Référendum sur l’avortement en Irlande. Le « Oui » l’emporterait à 68%

post_thumb_default

 

avortement_irlande
L’Irlande votait vendredi 25 mai par référendum pour abolir, ou pas, l’interdiction constitutionnelle de l’avortement, plaçant la femme et l’enfant à naître sur le même plan juridique. Selon deux sondages réalisés à la sortie des urnes, le « oui » à la modification constitutionnelle l’emporterait, largement, avec 68% des suffrages. Irish Times exit poll suggests that […]

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Pierre-Alain Tissot le

    Bien dit M. Vautrin.
    Ce malheureux OUI des Irlandais à l’avortement, fait le bonheur de tous les médias, en particulier des journalistes de la TSR qui ont fait une véritable campagne pro-avortement, comme s’ils allaient pouvoir influencer le vote des Irlandais !

  2. Posté par Vautrin le

    L’Irlande elle aussi se meurt du SIDA mental qui détruit l’Occident. Comment ose-t-on ensuite déplorer le faible taux de fécondité des populations autochtones lorsque l’on détruit chaque années dans l’œuf des milliers de vies ? Le « confort » dans lequel se vautrent nos sociétés (jusqu’à quand ?) est fauteur de crime. Et pour effacer le crime, on importe des palanquées de sauvages, croyant y remédier.
    Je croyais l’Irlande, par son passé sous la botte anglo-saxonne, vacciné contre la maladie de l’Occident. Mais on l’a forcée à entrer dans le cloaque ouest européen : le résultat est dramatique.
    « Adieu, vieille Europe, que le diable t’emporte », chanteront quelque jour les Européens de souche chassés vers d’autres terres par l’invasion.

  3. Posté par Casz le

    Quand on voit le résultat de ce référendum on se dit que les carottes sont cuites pour l’Europe occidentale. Que dans les temps présents, avec le déficit démographique, l’invasion migratoire, des individus continuent à placer leurs petits désirs au dessus de l’intérêt commun en se basant sur des doctrines aussi erronées que celles qui ferait croire que notre corps nous appartient, j’en fais ce que je veux, en dis long. Ce qui est bizarre c’est que les impôts, eux, ils ne m’appartiennent pas, c’est l’état qui en dispose comme il veux. Aucun animal ne supprime les êtres à venir. Il n’y a que les êtres humains pour faire cela. Je dois préciser que c’est une obsession de petite femme blanche élevé dans des sociétés bien policées. Bref, nos amis irlandais avaient 50 ans de retard sur l’avortement. Et ils auront encore du retard puisque qu’ils ne semblent pas avoir vus que les temps changent à l’est. Qu’ ils continuent donc de lécher le cul aux amerloques et aux anglais. Qui sait peut être qu’un jour à force de vouloir disparaître, ils y arriveront.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.