Tommy Robinson arrêté pour avoir simplement filmé en dehors d’un tribunal. Incarcéré, il se trouve en grave danger.

Tommy Robinson, le fondateur de l’English Defense League et désormais journaliste d’investigation, a été arrêté vendredi 25 mai, accusé de trouble à l’ordre public alors qu’il filmait en dehors d’un tribunal. Le jeune homme de 35 ans se trouvait devant le tribunal de Leeds et a commencé à diffuser en direct sur sa page Facebook en marge d’une affaire dans laquelle un gangs de prédateurs sexuels pakistanais était jugée.

Arrêté dans la foulée simplement pour avoir filmer en dehors du tribunal, dans la rue, ce dernier est emmené par les policiers, puis, présenté rapidement à un juge qui aurait révoqué une peine de sursis qu’il avait pour le même type de délit. Il aurait été condamné dans la foulée à 13 mois de prison ferme par la justice anglaise.

En effet, il avait écopé  le 22 mai 2017 de 3 mois avec sursis pour outrage à magistrat avec mise à l’épreuve de 18 mois.

 

 

 

Tommy Robinson, le fondateur de l’ENGLISH Defence League, a été arrêté aujourd’hui, suspecté de trouble à l’ordre public alors qu’il filmait en dehors d’un tribunal.

Le jeune homme de 35 ans se trouvait à la Cour de la Couronne de Leeds vendredi matin et a commencé à diffuser en direct sur sa page Facebook pendant qu’une affaire de gangs de prédateurs sexuels était jugée.

Les images montrent M. Robinson conduit à l’arrière d’un fourgon de police et on pouvait l’entendre crier à un ami : « S’il te plaît, George, trouve-moi un avocat, je suis en sursis, tu vois. »

La vidéo, filmée sur un smartphone, montre M. Robinson – qui portait une veste de costume – expliquer ce qui se passe à l’extérieur du tribunal.

Un policier lui a demandé : « Est-ce que vous avez compris ce que j’ai dit ? Vous avez été arrêté pour suspicion de trouble à l’ordre public. »

Un autre policier lui a demandé de « couper son direct live ».

M. Robinson a ajouté : « J’incite les gens. Comment ai-je incité les gens ? C’est la liberté d’expression ; c’est là où nous en sommes. On n’a même pas le droit de faire ça. »

« C’est ridicule. Les mecs vous avez la conscience tranquille en faisant ça ? Je n’ai pas dit un mot. »

« Dans les faits quelqu’un a levé la main sur moi et m’a agressé à l’extérieur du tribunal. D’autres personnes m’ont insulté et m’ont menacé en parlant de ma mère et me voilà arrêté pour n’avoir rien dit. »

« Je n’ai rien fait. Un trouble à l’ordre public, apparemment j’inciterais sur ma vidéo. »

M. Robinson est monté à l’arrière du fourgon de police et les policiers ont fermé la porte.

Il a fondé la Ligue de défense anglaise dans sa ville natale de Luton en 2009 et a démissionné du groupe quatre ans plus tard.

L’organisation s’est heurtée à la police lors d’un certain nombre de marches violentes dans les rues de Grande-Bretagne.

M. Robinson a été condamné à une peine avec sursis pour outrage au tribunal en mai 2017 après avoir essayé de filmer quatre hommes accusés d’avoir violé une adolescente.

La police locale a refusé de commenter l’arrestation.

Source

Resistancerepublicaine.eu et Breizh-info.com

10 commentaires

  1. Posté par Azty le

    Libertepourtous, ou le petit rat délateur qui va rapporter le fruit de ses indiscrétions à la kommandantür.
    Vomissure et putréfaction. J’espère que sa mère l’a renié depuis l’adolescence.

  2. Posté par bigjames le

    @libertépourtous,
    votre pseudo ne vous va pas du tout !

  3. Posté par UnOurs le

    J’étais très légaliste, avant.
    Aujourd’hui, quand je vois un policier,
    je vois un élément incapacitant ou un élément dangereux.

  4. Posté par Dynamythe le

    Comment la police peut elle se rendre complice d’un tel déni de liberté d’expression ?
    Pourquoi obéissent ils encore aux ordres ?
    La police Le Bras actif de Machiavel….

  5. Posté par SD-Vintage le

    Comme Orwell l’avait prévu, la dictature politiquement correcte, aujourd’hui dirigée par Mme Theresa May, tord les mots : il n’y a pas d’outrage à magistrat puisqu’il ne parle pas des magistrats, ni aux magistrat.
    « Trouble à l’ordre public » : l’expression qui ne veut rien dire. La Grande-Bretagne a fait le choix de l’Islam radical, et de la fin de la liberté d’expression. UKIP now !

  6. Posté par kitty le

     » suspecté de troubles à l’ordre public  » ????? C’est d’un calme plat. Comment appellent ils
    les émeutes, caillassages et viols des chances pour l’Europe alors.

  7. Posté par Libertepourtous le

    @ pierre frankenhauser le 26 mai 2018 à 13h46

    Blablabla…
    Qui es tu pour te présenter en juge de ceux qui ont le pouvoir légal de juger ?
    Connais tu vraiment la Stasi ? j’en doute…
    Tu espères que des millions de britanniques deviennent violents et agressent violemment toute cette « racaille » !
    Print screen effectué avec transmission à qui de droit pour incitation à la haine.
    Bon week-end.

  8. Posté par yva le

    le dernier vrai british couillus….

  9. Posté par Nicolas le

    Un jour prochain, les traîtres paieront.

  10. Posté par pierre frankenhauser le

    Ce sont des méthodes dignes de la Stasi. Les collabos qui l’ont arrêté et ceux qui l’ont condamné injustement devraient rendre leur passeport britannique. S’il devait lui arrivé quelque chose, j’espère que des millions de Britanniques se soulèvent et agressent violemment toute la racaille qui infeste le pays.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.