voir. Ceux qui se préoccupent de la question du droit de retour devraient s’investir dans la mise sur pied d’une solution à deux Etats, qui donnerait le choix aux réfugiés palestiniens de s’installer dans un Etat palestinien indépendant. Il faut que ce choix existe, c’est comme cela qu’on amènera plus de stabilité au Proche-Orient.

Vidéo

*****

Cenator : Dire que la solution est à deux Etats, c’est aussi violer le devoir de neutralité de notre pays. Une ONG n’a pas à critiquer la politique d’un Etat ! Si les musulmans revendiquaient en Suisse de disposer d’un Etat, après tout (après tout, vu l’évolution démographique, ce n’est pas impossible à moyen terme), leur céderions-nous facilement quelques cantons ? Est-ce que le problème ne vient pas du fait que les Palestiniens refusent de reconnaître Israël et que lorsqu’ils avaient la possibilité d’avoir un Etat, ils ont refusé ?

*****

4 juin : Forum

Négociations Suisse-UE: Ignazio Cassis est-il l'homme de la situation?

« Le mois de juin sera marqué par les négociations entre la Suisse et Bruxelles, portées par le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis. Débat entre Géraldine Savary, (PS/VD), Roger Köppel (UDC/ZH) et Laurent Wehrli (PLR/VD). »

Pietro Bugnon : Ses récentes déclarations sur le sujet [de l’UNRWA] ont mis le feu aux poudres, puisqu’en léger décalage avec la ligne du Conseil fédéral jusqu’ici.

Chrystel Domenjoz : Est-ce qu’Ignazio Cassis a les épaules assez solides pour convaincre le peuple d’aller dans votre sens, c’est-à-dire de ne pas fermer la porte à l’Union ?

Géraldine Savary : Les déclarations d’Ignazio Cassis au Proche-Orient me rendent très inquiète sur la manière rationnelle qu’il a de gérer un dossier de politique étrangère. Elles ont mis le feu aux poudres, vous l’avez dit, dans une région du monde qui est déjà une poudrière. Il rompt la collégialité [du Conseil fédéral] sur ce sujet. J’espère que dans les négociations avec l’UE, il parlera de façon collégiale et non pas en son nom propre comme il l’a fait.

Audio

*****

Rappels

26 février 2014, Tribune de Genève :
La Suisse versera 33 millions aux réfugiés palestiniens

Aide humanitaire – L'enveloppe est destinée à une ONG qui vient en aide à cinq millions de personnes, et qui joue un rôle très fort au Proche-Orient.

La Suisse va verser 33,7 millions de francs aux réfugiés palestiniens. Le Conseil fédéral a approuvé mercredi cette enveloppe destinée à l'UNRWA pour les années 2014 et 2015. Il justifie sa décision par le rôle stabilisateur de premier plan joué par l'agence onusienne dans tout le Proche-Orient.

[…]

8 mai 2016, Dreuz.info : L’immorale UNRWA est à sec

Ne demandez jamais pourquoi l’ONU a créé en 1950 une agence spéciale pour l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) alors que les autres réfugiés du monde n’ont pas ce traitement de faveur : c’est la réponse la plus immédiate qui a été trouvée pour empoisonner le jeune Etat juif.

Et ne demandez surtout pas pourquoi le statut de réfugié palestinien se transmet de père en fils, contrairement au statut de tous les autres réfugiés du monde : c’est pour faire grossir leur nombre, donc le problème des réfugiés au point qu’il devienne insoluble pour Israël.

Et pour être absolument certain que le problème des réfugiés, cette épine plantée dans le pied des Israéliens par l’ONU ne disparaîtra jamais, la Ligue arabe a formellement interdit aux pays arabes qui ont construit des camps aux réfugiés, de les intégrer au pays, de leur donner la nationalité, de les laisser choisir un métier, ou de les laisser aller et venir librement.

Dans ce contexte, l’UNWRA gère un nombre exponentiel de « réfugiés », et bien entendu, a sans cesse besoin de plus d’argent. En ce moment, elle a un trou de 80 millions de dollars dans son budget 2016.

Pierre Krähenbühl, le directeur de l’UNRWA connaît parfaitement l’immorale vérité. Mais il en vit le pauvre, ne lui demandez pas la vérité !

Alors il fait la manche auprès des pays du Golfe pour renflouer les caisses.

Qu’il ne se fasse aucun souci : l’UNRWA est bien trop précieuse, puisqu’elle n’est dirigée QUE contre Israël, l’argent viendra, comme toujours.

En 2015, l’agence, qui a, je le disais, constamment besoin de plus d’argent puisque c’est une machine à fabriquer des réfugiés au lieu de les intégrer, a eu des difficultés [… …]. L’appel aux dons du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon avait été entendu, les pays donateurs avaient donc pris une partie de ce qu’ils doivent à leurs citoyens et versé aux Palestiniens.

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

 

Cenator, 5 juin 2018

 

5 commentaires

  1. Posté par aldo le

    Avec ces informations on voit bien que LE PROBLEME MAJEUR EN SUISSE CE SONT LES MONOPOLES MEDIATIQUES CRACHOIRS EXCLUSIFS DE LA GAUCHE. Après l’Hebdo, le Matin etc. TANT QU’ON AURA PAS RESOLU CE PROBLEME, IL N’Y AURA PAS DE DEMOCRATIE POSSIBLE EN SUISSE !

    Tamedia-Pravda et ses prédécesseurs tout comme la SSR n’ont jamais rien fait d’autre que de soutenir les radicaux-socialistes. Donc la franc-maçonnerie. L’un de pillier de la F:.M:. et de la TSR était Georges Kleinmann ce qui explique tout ! C’est comme cela qu’on a eu droit à tout ces Français crypto-communistes en embuscade pour nous distiller leurs vérités. Ce n’est pas un hasard si Torracinta « le Corse » s’est approprié le monopole de la bienpensance avec toutes les conséquences qui pèsent lourdement aujourd’hui sur notre avenir et nos liberté. https://www.rts.ch/info/culture/1723058-georges-kleinmann-figure-de-la-tsr-est-decede.html
    http://www.hommages.ch/Defunt/51498/Kleinmann_Georges Dans cette dernière référence vous avez le condensé de toutes les manigances qui ont installé ce monopole médiatique d’inspiration bolchévique.

  2. Posté par pierre le

    chleitner, Paul M. (DEU), président du conseil de surveillance, Deutsche Bank AG; Trésorier, réunions Bilderberg
    Agius, Marcus (GBR), Président, PA Consulting Group
    Alesina, Alberto (ITA), Nathaniel Ropes Professeur d’économie, Université Harvard
    Altman, Roger C. (États-Unis), fondateur et président principal, Evercore
    Amorim, Paula (PRT), Président du Groupe Américo Amorim
    Anglade, Dominique (CAN), vice-premier ministre du Québec; Ministre de l’économie, des sciences et de l’innovation
    Applebaum, Anne (POL), chroniqueur, Washington Post; Professeur de pratique, London School of Economics
    Azoulay, Audrey (INT), Directeur général, UNESCO
    Baker, James H. (USA), Directeur, Bureau de l’évaluation nette, Bureau du Secrétaire de la Défense
    Barbizet, Patricia (FRA), Présidente, Temaris & Associés
    Barroso, José M. Durão (PRT), président de Goldman Sachs International; Ancien président de la Commission européenne
    Beerli, Christine (CHE), ancienne vice-présidente, Comité international de la Croix-Rouge
    Berx, Cathy (BEL), Gouverneur, Province d’Anvers
    Beurden, Ben van (NLD), PDG, Royal Dutch Shell plc
    Blanquer, Jean-Michel (FRA), ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie communautaire
    Botín, Ana P. (ESP), Président du Groupe, Banco Santander
    Bouverot, Anne (FRA), membre du conseil d’administration; Ancien PDG, Morpho
    Brandtzæg, Svein Richard (NOR), président et chef de la direction, Norsk Hydro ASA
    Brende, Børge (INT), président, Forum économique mondial
    Brennan, Eamonn (IRL), directeur général, Eurocontrol
    Brnabic, Ana (SRB), Premier ministre
    Burns, William J. (États-Unis), président, Carnegie Endowment for International Peace
    Burwell, Sylvia M. (États-Unis), Présidente, American University
    Caracciolo, Lucio (ITA), rédacteur en chef, Limes
    Carney, Mark J. (GBR), Gouverneur, Banque d’Angleterre
    Cattaneo, Elena (ITA), Directeur, Laboratoire de biologie des cellules souches, Université de Milan
    Cazeneuve, Bernard (FRA), associé, August Debouzy; Ancien Premier ministre
    Cebrián, Juan Luis (ESP), président exécutif, El País
    Champagne, François-Philippe (CAN), ministre du Commerce international
    Cohen, Jared (USA), fondateur et PDG de Jigsaw chez Alphabet Inc.
    Colao, Vittorio (ITA), PDG, Groupe Vodafone
    Cook, Charles (USA), analyste politique, The Cook political report
    Dagdeviren, Canan (TUR), professeur adjoint, MIT Media Lab
    Donohoe, Paschal (IRL), ministre des finances, des dépenses publiques et de la réforme
    Döpfner, Mathias (DEU), Président et CEO, Axel Springer SE
    Ecker, Andrea (AUT), Secrétaire général, Office Président fédéral de l’Autriche
    Elkann, John (ITA), président, Fiat Chrysler Automobiles
    Émié, Bernard (FRA), directeur de la DGSE
    Enders, Thomas (DEU), PDG d’Airbus SE
    Fallows, James (États-Unis), écrivain et journaliste
    Ferguson, Jr., Roger W. (États-Unis), président et chef de la direction, TIAA
    Ferguson, Niall (États-Unis), Milbank Family Senior Fellow, Institution Hoover, Université de Stanford
    Fischer, Stanley (États-Unis), ancien vice-président de la Réserve fédérale; Ancien gouverneur de la Banque d’Israël
    Gilvary, Brian (GBR), Directeur Financier Groupe, BP plc
    Goldstein, Rebecca (États-Unis), professeur invité, Université de New York
    Gruber, Lilli (ITA), rédacteur en chef et présentatrice « Otto e mezzo », La7 TV
    Hajdarowicz, Greg (POL), Fondateur et Président, Gremi International Sarl
    Halberstadt, Victor (NLD), président de la Fondation Bilderberg Meetings; Professeur d’économie, Université de Leiden
    Hassabis, Demis (GBR), cofondateur et PDG de DeepMind
    Hedegaard, Connie (DNK), présidente, Fondation KR; Ancien commissaire européen
    Helgesen, Vidar (NOR), ambassadeur pour l’océan
    Herlin, Antti (FIN), président, KONE Corporation
    Hickenlooper, John (USA), gouverneur du Colorado
    Hobson, Mellody (États-Unis), président, Ariel Investments LLC
    Hodgson, Christine (GBR), Président, Capgemini UK plc
    Hoffman, Reid (États-Unis), co-fondateur, LinkedIn; Partenaire, Greylock Partners
    Horowitz, Michael C. (États-Unis), professeur de sciences politiques, Université de Pennsylvanie
    Hwang, Tim (USA), Directeur, Harvard-MIT Ethique et Gouvernance ou Initiative AI
    Ischinger, Wolfgang (INT), président de la conférence de Munich sur la sécurité
    Jacobs, Kenneth M. (États-Unis), président du conseil et chef de la direction, Lazard
    Kaag, Sigrid (NLD), ministre du commerce extérieur et de la coopération au développement
    Karp, Alex (USA), PDG, Palantir Technologies
    Kissinger, Henry A. (États-Unis), président, Kissinger Associates Inc.
    Kleinfeld, Klaus (USA), PDG, NEOM
    Knot, Klaas HW (NLD), président, De Nederlandsche Bank
    Koç, Ömer M. (TUR), président, Koç Holding AS
    Köcher, Renate (DEU), directeur général, Institut Allensbach pour la recherche sur l’opinion publique
    Kotkin, Stephen (USA), professeur d’histoire et d’affaires internationales, Université de Princeton
    Kragic, Danica (SWE), Professeur, École d’informatique et de communication, KTH
    Kravis, Henry R. (États-Unis), coprésident et co-chef de la direction, KKR
    Kravis, Marie-Josée (États-Unis), Senior Fellow, Hudson Institute; Président, American Friends of Bilderberg
    Kudelski, André (CHE), président et chef de la direction, Groupe Kudelski
    Lepomäki, Elina (FIN), députée, Parti de la coalition nationale
    Leyen, Ursula von der (DEU), Ministre fédéral de la défense
    Leysen, Thomas (BEL), Président du groupe KBC
    Makan, Divesh (USA), PDG, ICONIQ Capital
    Mazzucato, Mariana (ITA), professeur en économie de l’innovation et de la valeur publique, University College London
    Mead, Walter Russell (États-Unis), Distinguished Fellow, Hudson Institute
    Michel, Charles (BEL), Premier ministre
    Micklethwait, John (États-Unis), rédacteur en chef, Bloomberg LP
    Minton Beddoes, Zanny (GBR), rédacteur en chef, The Economist
    Mitsotakis, Kyriakos (GRC), président, Parti de la Nouvelle Démocratie
    Mota, Isabel (PRT), président, Fondation Calouste Gulbenkian
    Moyo, Dambisa F. (États-Unis), économiste mondial et auteur
    Mundie, Craig J. (États-Unis), président, Mundie & Associates
    Pays-Bas, SM le Roi de la (NLD)
    Neven, Hartmut (USA), directeur de l’ingénierie, Google Inc.
    Noonan, Peggy (USA), auteur et chroniqueur, The Wall Street Journal
    Oettinger, Günther H. (INT), Commissaire chargé du budget et des ressources humaines, Commission européenne
    O’Leary, Michael (IRL), PDG, Ryanair DAC
    O’Neill, Onora (GBR), Professeur émérite honoraire en philosophie, Université de Cambridge
    Osborne, George (GBR), rédacteur, London Evening Standard
    Özkan, Behlül (TUR), professeur agrégé en relations internationales, Université de Marmara
    Papalexopoulos, Dimitri (GRC), PDG, Titan Cement Company SA
    Parolin, SE Pietro (VAT), Cardinal et Secrétaire d’État
    Patino, Bruno (FRA), Directeur des contenus, Arte France TV
    Petraeus, David H. (États-Unis), Président, KKR Global Institute
    Pichette, Patrick (CAN), Partenaire associé, iNovia Capital
    Pouyanné, Patrick (FRA), Président et CEO de Total SA
    Pring, Benjamin (États-Unis), co-fondateur et directeur général, Center for the Future of Work
    Rankka, Maria (SWE), PDG de la Chambre de commerce de Stockholm
    Ratas, Jüri (EST), Premier ministre
    Rendi-Wagner, Pamela (AUT), députée; Ancien ministre de la Santé
    Rivera Díaz, Albert (ESP), président du parti Ciudadanos
    Rossi, Salvatore (ITA), premier sous-gouverneur, Banque d’Italie
    Rubesa, Baiba A. (LVA), PDG, RB Rail AS
    Rubin, Robert E. (États-Unis), coprésident émérite, Council on Foreign Relations; Ancien secrétaire au Trésor
    Rudd, Amber (GBR), député; Ancien secrétaire d’État, ministère de l’Intérieur
    Rutte, Mark (NLD), Premier ministre
    Sabia, Michael (CAN), présidente et chef de la direction, Caisse de dépôt et Québec
    Sadjadpour, Karim (États-Unis), Senior Fellow, Carnegie Endowment for International Peace
    Sáenz de Santamaría, Soraya (ESP), vice-premier ministre
    Sawers, John (GBR), président et partenaire, Macro Advisory Partners
    Schadlow, Nadia (USA), ancienne conseillère adjointe à la sécurité nationale pour la stratégie
    Schneider-Ammann, Johann N. (CHE), conseiller fédéral
    Scholten, Rudolf (AUT), Président, Forum Bruno Kreisky pour le dialogue international
    Sikorski, Radoslaw (POL), chercheur principal, Université Harvard; Ancien ministre des Affaires étrangères, Pologne
    Simsek, Mehmet (TUR), vice-premier ministre
    Skartveit, Hanne (NOR), rédactrice politique, Verdens Gang
    Stoltenberg, Jens (INT), Secrétaire général, OTAN
    Summers, Lawrence H. (États-Unis), professeur à l’Université Charles W. Eliot, Université Harvard
    Thiel, Peter (USA), président, Thiel Capital
    Topsøe, Jakob Haldor (DNK), Président, Haldor Topsøe Holding A / S
    Wahlroos, Björn (FIN), Président, Groupe Sampo, Nordea Bank, UPM-Kymmene Corporation
    Wallenberg, Marcus (SWE), président, Skandinaviska Enskilda Banken AB
    Woods, Ngaire (GBR), Doyen, École de gouvernement Blavatnik, Université d’Oxford
    Yetkin, Murat (TUR), rédacteur en chef, Hürriyet Daily News
    Sailor, Gerhard (AUT), président, Turner International

  3. Posté par Cruello le

    On critique notre courageux Ignazio Cassis, mais on vous cache que notre ministre Johann Schneider- Amann participe à la réunion du groupe de Bilderberg à Turin. Que va-t-il donc faire dans cette galère?

  4. Posté par combattant le

    AH ! TOUT CE POGNON QUE L’ON DEVRAIT REVERSER AUX NÔTRES SERAIT LA PREUVE D’UNE EVENTUELLE INTELLIGENCE DE NOS DECIDEURS.MAIS LA C’EST A NOUVEAU UN DE MES RÊVES QUE LA TERRE ETAIT UN PARADIS!ADIEU LES 30 GLORIEUSES.

  5. Posté par Sergio le

    Les stipendiés de Billag deviennent indigestes. Leur quotidien est fait d’antitrumpisme primaire, du chapitre habituel proclandestin, de la promotion de nouvelles taxes censées changer le climat et de soutien au terrorisme. Ils sont fascinés par la dictature de gauche, ils voudraient des trafiquants de drogue à la Max Havelaar et des islamistes avec le statut de vache sacrée. Billag, c’est gagné et ils le font savoir à longueur de journée.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.